RESULTATS RECORD

NIVEAUX D’ACTIVITÉ ET DE RÉSULTATS TRÈS SUPÉRIEURS À 2020 ET 2019

ACCÉLÉRATION DE LA CROISSANCE PORTÉE NOTAMMENT PAR LES NOUVELLES OFFRES ET L’INTERNATIONAL, CONFIRMANT LA SOLIDITÉ DU PROGRAMME STRATÉGIQUE

PLEIN SUCCÈS DE L’OPA DE VEOLIA SUR SUEZ

VEOLIA ENTAME L’ANNÉE 2022 DANS DE TRÈS BONNES CONDITIONS GRACE À UN PORTEFEUILLE DE CONTRATS LARGEMENT PROTÉGÉ CONTRE L’INFLATION ET AUX SYNERGIES ATTENDUES DU RAPPROCHEMENT AVEC SUEZ

  • CHIFFRE D’AFFAIRES DE 28 508 M€ EN FORTE CROISSANCE DE +9,6%1
  • TRÈS FORTE CROISSANCE DE L’EBITDA, À 4 234 M€, SOIT +16%1, SUPÉRIEURE À L’OBJECTIF RELEVÉ EN COURS D’ANNÉE
  • 382 M€ D’ÉCONOMIES RÉALISÉES, AU DELA DE L’OBJECTIF ANNUEL DE 350 M€
  • EBIT COURANT EN FORTE HAUSSE DE +42%1, A 1 766 M€
  • RÉSULTAT NET COURANT PART DU GROUPE DE 896 M€, EN CROISSANCE DE +133%
  • NET FREE CASHFLOW RECORD DE 1 341 M€2
  • PROPOSITION D’UN DIVIDENDE DE 1€ PAR ACTION, SOIT UNE HAUSSE DE +43%
  • OBJECTIFS 20223 :
    • SOLIDE CROISSANCE DU CHIFFRE D’AFFAIRES
    • CROISSANCE ORGANIQUE DE L’EBITDA ENTRE +4% ET +6%
    • RÉSULTAT NET COURANT PART DU GROUPE AUTOUR DE 1.1 MD€, SOIT UNE CROISSANCE DE PLUS DE 20%, CONFIRMANT UN EFFET RELUTIF D’ENVIRON 10% SUR LE BNPA
    • MAINTIEN D’UN RATIO DETTE NETTE / EBITDA AUTOUR DE 3X

1 Variation à changes constants 2 Y compris 122M€ de dividendes Suez 3 A changes constants, sans élargissement du conflit au-delà du territoire Ukrainien et sans changement significatif des conditions d’approvisionnement en énergie en Europe

Regulatory News:

Veolia Environnement (Paris:VIE):

Antoine Frérot, Président Directeur Général du Groupe a déclaré : « L’année 2021 s’est conclue dans la très bonne lancée des neuf premiers mois, avec au total des résultats record pour Veolia. La croissance de l’activité est restée soutenue tout au long de l’année, tant en volumes, qui ont progressé de plus de 3%, qu’en valeur, le modèle d’indexation tarifaire dont bénéficie la grande majorité de nos contrats nous permettant d’absorber les effets de l’inflation. L’amélioration continue de notre efficacité a par ailleurs sensiblement amplifié cette croissance de l’activité. Ces résultats record témoignent de la solidité et de la bonne exécution de notre programme stratégique Impact 2023, avec notamment de puissants relais de croissance à l’international et dans les nouvelles offres. Ce sont ces fondements qui permettent à notre Groupe d’être aujourd’hui résilient face au conflit dans l’Est de l’Europe, comme lors des crises précédentes. Veolia aborde 2022 dans de bonnes conditions, au moment d’intégrer les activités que nous avons rachetées dans le cadre de l’OPA sur Suez. Près de 10 Mds€ de chiffre d’affaires vont ainsi s’ajouter aux 28 Mds€ réalisés en 2021, soit un apport de plus de 30% qui vont permettre de renforcer encore l’empreinte du Groupe à l’international, et donner un coup d’accélérateur à nos capacités d’innovation. Cette croissance, couplée aux synergies attendues, se traduira en termes de résultat net par une hausse de plus de 20% dès cette année, avec effet relutif sur le bénéfice par action d’environ 40% en 2024. La création du grand champion mondial de la transformation écologique est lancée et est sur de bons rails.»

