Par François Berthon,





PARIS (Agefi-Dow Jones)--La semaine prochaine verra la montée en puissance de la saison des résultats de part et d'autre de l'Atlantique. Les investisseurs prêteront également attention aux minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) et à la réunion du comité de politique monétaire de la Banque du Japon (BOJ).



"Une solide saison des résultats pourrait permettre aux marchés de détourner leur attention de la Réserve fédérale américaine (Fed) et des inquiétudes liées à la pandémie", note UBS.



Cette saison "devrait ramener l'attention des investisseurs sur des fondamentaux solides", estime la banque, au vu d'une "toile de fond économique positive au quatrième trimestre, de bon augure pour la croissance des bénéfices et des revenus".



Sur 20 sociétés du S&P 500 qui ont jusqu'à présent publié leurs résultats financiers, 90% ont dépassé les estimations de chiffre d'affaires et 70% ont annoncé des bénéfices meilleurs qu'attendu, observe déjà UBS.



Après JPMorgan, Citigroup et Well Fargo ce vendredi, Goldman Sachs publiera mardi prochain ses résultats du quatrième trimestre 2021, suivie mercredi par Bank of America et Morgan Stanley. Hors secteur bancaire, les investisseurs suivront mercredi les résultats de Procter & Gamble et United Health, puis vendredi ceux de Netflix.



En Europe, la journée de mercredi sera également la plus dense avec les résultats attendus de ASML, Burberry, Richemont et BHP.



Du côté des entreprises françaises, Aéroports de Paris publiera lundi ses chiffres du trafic de décembre, Virbac annoncera mercredi son chiffre d'affaires du quatrième trimestre, tandis qu'Alstom et Getlink dévoileront jeudi leur chiffre d'affaires trimestriel.



L'inflation encore à l'agenda



Elément clé de la politique monétaire des banques centrales, l'inflation restera dans l'actualité la semaine prochaine avec l'estimation définitive de l'indice des prix à la consommation en zone euro, attendue jeudi.



La première estimation d'Eurostat publiée le 7 janvier a révélé que les prix à la consommation dans la zone euro avaient augmenté de 5% sur un an le mois dernier, retrouvant le record historique enregistré en juillet 1991.



Alors que la BCE a relevé en décembre à 3,2% son estimation d'inflation pour 2022, des perspectives d'inflation plus prévisibles en zone euro qu'aux Etats-Unis permettront à la BCE de suivre une politique beaucoup plus accommodante que la Réserve fédérale, estime Barings.



Les minutes de la réunion de politique monétaire de la BCE des 15 et 16 décembre seront également publiées jeudi, tandis que la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, s'exprimera le même jour à l'occasion du forum économique mondial de Davos.



Par ailleurs, les ministres de l'économie et des finances de l'Union européenne se réuniront mardi au sein du Conseil pour les affaires économiques et financières (Ecofin).



Les investisseurs suivront mardi l'indicateur avancé ZEW de mesure des anticipations des analystes et des investisseurs institutionnels sur l'évolution de l'économie allemande.



Aux Etats-Unis, "les prochaines parutions de statistiques économiques porteront avant tout sur la construction résidentielle" note Bruno Cavalier, le chef économiste d'Oddo BHF. L'enquête NAHB sur la confiance des promoteurs sera publiée mardi, suivie mercredi des permis de construire et mises en chantier puis jeudi des ventes de maisons existantes.



Les investisseurs suivront également les premières enquêtes de confiance du secteur manufacturier pour janvier : l'enquête de la Fed de New-York le 18 janvier et de la Fed de Philadelphie deux jours plus tard.



Statu quo attendu pour la BOJ et la Norges Bank



Il ne devrait pas y avoir de surprise pour la réunion du comité de politique monétaire de la BOJ programmée mercredi, qui devrait maintenir un ton ultra-accommodant et laisser les taux inchangés. "Bien sûr, comme presque tous les pays de la planète, le Japon connaît des pressions inflationnistes [...] mais elle concerne surtout de l'énergie, et, par conséquent, le Japon semble encore très différent du reste du monde", souligne Derek Halpenny, responsable de la recherche chez MUFG.



"Je ne pense pas que nous nous dirigerons vers la normalisation de la politique monétaire comme en Europe et aux Etats-Unis", ajoute l'analyste. Lors de la dernière réunion en décembre, le gouverneur de la Banque du Japon (BOJ), Haruhiko Kuroda, avait jugé peu probable que l'inflation atteigne 2% ou plus, comme en Europe et aux Etats-Unis.



Jeudi, en Norvège, la Norges Bank, la banque centrale de Norvège, rendra aussi sa décision de politique monétaire, tout comme la Banque de Turquie. La Norges banque a relevé en décembre son principal taux directeur de 0,25% à 0,50%, et indiqué qu'elle pourrait procéder à un nouveau relèvement en mars.





-François Berthon, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 93; fberthon@agefi.fr ed: ECH



A NOS ABONNES : L'agence Agefi-Dow Jones publie chaque jour un agenda hebdomadaire sur l'actualité internationale des entreprises.



Vous pouvez par ailleurs retrouver les agendas macroéconomiques du Wall Street Journal sur le site suivant :



https://www.wsj.com/market-data



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



January 14, 2022 10:48 ET (15:48 GMT)




Copyright (c) 2022 L'AGEFI SA