PARIS (Agefi-Dow Jones)--BNP Paribas a publié vendredi des résultats en légère baisse mais supérieurs aux attentes au deuxième trimestre, les pertes essuyées sur certains crédits ayant été en partie compensées par les forts besoins de financement des entreprises et des investisseurs institutionnels pendant la crise.



La banque a publié un résultat net en baisse de 6,8% au deuxième trimestre, à 2,30 milliards d'euros, intégrant une forte hausse des créances douteuses en raison des défauts de paiement constatés ou attendus en raison des répercussions de l'épidémie de coronavirus. Le coût du risque, qui mesure les provisions pour créances douteuses, a plus que doublé sur la période à 1,45 milliard d'euros, soit 65 points de base des encours de crédit, au lieu de 30 points de base un an plus tôt.



Le résultat brut d'exploitation a toutefois progressé de près de 15%, à 4,34 milliards d'euros grâce à la hausse des revenus, et les frais de gestion s'inscrivent en diminution de 1,3% après une baisse des coûts de restructuration.



Le produit net bancaire (PNB), l'équivalent du chiffre d'affaires, a progressé de 4% sur la période, à 11,68 milliards d'euros, soutenu par les nombreuses opérations menées pour financer l'économie pendant la crise. Le groupe a précisé avoir participé à 70% du total des crédits syndiqués et à 53% des émissions obligataires de la zone EMEA depuis la mi-mars.



Au total, BNP Paribas a levé plus de 250 milliards d'euros de financements pour ses clients sur les marchés de crédits syndiqués, d'obligations et d'actions, avant de placer la majeure partie de ces actifs auprès des investisseurs.



Les analystes interrogés par FactSet tablaient en moyenne sur un résultat net de 1,5 milliard d'euros et sur un PNB de 10,91 milliards d'euros au deuxième trimestre.



Activité exceptionnelle dans la banque de financement et d'investissement



La branche Domestic Markets, qui comprend la banque de détail en France, a vu ses revenus fléchir de 5,2% au cours du trimestre. Cette baisse reflète l'impact de l'environnement de taux bas et celui de la crise sanitaire, notamment sur le niveau des commissions. En France, 57.000 prêts garantis par l'Etat (PGE) ont été accordés pour un total de près de 15 milliards d'euros. Le PNB de la division International Financial Services, centrée sur le crédit à la consommation, la gestion d'actifs et l'assurance, a également diminué de 5,5%. Mais le groupe indique avoir observé un rebond en fin de trimestre des métiers impactés par les mesures sanitaires.



Dans la banque de financement et d'investissement (CIB), l'activité a en revanche bondi de 33%. Cette performance reflète une activité soutenue pour assurer les besoins de financement des grandes entreprises et des Etats face à la crise, à travers la mise en place de lignes de crédit et des émissions d'obligations et d'actions. Le pôle a levé plus de 160 milliards d'euros au deuxième trimestre pour le compte de ses clients, un chiffre en hausse de 91% sur un an.



Tous les métiers de la division ont vu leur revenus fortement progresser, à l'exception du pôle Equity and Prime Services: la banque d'affaires a dégagé une croissance de 15% et les activités de marché s'inscrivent en hausse de 64%. En termes de rentabilité, la banque de financement et d'investissement a vu son résultat avant impôt bondir de 50% sur le trimestre, à 1,59 milliard d'euros.



Confirmation des prévisions dans un environnement difficile



Pour l'ensemble de l'année, BNP Paribas a confirmé anticiper un recul de 15% à 20% de son résultat net, en raison d'un coût du risque qui devrait se maintenir à un niveau élevé dans les prochains mois. Le scénario central retenu par la banque anticipe une reprise économique progressive et un retour à un niveau de PIB comparable à 2019 vers la mi-2022 en l'absence de nouvelle crise. Ce scénario prend déjà en en compte les effets attendus des plans de relance, a précisé BNP.



Le groupe pourra compter sur un niveau de fonds propres élevé pour traverser cette période. Le ratio de solvabilité CET1 s'élève à 12,4% fin juin, en hausse de 40 points de base par rapport au mois de mars, et contre un plancher de 9,22% exigé par la BCE en matière de capitaux propres.



-Thomas Varela, Agefi-Dow Jones ; +331 41 27 47 99 ; tvarela@agefi.fr ed: ECH



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



July 31, 2020 01:37 ET (05:37 GMT)




Copyright (c) 2020 L'AGEFI SA
BNP Paribas (EU:BNP)
Graphique Historique de l'Action
De Août 2020 à Sept 2020 Plus de graphiques de la Bourse BNP Paribas
BNP Paribas (EU:BNP)
Graphique Historique de l'Action
De Sept 2019 à Sept 2020 Plus de graphiques de la Bourse BNP Paribas