  • Chiffre d’affaires de 28 508 M€ contre 26 010 M€ en 2020, soit une croissance de 9,6% à change constant.

Au cours de l’exercice 2021, le chiffre d’affaires du Groupe Veolia a fortement progressé sous les effets combinés de volumes en hausse, de prix des services bien orientés et également de l’effet de la hausse des prix des énergies et des matières recyclées. Par rapport à 2019, année de référence avant la crise sanitaire, le chiffre d’affaires est également en progression soutenue de +6,5% à changes constants.

A change constant, après un T1 2021 en croissance de 4,0%, un T2 en hausse de 19,7% à comparer au trimestre le plus impacté par la crise sanitaire et un T3 en croissance de +5,9%, le T4 2021 a enregistré une progression de +10,1%.

Les variations des changes ont eu un impact quasi-nul, de -4 M€, sur le chiffre d’affaires de la période.

L’effet périmètre est favorable de 234 M€, soit +0,9% sur le chiffre d’affaires, avec les développements en Europe Centrale (Réseau de chaleur à Prague et cogénération à Budapest principalement) et dans les activités mondiales (rachat d’OSIS auprès de SUEZ) qui ont plus que compensé la cession de Sade Telecom et de l’activité de nettoyage à Singapour.

Les variations des prix des énergies (prix de la chaleur et de l’électricité) se sont amplifiées sur la deuxième partie de l’année et ont eu un effet positif de 405 M€, soit +1,5% sur le chiffre d’affaires et les matières recyclées à hauteur de 499 M€ (+1,9% sur le chiffre d’affaires), dont 319 M€ pour les papiers-cartons, 63 M€ pour les plastiques et 60 M€ pour les métaux. L’activité Papiers a ainsi doublé, à 605 M€ et le chiffre d’affaires Plastiques a crû de +29%, à 383 M€.

Le climat a eu un effet favorable de 73 M€ (+0,3 % sur le chiffre d’affaires). Après un hiver froid, favorable aux activités de chauffage, l’été humide a pesé sur les volumes d’eau distribués en France.

L’effet volumes et commerce a été positif de 886 M€, soit un effet très favorable de +3,4% sur le chiffre d’affaire du Groupe, grâce à la poursuite d’une bonne dynamique commerciale dans tous les métiers, du rebond des volumes de l’activité Déchet et la hausse de l’activité Travaux (+211M€).

Les prix des services sont toujours favorablement orientés, avec un effet positif de 405 M€ au niveau du Groupe, soit un effet de +1,5% sur le chiffre d’affaires, en ligne avec la tendance des neuf premiers mois.

A change constant, par géographie, les variations enregistrées au cours de l’exercice s’établissent de la façon suivante :

