(Actualisation: nouveaux éléments des minutes)



WASHINGTON (Agefi-Dow Jones)--La Réserve fédérale (Fed) américaine a examiné en septembre un plan de réduction de ses achats obligataires susceptible de commencer en novembre pour parvenir à son terme à la mi-2022 en raison des risques d'inflation, selon les minutes de sa dernière réunion publiées mercredi.



Le compte-rendu de la réunion du comité de politique monétaire (FOMC) des 21 et 22 septembre fait apparaître un fort consensus sur les modalités de mise en plalce de ce "tapering", même si le calendrier n'a pas encore été définitivement fixé.



L'accélération de l'inflation ces derniers mois aux Etats-Unis et les progrès de la reprise plaident pour une politique moins accommodante, alors que la Fed procède depuis juin 2020 à 120 milliards de dollars par mois de rachats d'obligations pour fluidifier les marchés et soutenir l'investissement.



La banque centrale a confirmé en septembre que cette amorce de durcissement ne constituerait pas un signal de relèvement imminent des taux d'intérêt, proches de zéro depuis le début de la crise sanitaire.



D'après le plan discuté le mois dernier, la Fed pourrait commencer à réduire de 10 milliards de dollars par mois ses rachats mensuels d'obligations du Trésor de 80 milliards de dollars, et diminuer de 5 milliards de dollars par mois ses rachats mensuels de créances hypothécaires titrisés, actuellement de 40 milliards de dollars.



Certains responsables de la Fed souhaiteraient mettre fin aux achats d'actifs afin de disposer d'une certaine flexibilité pour relever, si nécessaire, les taux l'année prochaine car ils jugent que l'inflation pourrait continuer à dépasser l'objectif de 2% de la Fed.



Les minutes soulignent que plusieurs participants à la réunion du mois dernier ont plaidé en faveur d'une réduction rapides des achats. Certains responsables ne veulent notamment pas se retrouver dans une situation où un éventuel relèvement des taux s'accompagnerait d'une poursuite du soutien monétaire au moyen d'achats d'actifs.



"Le comité de politique monétaire pourrait ajuster le rythme de la modération de ses achats si l'évolution économique devait différer sensiblement de ce qu'il avait prévu", indique le compte-rendu.



Des projections publiées à l'issue de cette réunion ont montré que la moitié des 18 responsables du FOMC s'attendaient à un relèvement des taux d'intérêt à la fin 2022. En juin, ils n'étaient que sept à le prévoir, la majorité tablant sur des premières hausses de taux en 2023. Plusieurs responsables s'attendaient également à une inflation légèrement plus élevée l'année prochaine qu'en juin, et quasiment la totalité prévoit de nouvelles hausses de taux en 2023.



-Nick Timiraos, The Wall Street Journal (Version française Thomas Varela, jérôme Batteau) ed : JEB -TVA



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



October 13, 2021 15:05 ET (19:05 GMT)




Copyright (c) 2021 L'AGEFI SA