PARIS (Agefi-Dow Jones)--Les indices boursiers européens évoluent en ordre dispersé vendredi, à mi-séance, les investisseurs se montrant hésitants face à la recrudescence des cas de coronavirus dans la région et aux incertitudes sur les perspectives de l'économie mondiale.



A 13h20, l'indice Stoxx Europe 600 montait de 0,1%, à 371,51 points. A Paris, le CAC 40 et le SBF 120 cédaient 0,2%. Le DAX 30, à Francfort, progressait de 0,2%, tandis que le FTSE 100, à Londres, abandonnait 0,1%.



Alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est dite inquiète cette semaine au sujet d'une hausse "alarmante" du nombre de cas de coronavirus en Europe, l'évolution de la pandémie incite les investisseurs à la prudence.



"Les investisseurs redoutent des confinements ciblés et s'inquiètent de la manière dont ils vont influencer l'activité économique dans le monde", alors qu'un vaccin risque de ne pas être disponible en novembre, souligne Naeem Aslam, analyste chez Avatrade.



A Wall Street, le contrat à terme sur le Dow Jones cède 0,2%, celui sur le S&P 500 est stable, et le contrat sur le Nasdaq 100 prend 0,3%.



La volatilité pourrait être importante alors que la journée, dite "des quatre sorcières" sera marquée par l'expiration de nombreux contrats à terme et options sur les indices et actions aux Etats-Unis.



"C'est normalement un jour où l'on est collé à son écran et où l'on surveille la volatilité", indique Altaf Kassam, responsable de la stratégie d'investissement de State Street Global Advisors en Europe.



Aux Etats-Unis, les parlementaires souhaitent présenter vendredi un projet de loi de finances afin d'éviter une fermeture des administrations fédérales le mois prochain, mais les désaccords persistent entre démocrates et républicains sur un nouveau plan de relance pour surmonter la crise du coronavirus.



SUR LES AUTRES MARCHES:



-Le rendement de l'obligation du Trésor américain à dix ans recule à 0,673%, contre 0,693% jeudi soir. Le rendement du Bund allemand de même échéance s'établit à -0,502%, contre -0,490% jeudi soir.



-L'euro recule de 0,1% face au billet vert, à 1,1838 dollar.



-Les cours du pétrole progressent. Le contrat de novembre sur le Brent de mer du Nord gagne 27 cents, à 43,57 dollars le baril. Le contrat d'octobre sur le brut léger doux (WTI) coté au Nymex prend 24 cents, à 41,21 dollars le baril.



VALEURS A SUIVRE :



-Euronext (+5,9%) est entré en négociations exclusives avec LSE Group (+0,5% à Londres) pour lui racheter Borsa Italiana, l'opérateur de la Bourse de Milan. Euronext a précisé mener ces négociations aux côtés de ses partenaires italiens CDP Equity et Intesa Sanpaolo (-1% à Milan). Euronext a souligné que la conclusion d'une transaction n'était pas certaine. Si l'opération aboutit, CDP Equity et Intesa Sanpaolo deviendront actionnaires de référence et de long terme d'Euronext via une augmentation de capital réservée. L'Italie serait alors le premier pays en termes de revenus pour l'opérateur boursier.



-La foncière Unibail-Rodamco-Westfield (-12,7%) poursuit sa chute au lendemain de l'annonce d'une augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros, potentiellement très dilutive pour les actionnaires, dans le cadre d'un plan de refinancement de 9 milliards d'euros.



-Le groupe pharmaceutique Sanofi (+1,1%) a annoncé vendredi qu'il allait fournir avec son partenaire britannique GlaxoSmithKline jusqu'à 300 millions de doses de leur vaccin contre le Covid-19 à l'Union européenne. Un accord définitif a été signé avec la Commission européenne en vue de la fourniture d'un vaccin contre le Covid-19 "dès lors que celui-ci sera approuvé", a indiqué Sanofi dans un communiqué.



-La signature par Alstom (+2,5%) d'un accord définitif en vue du rachat de Bombardier Transport et l'aval de la Commission européenne apportent une bonne visibilité sur cette acquisition, estiment les analystes de JPMorgan Cazenove. Les analystes ont relevé leur recommandation sur Alstom de "neutre" à "surperformance" et ont porté leur objectif de cours de 44 à 52 euros.



-Rubis (-6,5%) a vu son résultat net part du groupe diminuer de 11% sur un an au premier semestre, à 139 millions d'euros, la baisse s'élevant à 30% à périmètre constant. Le groupe s'attend à une poursuite du retour à la normale de son activité au second semestre. La crise liée à la pandémie de Covid-19 a fait "d'importants dégâts sur les résultats au premier semestre mais ce n'est pas pire que prévu", estiment les analystes d'Oddo BHF.



-L'équipementier de télécommunications suédois Ericsson (+2,1% à Stockholm) a conclu un accord sur l'acquisition de la société américaine Cradlepoint, spécialisée dans les produits de connectivité Internet sans fil, pour une valeur d'entreprise de 1,1 milliard de dollars.



-Le laboratoire pharmaceutique suisse Roche (+2% à Zurich) a annoncé vendredi le lancement d'un nouveau test pour mesurer le niveau d'anticorps contre le coronavirus.



-La compagnie aérienne britannique easyJet (-7,6% à Londres) a annoncé vendredi la nomination de Kenton Jarvis au poste de directeur financier, en remplacement d'Andrew Findlay. Kenton Jarvis est actuellement directeur de la division aviation du groupe allemand de tourisme TUI. EasyJet précisera ultérieurement la date d'entrée en fonctions de Kenton Jarvis.



-Le constructeur automobile allemand Volkswagen (-2% à Francfort) a annoncé vendredi une baisse de 6,6% de ses ventes mondiales sur un an en août, à 792.200 véhicules.



-François Berthon et Alice Doré, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 93; fberthon@agefi.fr ed: LBO



(Caitlin Ostroff, The Wall Street Journal, a contribué à cet article)



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



September 18, 2020 07:20 ET (11:20 GMT)




Copyright (c) 2020 L'AGEFI SA
FTSE 100 (FTSE:UKX)
Graphique Historique de l'Index
De Oct 2020 à Nov 2020 Plus de graphiques de la Bourse FTSE 100
FTSE 100 (FTSE:UKX)
Graphique Historique de l'Index
De Nov 2019 à Nov 2020 Plus de graphiques de la Bourse FTSE 100