  • En France, la croissance de l’activité est restée très soutenue, en hausse de +8,9% par rapport à 2020 et de +4,6% par rapport à 2019, à 5 868 M€. Le chiffre d’affaires de l’Eau est en progression de +1,2% avec une indexation tarifaire modérée de +0,9% et des volumes en repli de 1,3%, conséquence d’un été pluvieux, dont l’effet a été compensé par la bonne dynamique dans les Travaux. L’activité Déchets a enregistré une très forte croissance de +18,1% comparée à 2020 et +11,1% par rapport à 2019. L’activité a notamment bénéficié du démarrage de contrats et de la mise en service d’un nouvel actif de traitement dans l’incinération. Les volumes sont en hausse de +5,7% et ont retrouvé un niveau pré-covid et les prix de +2,5%. L’activité bénéficie également de la hausse du prix des matières premières recyclées (effet de +7,7% sur le chiffre d’affaires de la Propreté), avec des prix de vente moyens des cartons recyclés de 153€ par tonne contre 56€ en 2020.
  • L’Europe hors France a enregistré la plus forte croissance au sein du Groupe, avec un chiffre d’affaires de 10 942 M€ M€, en hausse de +15,6% par rapport à 2020 et de +16 % par rapport à 2019. Toutes les zones ont enregistré une croissance à deux chiffres. Avec un chiffre d’affaire de 6 260 M€, l’Europe Centrale et Orientale yc l’Allemagne est en progression de +19,6%, essentiellement dans l’activité Energie en hausse de +37%, combinaison d’un effet climat favorable, de prix de la chaleur et de l’électricité à la hausse et l’intégration des actifs à Prague et Budapest. L’activité Eau a augmenté de +3% avec des volumes en hausse de +0,3% (pénalisés par une activité touristique toujours en retrait à Prague) et des hausses tarifaires plus soutenues. L’Allemagne a crû de +9,1% avec des volumes en rattrapage dans le segment Déchets Industriels et Commerciaux, la hausse des prix des recyclats et dans l’Energie, un effet climat positif et des tarifs en hausse. L’Europe du Nord, qui inclut le Royaume-Uni, a généré un chiffre d’affaires de 3 276 M€, soit une croissance de +7,6% par rapport à 2020 et +2% par rapport à 2019. Le Royaume-Uni a bénéficié du rebond des volumes de Déchets Industriels et Commerciaux, d’un bon niveau de prix des services, d’une très bonne disponibilité des PFI (94,8%), des prix élevés des recyclats. Les Pays-Bas ont enregistré un bon redressement avec la dynamique favorable du recyclage de plastique. En Scandinavie, les activités en Suède et en Norvège ont été vendues en fin d’année. La zone Italie-Espagne-Portugal a réalisé un chiffre d’affaires de 1 405 M€, en croissance de 17,8% par rapport à 2020 et +20,2% par rapport à 2019 grâce à une bonne dynamique commerciale et la hausse du prix des énergies.
  • Le chiffre d’affaires du Reste du monde s’est établi à 7 067 M€, en croissance de +5,4% par rapport à 2020 et +2,6% par rapport à 2019 (à périmètre et changes constants). Toutes les géographies sont en progression. L’Amérique Latine a de nouveau enregistré une forte croissance, à +14,1%, portée par des tarifs en hausse, de bons volumes et la poursuite d’une bonne dynamique de gains de contrats. L’Amérique du Nord a crû de +5,2%. La zone Afrique Moyen-Orient est en croissance soutenue, à +12,3%, grâce notamment à la bonne dynamique de gains de contrats au Moyen-Orient et un retour à la normale de l’activité Eau et Energie au Maroc. L’Asie est en légère croissance, sous l’effet de l’arrêt de certains contrats. Redémarrage progressif post crise sanitaire en Australie.
  • Les activités mondiales ont enregistré une croissance de +4,4% par rapport à 2020, avec un chiffre d’affaires de 4 629 M€. A périmètre et change constant, principalement hors vente de l’activité Sade Telecom, la croissance s’est établie à +6,5% par rapport à 2020 et +0,3% par rapport à 2019. Veolia Water Technologies est stable avec la fin de contrats d’usines de dessalement. Les prises de commandes sont en hausse de 15% par rapport à 2020. La SADE progresse de +5,5% à périmètre constant portée par ses gains de contrats et la bonne dynamique de ses marchés. L’activité Déchets Toxiques continue de croître fortement, avec une hausse de +29,5% par rapport à 2020 et de +20,3% par rapport à 2019. L’activité bénéficie notamment de l’intégration pleinement réussie de la société OSIS. Les activités de services industriels et d’énergie ont entamé leur rebond et sont en hausse de +15,3% par rapport à 2020 mais encore en retrait par rapport à 2019.

Par activité, à périmètre et changes constants, dans l’Eau, le chiffre d’affaires de l’activité Exploitation est en croissance de +1,9%. L’activité Technologie et Construction est en progression de +2,8%. Les Déchets sont en forte croissance, à +14,2%, avec des volumes en hausse soutenue de +5,3%, des prix toujours bien orientés, en hausse de +2,7% et un fort effet de la hausse des prix des matières recyclées (+5,2%). L’Energie est en forte hausse également, à +12,3%, avec un effet climat favorable de +1,6% sur le chiffre d’affaires (85 M€) et des effets prix de la chaleur et de l’électricité de +6,8% sur le chiffre d’affaires.

