Carol Ryan,



The Wall Street Journal



LONDRES (Agefi-Dow Jones)--Le véhicule d'investissement coté (Spac) de William Ackman avait choisi la bonne cible, mais pas la bonne structure d'opération. S'il veut garder ses investisseurs, le fonds devra cocher les deux cases lors de sa prochaine tentative.



L'accord qui prévoyait l'acquisition par Pershing Square Tontine Holdings (PSTH) d'une participation de 10% dans Universal Music Group pour 4 milliards de dollars a été abandonné lundi. La première maison de disque mondiale sera scindée par Vivendi pour une entrée à la Bourse d'Amsterdam en septembre. Les investisseurs du Spac se voyaient proposer une exposition anticipée à un actif particulièrement attrayant présentant une faible valorisation.



L'annulation du projet est en partie due à sa complexité. Après avoir consacré 72% de sa trésorerie à la participation dans Universal, le Spac aurait encore disposé d'une enveloppe de 1,6 milliard de dollars pour une autre acquisition. Les investisseurs auraient aussi obtenu des options pour miser sur une autre opération dite "chèque en blanc". La Securities and Exchange Commission, gendarme de la Bourse américaine, qui examine depuis quelque temps les opérations de ce type avec la plus grande attention, a prévenu que comme plus de 40% de ses actifs seraient placés dans une participation minoritaire, Pershing Square Tontine risquait de ne plus rentrer dans la catégorie des sociétés d'investissement enregistrées.



La solution de rechange alors imaginée par PSTH n'a fait que semer confusion et perplexité dans l'esprit des investisseurs. Les titres Universal devaient être bloqués dans un compte pendant quatre mois, ce qui aurait entraîné une baisse du cours de Bourse de Pershing Square Tontine -- mauvaise nouvelle pour une bonne partie des actionnaires du Spac qui ont acheté le titre à découvert. Et pour couronner le tout, la SEC estimait que l'acquisition des titres Universal n'aurait pas été conforme aux règles de la Bourse de New York concernant les Spac.



Une quotité plus importante que prévu



Bill Ackman met quand même la main sur sa cible, puisque c'est son hedge fund Pershing Square Holdings qui achètera la participation à la place du Spac. Il récupérera toutefois une quotité bien plus importante que prévu à l'origine, puisque son fonds aurait dû se voir attribuer une participation de 3%, contre une part qui pourrait maintenant avoisiner les 10%.



Surtout, il faut maintenant faire en sorte de rassurer les investisseurs institutionnels et les gestionnaires de patrimoine qui avaient apprécié l'idée d'une participation dans Universal et voient l'occasion leur passer sous le nez. L'opération devait en outre servir de vitrine et montrer ce que le milliardaire serait en mesure d'accomplir avec de futurs Spac. Les débuts ne sont pas très convaincants.



L'action Pershing Square Tontine Holdings a dévissé de près de 20% depuis l'annonce des négociations avec Vivendi, et évolue actuellement tout juste en ligne avec sa valeur de l'actif net. Son fondateur a bien retenu que la complexité ne payait pas et le Spac se lancera dans une opération plus conventionnelle la prochaine fois. C'est en substance le message qu'a fait passer lundi le véhicule d'investissement dans une lettre à ses actionnaires. Le Spac n'a plus droit qu'à une seule tentative.



-Carol Ryan, The Wall Street Journal



(Version française Emilie Palvadeau) ed : ECH



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



July 20, 2021 06:28 ET (10:28 GMT)




Copyright (c) 2021 L'AGEFI SA
Pershing Square (EU:PSH)
Graphique Historique de l'Action
De Août 2021 à Sept 2021 Plus de graphiques de la Bourse Pershing Square
Pershing Square (EU:PSH)
Graphique Historique de l'Action
De Sept 2020 à Sept 2021 Plus de graphiques de la Bourse Pershing Square