NEW YORK (Agefi-Dow Jones)--Parmi les risques auxquels seront confrontés les dirigeants d'entreprises en 2022, le Covid-19 reste maître. Mais l'inflation se rapproche à grand pas.



Selon une enquête menée par le Conference Board auprès de plus de 900 directeurs généraux, les craintes liées aux hausses des prix se sont envolées au cours de l'année écoulée. Plus de la moitié de ces chefs d'entreprises estiment aujourd'hui que les tensions inflationnistes persisteront au moins jusqu'à la mi-2023, alors que les prix ne les alarmaient guère voilà un an.



"L'inflation est là", a souligné le directeur général du groupe de défense Honeywell International, Darius Adamczyk, dans un entretien. "Nous devons aussi faire très très attention à la façon dont nous résolvons le problème, car c'est un peu comme conduire une voiture. Si on freine trop fort, on pourrait voir le revers de l'inflation, c'est-à-dire une récession."



Les chefs d'entreprises ont émis des mises en garde sur les risques inflationnistes au cours de l'année écoulée, même si les responsables de la Réserve fédérale (Fed) et la plupart des économistes ont en grande partie minimisé l'ampleur et la durée des hausses de prix. Mercredi, le département américain du Travail a annoncé que l'inflation aux Etats-Unis avait atteint en décembre 7% sur un an, son plus haut niveau depuis 1982.



L'ampleur des perturbations provoquées par la crise sanitaire pour les dirigeants d'entreprises varie selon les régions, indique l'enquête. Pour les patrons américains, les pénuries de main-d'oeuvre constituent leur principale préoccupation externe pour l'année à venir, suivies de l'inflation et des problèmes d'approvisionnement. Le Covid-19 arrive en quatrième position.



L'inflation, principale préoccupation des Européens



En Europe, les chefs d'entreprises classent l'inflation au premier rang de leurs préoccupations tandis que les perturbations liées à la situation sanitaire arrivent en dixième position, après la réglementation. En Chine et au Japon, à l'inverse, les dirigeants estiment que c'est le Covid-19 qui aura l'impact le plus marqué sur leur activité cette année.



Le classement de la pandémie en Asie lui permet de se hisser à la première place des préoccupations des chefs d'entreprises interrogés dans le monde, suivie de l'accélération de l'inflation et des pénuries de main-d'oeuvre.



Selon Dana M. Peterson, chef économiste du Conference Board, cette disparité régionale s'explique en partie par les réponses variées apportées par les Etats à la crise sanitaire, les pays d'Asie étant plus susceptibles de confiner leur population pour contenir le virus, tandis que l'Europe et les Etats-Unis cherchent à maintenir l'activité économique ouverte en ayant recours à la vaccination, aux tests et au port du masque pour endiguer la pandémie.



L'enquête a été menée en octobre et novembre et plus de 1.600 responsables y ont répondu, dont 917 directeurs généraux. Bien que les données aient été collectées avant l'apparition du variant Omicron, les auteurs de l'enquête affirment que les réponses ne changeraient probablement pas beaucoup aujourd'hui, car les entreprises étaient déjà confrontées au variant Delta à l'automne et la dernière vague n'a pas provoqué de panique ou de fermetures généralisées.



Dans l'enquête du Conference Board, 82% des chefs d'entreprise du monde entier indiquent être confrontés à une augmentation des tensions sur les prix des intrants dans leur activité. En Chine, les entreprises manufacturières subissent une hausse des prix des matières premières, tandis que l'Europe connaît une inflation liée aux prix de l'énergie et des denrées alimentaires. Aux Etats-Unis, 59% des chefs d'entreprises s'attendent à ce que l'inflation soit élevée au moins jusqu'à la mi-2023, voire au-delà.



Concernant leurs priorités internes pour l'année à venir, les directeurs généraux de toutes les régions du monde indiquent que la priorité est d'attirer et de retenir les talents. Ils reconnaissent également que le télétravail jouera un rôle important même après la pandémie.



-Thomas Gryta, The Wall Street Journal



(Chip Cutter et Emily Glazer ont contribué à cet article)



(Version française Valérie Venck) ed: ECH



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



January 13, 2022 07:34 ET (12:34 GMT)




Copyright (c) 2022 Dow Jones & Company, Inc.
ING Groep NV (EU:INGA)
Graphique Historique de l'Action
De Juil 2022 à Août 2022 Plus de graphiques de la Bourse ING Groep NV
ING Groep NV (EU:INGA)
Graphique Historique de l'Action
De Août 2021 à Août 2022 Plus de graphiques de la Bourse ING Groep NV