  • Très forte croissance de l’EBITDA, à 4 234 M€ contre 3 641 M€ en 2020, soit une croissance de +16% à change constant et de +6,9% par rapport à 2019.
    • Les variations de change ont eu un impact très légèrement positif de +9 M€ soit +0,2% et les effets périmètre un effet favorable de +78 M€ (+2,1%).
    • La forte croissance du chiffre d’affaires a eu un effet amplifié au niveau de l’EBITDA. La très forte croissance de L’EBITDA est alimentée à hauteur de 277 M€ par la progression de l’activité, soit +7,6%. Le programme de réductions de coûts a contribué à hauteur de 382 M€, soit + 10,5% sur l’EBITDA, niveau particulièrement élevé en 2021 et supérieur à l’objectif initial de 350 M€, sous les effets combinés du plan d’efficacité opérationnelle annuel et du plan Recover and Adapt mis en place pour compenser les effets de la crise sanitaire en 2020 et 2021. Les prix des énergies achetées et vendues et des matières premières recyclées ont eu un effet positif de +35 M€. Les recyclats ont eu un effet positif de 113 M€ en 2021 et les prix des énergies et du CO2 un effet négatif de -78 M€. Le pincement net de la hausse des coûts s’est établi à -199 M€, soit -5,5%. Le climat a eu un effet très légèrement favorable de +11M€. L’impact positif de l’hiver rigoureux dans l’Energie a été compensé par l’été pluvieux dans l’Eau. Pour rappel, l’EBITDA du troisième trimestre 2021 avait bénéficié d’un effet one-off positif de 86 M€, avec la cession escompte d’une créance liée à la fin de la construction de l’incinérateur de Troyes. Cet élément cash n’a eu aucun effet au niveau de l’EBIT courant.
  • Croissance de +41,7 % de l’EBIT Courant à 1 766 M€ contre 1 242 M€ en 2020.
    • La variation des changes a eu un effet très légèrement positif de 5 M€ sur l’EBIT courant.
    • La très forte hausse de l’EBIT courant (+ 524 M€) se décompose de la façon suivante :
      • Hausse de l’EBITDA (+593 M€).
      • Des dotations aux amortissements (y compris remboursements des actifs financiers opérationnels) en croissance de 159 M€, sous l’effet de l’intégration d’actifs dans l’Energie en Europe Centrale, d’OSIS dans le déchet dangereux et de l’effet de la cession de créance liée à la fin de la construction de l’incinérateur de Troyes. A périmètre et change constants, les dotations aux amortissements hors remboursement d’actifs financiers opérationnels sont en hausse de +2,3%.
      • Le solde provisions, ajustements de valeurs et plus-values industrielles passe de -11M€ à +119 M€ de 2020 à 2021 et +52 M€ en 2019. L’année 2020 était marquée par les effets de la crise sanitaire. L’écart entre le solde de 52 M€ de reprises de provisions nettes en 2019 et 119 M€ en 2021 s’explique essentiellement par la variation des gains sur cessions d’actifs industriels (moins-values industrielles de 39 M€ en 2019 et plus-values de cessions industrielles de 39 M€ en 2021). Le solde de dotations nettes des reprises de provisions revient à un niveau comparable à 2019.
      • La contribution du résultat net courant des co-entreprises et entreprises associées s’établit à 105 M€ contre 111 M€ en 2020 après la cession de la concession d’eau de Shenzhen.
  • Résultat net courant part du Groupe en forte croissance, à 896 M€ contre 382 M€ en 2020 et 738 M€ en 2019, soit une croissance respective de +132,9% et +20,9% à changes constants.
    • Le résultat net courant part du Groupe a très fortement augmenté grâce :
      • Au fort rebond de l’EBIT courant par rapport à 2020, année de la crise sanitaire
      • A la forte baisse du coût de l’endettement financier net, à -343 M€ contre -414 M€ en 2020, grâce à des taux de refinancement de la dette en Euro très bas de 1,95% et au débouclage d’une couverture de taux dont l’effet a été favorable à hauteur de 20 M€. Le coût de financement net s’établit ainsi à 2,98% contre 4,02% en 2020.
      • Aux 122 M€ de dividendes reçus au titre de la détention de 29,9% du capital de Suez.
      • Des autres revenus et charges financiers courants en légère baisse à -145 M€ contre -166M€ en 2020.
      • Un effet défavorable du solde des plus-values de cessions financières nettes à -16 M€ en 2021 contre 26 M€ en 2020.
      • Un impôt qui a doublé, à -330 M€ contre -160 M€ en 2020, soit un un taux d’imposition de 25,8%.
      • Des minoritaires en hausse à -158 M€ contre -146 M€ en 2020.
  • Endettement Financier Net ramené à 9 532 M€ au 31 décembre 2021 contre 13 217 M€ au 31 décembre 2020. Free Cash Flow record de 1 219 M€.
    • L’endettement financier net est en forte baisse. Il bénéficie de 122 M€ de dividendes reçus de Suez, ainsi que de l’augmentation de capital de 2,5 Mds€ réalisée en octobre et de l’émission d’une dette hybride pour 500 M€.
    • Les investissements industriels nets ont été maîtrisés, à 2 212 M€, contre 2 151 M€ en 2020.
    • La poursuite d’une gestion très stricte du BFR a permis de le réduire de nouveau de 382 M€.
    • Le Free Cash Flow est en très forte amélioration et ressort à 1 219 M€ contre 507 M€ en 2020.
    • Le solde des investissements financiers nets des cessions s’est établi à 64 M€. Le rachat d’OSIS auprès de Suez finalisé en mai 2021 a été compensé par les cessions d’actifs en Scandinavie et en Chine.
  • Hausse du dividende, à 1€ par action, payé à 100 % en numéraire au titre de l’exercice 2021. Le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale du 15 juin 2022 le versement d’un dividende de 1€ par action au titre de l’exercice 2021, payable en numéraire. La date de détachement du dividende est fixée au 5 juillet 2022. Les dividendes 2021 seront versés à partir du 7 juillet 2022.
  • Perspectives 2022* L’année 2022 démarre dans un contexte inflationniste dans lequel les activités de Veolia sont bien protégées, grâce au modèle contractuel d’indexation tarifaire qui s’applique à près de 70% du chiffre d’affaires du Groupe et à la politique de couverture des achats énergétiques. Par ailleurs le Groupe est très faiblement exposé à l’Ukraine et à la Russie avec un chiffre d’affaires d’environ 120M€ (soit 0,3% du chiffre d’affaires) et 130M€ de capitaux employés (soit moins de 0,5% des capitaux employés de l’ensemble Veolia-Suez). Au regard des tendances toujours favorables dans nos différentes activités, sans élargissement du conflit au-delà du territoire Ukrainien, ni changement significatif des conditions d’approvisionnement en énergie en Europe, les perspectives 2022 du Groupe, qui intègrent pour la première fois celles de Suez à partir du 18 janvier s’établissent de la façon suivante :
  • Solide croissance organique du Chiffre d’affaires
  • Économies de coûts supérieures à 350 M€ auxquelles s’ajoutent 100 M€ de synergies attendues pour la première année d’intégration de Suez
  • Croissance organique de l’EBITDA entre +4% et +6%
  • Résultat net courant part du Groupe autour de 1,1 Md€, en hausse de plus de 20%, confirmant l’effet relutif d’environ 10% sur le Bénéfice Net Courant Par Action**
  • Confirmation de la relution du Bénéfice Net Courant Par Action d’environ 40% en 2024**
  • Leverage ratio autour de 3x
  • Et croissance du dividende en ligne avec celle du Bénéfice Net Courant Par Action

