François Schott,



Agefi-Dow Jones





PARIS (Agefi-Dow Jones)--Engie se débat dans un contexte géopolitique perturbé. L'énergéticien a indiqué mardi qu'il testait avec Gazprom, le producteur de gaz russe, une solution afin de continuer à payer ses achats en euros, et éviter ainsi un arrêt brutal des livraisons à la fin du mois.



Cette solution respecte les obligations contractuelles des deux groupes ainsi que les sanctions actuellement en vigueur contre la Russie, a souligné la directrice générale d'Engie, Catherine McGregor, lors d'une conférence téléphonique.



Pour rappel, la Russie avait indiqué fin mars que les clients européens de Gazprom devraient désormais payer leurs livraisons en roubles, et non en dollars ou en euros comme prévu par la très grande majorité des contrats. La Commission européenne a enjoint fin avril les groupes concernés à ne pas se plier aux exigences russes.



Il semblerait qu'un compromis ait été trouvé, permettant à Engie et à ses concurrents de continuer à effectuer leurs paiements en euros, charge à Gazprom de convertir ces versements en roubles. Interrogé par l'agence Agefi-Dow Jones, un porte-parole du groupe n'a pas été en mesure de fournir davantage de détails.



Une chose est sûre : le casse-tête russe n'est pas terminé pour Engie. Les dirigeants du groupe se préparent à un éventuel arrêt des livraisons de gaz russe, face à l'escalade des sanctions et mesures de rétorsion entre l'Union européenne et la Russie.



Les contrats à long terme conclus avec Gazprom ont représenté environ 20% des volumes vendus par le groupe en 2021, et bien qu'Engie ait renforcé depuis le début de la guerre en Ukraine ses engagements auprès d'autres fournisseurs historiques comme la Norvège, l'Algérie ou encore les Etats-Unis, cela ne permettrait pas de compenser un arrêt des livraisons russes à court terme.



Toutefois, "dans un scénario de suspension des approvisionnements russes vers l'Europe entraînant des coupures pour certains clients d'Engie, l'impact négatif sur les flux de trésorerie serait gérable, compte tenu de la solide diversification de la société, tant dans ses activités que par région", souligne l'agence Fitch dans une note publiée mardi.



Relèvement d'objectifs, avec ou sans gaz russe



Bien que stratégique, l'activité de fourniture de gaz aux particuliers et aux entreprises en Europe n'a représenté que 4% de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) du groupe en 2021. Quant à ses centrales thermiques hors nucléaire, dont la plupart fonctionnent au gaz, elles ont contribué à hauteur de 7% de l'Ebitda. "Nous nous attendons à ce que ces deux segments affichent une rentabilité plus faible en cas de d'approvisionnement en gaz insuffisant", précise Fitch.



Au premier trimestre, ces deux segments ont cependant tiré les bénéfices du groupe, Engie ayant bénéficié d'écart positifs ("spreads") entre ses coûts de production et d'approvisionnement et les prix auquel il revend gaz et électricité sur les marchés de gros. Cet environnement de prix élevé devrait perdurer. Engie a par conséquent relevé mardi ses prévisions de résultats pour l'ensemble de l'année, tablant sur un bénéfice net récurrent compris entre 3,8 milliards et 4,4 milliards d'euros en 2022, contre une fourchette de 3,1 milliards à 3,3 milliards d'euros attendue auparavant.



Cette fourchette élargie inclut l'hypothèse d'une rupture de l'approvisionnement en gaz russe, a souligné le directeur financier du groupe, Pierre-François Riolacci, lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.



L'arrêt des livraisons de gaz russe entraînerait probablement une nouvelle flambée des prix du gaz en Europe, et donc des opportunités de marché pour un groupe diversifié comme Engie. Au regard de ces perspectives et de résultats supérieurs aux attentes pour le premier trimestre, la hausse de près de 6% du titre mardi après-midi paraît pleinement justifiée.





-François Schott, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 92; fschott@agefi.fr ed: ECH



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



May 17, 2022 10:19 ET (14:19 GMT)




Copyright (c) 2022 L'AGEFI SA
Engie (EU:ENGI)
Graphique Historique de l'Action
De Juin 2022 à Juil 2022 Plus de graphiques de la Bourse Engie
Engie (EU:ENGI)
Graphique Historique de l'Action
De Juil 2021 à Juil 2022 Plus de graphiques de la Bourse Engie