(Actualisation: déclarations du directeur des investissements de Bluebell Capital, contexte, réaction en Bourse)



PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le fonds Bluebell Capital a demandé l'éviction de la directrice générale du groupe de chimie Solvay, Ilham Kadri, dans une lettre envoyée mardi au président du conseil d'administration, Nicolas Boël.



Le fonds reproche à la dirigeante de ne pas avoir pris la mesure des enjeux environnementaux posés par le site de production de carbonate de soude de Rosignano, sur la côte toscane en Italie. Sur ce site, Solvay rejette de la poudre de calcaire et du gypse dans la mer. Le groupe assure que ses rejets sont non toxiques et dangereux.



Le fonds s'émeut notamment d'une couverture du magazine Vogue Italie sur ce site dans son édition de septembre.



"Depuis que nous nous sommes engagés avec Solvay en septembre 2020, ce qui nous frappe le plus est l'attitude" d'Ilham Kadri, "qui semble être dans le déni total, ne reconnaissant pas que l'usine de carbonate de soude de Rosignano pose de graves problèmes sociaux et environnementaux", écrit le fonds.



"Tout directeur général responsable et soucieux du développement durable devrait empêcher l'entreprise de déverser chaque année sur le littoral, puis dans la mer, jusqu'à 250.000 tonnes de déchets issus de sa production", poursuit le fonds.



Bluebell affirme avoir "perdu foi et confiance" dans Ilham Kadri et exhorte le conseil d'administration à débuter la mise en place d'une nouvelle direction.



Dans une réaction à la lettre de Bluebell transmise à l'agence Agefi-Dow Jones, Nicolas Boël déclare qu'Ilham Kadri a "le plein soutien du conseil d'administration en tant que directrice générale".



"Depuis sa nomination en 2019, elle a pris des mesures décisives pour façonner la stratégie de l'entreprise et aligner son portefeuille sur les puissantes tendances en matière de développement durable, tout en mettant en oeuvre un nouveau programme de développement durable ambitieux, Solvay One Planet. Ainsi, Solvay respecte son engagement à créer de la valeur pour les actionnaires, les clients et toutes les parties prenantes", indique Nicolas Boël.



Dans un courriel adressé à l'agence Agefi-Dow Jones, Giuseppe Bivona, associé et directeur des investissements de Bluebell Capital, a expliqué que le fonds s'était fixé "un objectif ambitieux" en tentant d'obtenir l'éviction de la directrice générale de Solvay alors qu'il ne possède qu'une seule action du groupe de chimie.



L'idée est "d'envoyer un message puissant" aux dirigeants des entreprises européennes pour leur faire comprendre "qu'ils risquent de perdre leur poste à l'initiative d'un seul actionnaire détenant une seule action s'ils font preuve de mépris à l'égard de l'agenda de développement durable", a-t-il ajouté.



Bluebell Capital a été l'un des deux fonds, avec Artisan Partners à avoir mené au début de l'année une campagne contre la gouvernance du groupe agroalimentaire Danone. Cette initiative a conduit à la scission des fonctions de président et de directeur général, ainsi qu'à l'éviction d'Emmanuel Faber de la tête de l'entreprise.



A la Bourse de Paris, l'action Solvay grappille mercredi matin 0,05% à 109,50 euros.



-Julien Marion, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 94; jmarion@agefi.fr ed: VLV



(Dimitri Delmond a contribué à cet article)



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



September 15, 2021 04:15 ET (08:15 GMT)




Copyright (c) 2021 L'AGEFI SA