* à change constant **BNPA y compris coût de l’hybride et avant PPA

Rapprochement avec Suez finalisé le 27 janvier 2022 par la clôture de l’Offre Publique d’Achat de Veolia sur Suez

  • Au cours de l’année passée, les différentes étapes du rachat de Suez ont conduit à entrer dans la dernière phase de l’Offre Publique d’Achat en décembre 2021 pour atteindre un taux de détention de 95,95% du capital de Suez le 27 janvier 2022, et à mettre en œuvre une procédure de retrait obligatoire sur les actions Suez restantes, qui s'est achevée le 18 février 2022.
  • Par ailleurs, comme prévu dans l’accord signé avec Suez en avril 2021, Veolia a revendu le 31 janvier 2022 un ensemble d’actifs du portefeuille de Suez à un consortium constitué de Meridiam, GIP, Caisse des Dépôts et CNP. Ce portefeuille est constitué de l’activité dans l’eau municipale et le déchet solide en France, ainsi que des activités de Suez notamment dans l’eau et dans les géographies suivantes : Italie (y compris la participation dans Acea), République tchèque, Afrique (y compris la Lydec), Asie Centrale, Inde, Chine, Australie, et les activités monde digitales et environnementales (SES).
  • S’agissant des procédures d'autorisation des autorités de concurrence concernées par l’opération de rachat de Suez, Veolia a obtenu toutes les autorisations nécessaires à l’exception de la Competition and Markets Authority (CMA) au Royaume-Uni pour lequel la procédure est en cours et devrait prendre fin courant 2022.

Le Groupe Veolia a pour ambition de devenir l’entreprise de référence de la transformation écologique. Présent sur les cinq continents avec près de 179 000 salariés, le Groupe conçoit et déploie des solutions utiles et concrètes pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie qui participent à changer radicalement la donne. Au travers de ses trois activités complémentaires, Veolia contribue à développer l’accès aux ressources, à préserver les ressources disponibles et à les renouveler.

