Carol Ryan,



The Wall Street Journal





LONDRES (Agefi-Dow Jones)--De premiers signes suggèrent que les consommateurs, confrontés à une inflation élevée, commencent à réduire leurs dépenses. La bonne nouvelle pour les entreprises telles que Nestlé, c'est que les produits essentiels pour les ménages se trouvent tout en bas de la liste des coûts à réduire.



Jeudi, le géant agroalimentaire suisse a annoncé que ses ventes avaient augmenté de 7,6% sur un an au cours des trois premiers mois de l'année 2022. Cette croissance se décompose en une hausse globale des prix de 5,2%, la plus marquée depuis 2008, et en une progression de 2,4% des volumes et du mix de biens vendus. La situation de Nestlé démontre que les consommateurs ne réduisent pas encore les quantités achetées bien que les prix augmentent. Cette tendance a été particulièrement marquée en Amérique du Nord, où les prix de Nestlé ont bondi de 8,5%, sans empêcher les volumes de vente d'augmenter.



D'autres fabricants de biens essentiels ont annoncé cette semaine des volumes plus élevés que prévu. Procter & Gamble a ainsi vu ses volumes croître de 3% lors du trimestre écoulé, en dépit d'une hausse de 5% de ses prix. Danone aussi a vendu plus, tout en augmentant ses tarifs. La consommation de bière a également bien tenu, Heineken, le deuxième brasseur mondial, ayant enregistré une hausse de 5,2% de ses volumes sur un an.



Les biens non essentiels à la peine



Parallèlement, la consommation de biens non essentiels, comme les services de streaming vidéo, subit des pressions. Netflix a perdu plus d'un tiers de sa valeur à Wall Street mercredi, après avoir annoncé la première baisse de son nombre d'abonnés payants depuis plus de dix ans. Si une concurrence intense entre les plateformes de streaming a joué un rôle dans ce repli, les utilisateurs pourraient également chercher à réduire leurs dépenses.



Aux Etats-Unis, les dépenses consacrées aux marques de fast-fashion ralentissent par rapport à la même période de 2021, les ménages à faibles revenus subissant les pressions les plus fortes, montre une analyse des données relatives aux cartes de crédit menée par Bank of America. Ce ralentissement coïncide avec une forte baisse du nombre de cigarettes vendues aux Etats-Unis. Les fumeurs ont généralement des revenus inférieurs à la moyenne et sont particulièrement sensibles à l'évolution des prix de l'essence, actuellement élevés.



Gare à l'inflation liée à la guerre en Ukraine



A terme, les fabricants de biens essentiels pourraient ne pas être épargnés. Ils devront bientôt relever encore plus leurs prix : la guerre en Ukraine a provoqué une flambée des prix de l'énergie, qui se répecutera sur le coût des plastiques. Une telle tendance nuit aux fabricants de biens de consommation courante, qui sont généralement de gros utilisateurs d'emballages.



Le renchérissement des céréales agricoles alimentera la hausse des prix des ingrédients des en-cas salés, tout comme l'augmentation des prix du lait et de la viande, puisqu'il coûte de plus en plus cher de nourrir du bétail. La pénurie d'huile de tournesol, un ingrédient utilisé par de nombreuses marques d'aliments pour bébé et qui provient en temps normal d'Ukraine, pénalisera Nestlé et Danone car les règles strictes applicables aux préparations pour nourrissons ne leur permettront pas de rapidement remplacer ce produit par de l'huile de palme, par exemple.



Si les marques augmentent trop rapidement leurs prix, nombre de consommateurs risquent de privilégier des produits équivalents moins onéreux, comme ceux des marques de supermarché, ce qui nuirait à la croissance des volumes dont dépend en définitive la santé des spécialistes des produits emballés.



Pour l'heure, les ménages semblent toutefois se concentrer sur d'autres sources d'économies et les fabricants de biens de consommation courante sont à la hauteur de leur réputation défensive.





-Carol Ryan, The Wall Street Journal



(Version française Valérie Venck) ed: ECH



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



April 22, 2022 05:48 ET (09:48 GMT)




Copyright (c) 2022 L'AGEFI SA
Danone (EU:BN)
Graphique Historique de l'Action
De Juin 2022 à Juil 2022 Plus de graphiques de la Bourse Danone
Danone (EU:BN)
Graphique Historique de l'Action
De Juil 2021 à Juil 2022 Plus de graphiques de la Bourse Danone