PARIS (Agefi-Dow Jones)--OVHcloud a accusé jeudi une des plus fortes baisses depuis son introduction en Bourse en octobre dernier. L'action du spécialiste des services d'informatique dématérialisée a chuté de 5,4%, à 20,83 euros, en réaction à la publication de résultats semestriels "de qualité, mais comportant quelques éléments exceptionnels irritants", selon un analyste basé à Paris. Sur la période de septembre 2021 à février 2022, les charges exceptionnelles, liées notamment à l'introduction en Bourse, aux acquisitions récentes et à l'incendie de Strasbourg, ont réduit de 41 millions d'euros le résultat opérationnel. "La moitié de ces éléments non récurrents, auxquels les investisseurs ne s'attendaient pas, provient de plans de rémunération en actions", souligne ce même analyste.



OVHcloud a, certes, relevé jeudi son objectif de croissance du chiffre d'affaires pour l'exercice 2021-2022, anticipant une hausse comprise entre 15% et 17% en données comparables, alors que les dirigeants tablaient précédemment sur une progression comprise entre 12,5% et 15%. Mais ce nouvel objectif ne fait que rejoindre les attentes des analystes, "qui se situent déjà autour de 16%", relativise JPMorgan Cazenove.



Dans un entretien accordé à l'agence Agefi-Dow Jones, le directeur financier d'OVHcloud, Yann Leca, revient sur cette publication, tout en précisant les ambitions, les perspectives et la stratégie de croissance externe du groupe. Le dirigeant appelle également les instances européennes à continuer à se pencher sur la régulation du marché de l'informatique dématérialisée.



Agefi-Dow Jones : Comment expliquez-vous la déception des investisseurs à la suite de la publication de vos résultats semestriels ?



Yann Leca: "Je pense que certains investisseurs ont pris leurs plus-values, car l'action OVHcloud avait traversé sans difficulté la période de consolidation du secteur technologique provoquée par la remontée de l'inflation, de même que le déclenchement de la guerre en Ukraine. Malgré ces vents contraires, nous avons confirmé nos ambitions à horizon 2025 et les analystes n'ont pas modifié leurs recommandations. Ce qui me rend confiant pour l'évolution future du cours de Bourse".



Agefi-Dow Jones : Subissez-vous toujours des difficultés pour vous approvisionner en composants électroniques ?



Y. L. : "Oui, et nous estimons que ces difficultés vont perdurer jusqu'à l'année prochaine, car les sites de production sont arrivés à saturation au moment où l'économie mondiale redémarrait après la crise sanitaire. Aujourd'hui s'ajoutent des freins géopolitiques, puisque des éléments chimiques entrant dans la fabrication de certains composants proviennent de zones touchées par la guerre. Mais nous avions anticipé une partie de ces difficultés dès fin 2020 et avons constitué d'importants stocks de précaution. Aussi, la verticalité de notre modèle d'entreprise nous permet, si nécessaire, de substituer un composant indisponible par un autre, en reconfigurant l'architecture des serveurs afin de délivrer le service promis".



Agefi-Dow Jones : A ces difficultés d'approvisionnement se greffe désormais un haut niveau d'inflation. Comptez-vous augmenter vos prix de vente pour en atténuer l'impact sur votre compte de résultat ?



Y. L. : "L'augmentation des coûts de l'énergie aura un faible impact sur nos résultats en 2022, car nous bénéficions d'un système de couverture lié à la signature de contrats d'approvisionnement à terme. En revanche, cela sera moins le cas l'an prochain et nous percevons aussi de premiers effets sur l'inflation salariale: dans le secteur technologique, les talents sont rares donc courtisés, et cela tire certains salaires vers le haut. C'est pourquoi, afin de protéger nos marges, nous devrons commencer à augmenter nos prix cette année. Mais nous continuerons de fournir à nos clients le meilleur rapport prix/performance de l'industrie".



Agefi-Dow Jones : Un accord a été trouvé le 25 mars dernier en trilogue - entre la Commission, le Parlement et le Conseil européens - pour sceller le règlement sur les marchés numériques (Digital Markets Act, DMA), prévoyant une entrée en vigueur en octobre prochain. Il aborde assez peu le sujet du cloud. Vous êtes satisfaits de ce texte ?



Y. L. : "Nous nous félicitons de l'adoption du DMA, dont nous attendons désormais les détails. A priori, le cloud devrait faire partie des services essentiels et devrait contribuer à définir de nouvelles règles du jeu pour le cloud afin que le marché soit plus équitable et profite aux acteurs européens du secteur. Dans les grandes zones économiques comme les Etats-Unis ou la Chine, des gouvernements protègent très bien leurs industries par la loi - et par la commande publique. Il serait approprié que l'Union européenne puisse regarder la question de la commande d'Etat avec les mêmes yeux. Il faut ajouter que la proposition européenne de règlement sur les données (Data Act) viendra en complément du DMA, et ciblera plus directement l'industrie du cloud".



Agefi-Dow Jones : Alors que le DMA vise à limiter les pratiques concurrentielles des Gafam, vous avez porté plainte auprès de la Commission européenne contre Microsoft. Pourquoi ce dépôt de plainte ?



Y. L. : "Plusieurs sociétés, dont OVHcloud, prennent des dispositions pour mettre en place des conditions de concurrence équitables entre les fournisseurs de services de cloud computing opérant sur le marché européen. D'autres sociétés [non nommées NDLR] ont déposé des plaintes distinctes auprès de la direction générale de la Concurrence à Bruxelles. Nous sommes partis du constat d'une concurrence qui n'est pas équilibrée -- il s'agit bien là de quelque chose qui est su et connu de tout le monde. En tant que leader européen du cloud, il est important que nous puissions faire savoir que les pratiques anticoncurrentielles ne peuvent pas perdurer en Europe. Je ne connais pas beaucoup de pays où une situation de quasi-monopole est permise. Microsoft propose ses suites logicielles que nous utilisons tous pour pousser ses offres de cloud Azure".



-Propos recueillis par Capucine Cousin et Dimitri Delmond, Agefi-Dow Jones



+33 (0)1 41 27 47 31; ddelmond@agefi.fr ed: LBO - JXM



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



April 15, 2022 12:04 ET (16:04 GMT)




Copyright (c) 2022 L'AGEFI SA
OVH Groupe (EU:OVH)
Graphique Historique de l'Action
De Juin 2022 à Juil 2022 Plus de graphiques de la Bourse OVH Groupe
OVH Groupe (EU:OVH)
Graphique Historique de l'Action
De Juil 2021 à Juil 2022 Plus de graphiques de la Bourse OVH Groupe