En 2020, le groupe Veolia a servi 95 millions d’habitants en eau potable et 62 millions en assainissement, produit près de 43 millions de mégawatheures et valorisé 47 millions de tonnes de déchets. Veolia Environnement (Paris Euronext : VIE) a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires consolidé de 26,010 milliards d’euros. www.veolia.com

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée à Euronext Paris et le présent communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, les risques liés aux termes et conditions figurant habituellement dans les accords de cession, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passée, présentes et futures, de même que les autres risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers. Veolia Environnement n’a pas l’obligation ni ne prend l’engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement (www.veolia.com) copie des documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorité des Marchés Financiers.

Ce communiqué de presse contient des indicateurs non strictement comptables (« non GAAP »). Ces indicateurs non GAAP pourraient être définis différemment des indicateurs similaires publiés par d’autres groupes, et ne doivent pas se substituer aux indicateurs préparés en conformité avec les normes IFRS.

INFORMATIONS FINANCIÈRES AU 31 DECEMBRE 2021

A] CHIFFRES CLES

Les chiffres clés du Groupe au 31 décembre 2021 sont présentés ci-dessous. Le comparatif du 31 décembre 2020 retraité1 intègre le traitement en résultat courant des impacts IFRS 2 “paiement fondé sur des actions". Le passage des indicateurs publiés aux indicateurs retraités est présenté en Annexe

 

 

 

 

Variations 2020 / 2021

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020 retraité1

 

31 décembre 2021

 

en courant

 

à change constant

 

à périmètre et change constants

Chiffre d’affaires

 

26 009,9

 

28 508,1

 

9,6%

 

9,6%

 

8,7%

EBITDA1

 

3 640,8

 

4 233,8

 

16,3%

 

16,0%

 

13,9%

Marge d'EBITDA

 

14,0%

 

14,9%

 

 

 

 

 

 

EBIT Courant2

 

1 242,0

 

1 765,7

 

42,2%

 

41,7%

 

40,5%

Résultat net courant – part du Groupe2

 

381,8

 

895,8

 

134,6%

 

132,9%

 

135,9%

Résultat net – part du Groupe

 

88,8

 

404,3

 

355,8%

 

350,8%

 

 

Résultat net courant – part du Groupe – par action2 (non dilué)

 

0,75

 

1,51

 

 

 

 

 

 

Résultat net courant – part du Groupe – par action (dilué)

 

0,72

 

1,45

 

 

 

 

 

 

Dividende par action versé au titre de l’exercice 3

 

0,70

 

1,00

 

 

 

 

 

 

Investissements industriels nets

 

-2 151,5

 

-2 211,5

 

 

 

 

 

 

Free cash-flow net2

 

507,5

 

1 340,5

 

 

 

 

 

 

Endettement financier net

 

-13 217,0

 

-9 532,2

 

 

 

 

 

 

(1) Les définitions des indicateurs sont données dans la section 6.3.2 infra

(2) Y compris la quote-part de résultat net courant des co-entreprises dans le prolongement des activités du Groupe et entreprises associées

(3) Sous réserve de l’approbation par l’assemblée générale du 15 juin 2022

Les principaux impacts de change sur les chiffres clés sont les suivants :

impact change au 31 décembre 2021 (vs 31 décembre 2020 retraité1)

 

%

 

(M€)

Chiffre d’affaires

 

0,0%

 

-4

EBITDA

 

0,2%

 

9

EBIT Courant

 

0,4%

 

5

Résultat net courant

 

1,7%

 

6

Endettement financier net

 

2,2%

 

298

B] COMPTE DE RÉSULTAT

1. CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDÉ DU GROUPE

1.1 CHIFFRE D’AFFAIRES PAR SEGMENT OPÉRATIONNEL

Le chiffre d’affaires post crise sanitaire, initié au deuxième semestre 2020, est en croissance sur 2021 l’ensemble des segments.

 

 

 

 

 

 

Variations 2020 / 2021

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

 

en courant

 

à change constant

 

à périmètre et change constants

France

 

5 389,9

 

5 868,2

 

8,9%

 

8,9%

 

8,9%

Europe, hors France

 

9 411,4

 

10 941,9

 

16,3%

 

15,6%

 

12,4%

Reste du monde

 

6 759,7

 

7 067,3

 

4,5%

 

5,4%

 

5,0%

Activités mondiales

 

4 443,9

 

4 629,0

 

4,2%

 

4,4%

 

6,5%

Autres

 

5,0

 

1,7

 

-

 

-

 

-

Groupe

 

26 009,9

 

28 508,1

 

9,6%

 

9,6%

 

8,7%

Le chiffre d’affaires en France ressort en progression de 8,9% par rapport au 31 décembre 2020 :

  • Le chiffre d’affaires de l’Eau est en hausse de +1,2% par rapport au 31 décembre 2020 en raison d’une hausse de l’activité travaux qui retrouve le niveau de 2019 et de l’effet positif des révisions tarifaires (+0,9%) qui compensent des volumes en baisse (-1,3%) principalement impactés par l’été pluvieux.
  • L’activité Déchets progresse de +18,1% par rapport au 31 décembre 2020, dans la continuité du rebond du premier semestre, avec des volumes en hausse, l’évolution favorable des prix des matières recyclées vendues notamment le papier et l’effet positif des révisions tarifaires.

L’Europe hors France est en progression de 15,6% à change constant par rapport au 31 décembre 2020 et bénéficie de la hausse du prix des matières recyclées et de l’énergie ainsi que de l’effet climat favorable dans l'activité Energie surtout sur le premier trimestre. Ces éléments s’accompagnent de la montée en puissance des nouvelles activités intégrées en Europe centrale et orientale et du rebond de l’activité au Royaume-Uni et en Allemagne.

  • En Europe centrale et orientale y compris Allemagne, le chiffre d’affaires s’établit à 6 260 millions d’euros en croissance de +19,6% à change constant par rapport au 31 décembre 2020. Cette hausse est principalement portée par :
    • une croissance organique de l’ensemble des activités (+13,1% à périmètre et change constants) provenant d’indexations tarifaires en hausse dans l’Energie (Pologne et Hongrie) et dans l’Eau (République Tchèque, Bulgarie et Roumanie), et d’un effet climat favorable à hauteur de 79 millions d’euros (République Tchèque et Pologne);
    • un impact périmètre à hauteur de 339 millions d’euros avec principalement l'intégration des nouvelles activités acquises fin 2020 en Hongrie dans la cogénération (BERT), la distribution de chaleur en République Tchèque (Prague Rive Droite) et les déchets en Russie (MAG).
    • En Allemagne grâce à la forte hausse du prix des matières recyclées (168 millions d’euros dont 126 millions d’euros sur le papier), la hausse des prix de l’énergie, et la bonne reprise des volumes de déchets commerciaux.
  • En Europe du Nord, le chiffre d’affaires de 3 276 millions d’euros progresse de +7,6% à change constant par rapport au 31 décembre 2020. Cette hausse est principalement portée par le Royaume-Uni et l’Irlande, dont le chiffre d’affaires s’affiche à 2 423 millions d’euros, en hausse de +8,5% à change constant en raison de prix des matières recyclées (papier et métaux) en hausse, du rebond des volumes de déchets industriels et enfouis qui retrouvent presque leur niveau d’avant crise sanitaire, et d’une bonne performance des incinérateurs (taux de disponibilité des installations de 94,9% en 2021 contre 94,1% en 2020)

Les activités du Reste du Monde affichent une hausse de +5,4% à change constant par rapport au 31 décembre 2020 avec une croissance dans l’ensemble des géographies :

  • Progression du chiffre d’affaires en Amérique Latine de +14,1% à change constant portée notamment par des indexations tarifaires favorables en Argentine (inflation locale), en Colombie et au Mexique, la croissance de l’activité déchets dangereux au Chili et en Argentine, le bon niveau d’activité dans l’Eau en Equateur, et des gains commerciaux notamment dans les déchets en Colombie.
  • En Afrique Moyen-Orient, l’activité progresse de +12,3% à change constant avec le gain de nouveaux contrats notamment dans les services énergétiques au Moyen Orient, une hausse des volumes d’eau au Maroc et une progression de l’activité en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire).
  • En Amérique du Nord, le chiffre d’affaires s’établit à 1 784 millions d’euros soit une hausse de +5,2% à change constant par rapport à l’exercice précédent. Les déchets dangereux contribuent à cette progression avec des volumes traités en hausse, un effet prix favorable partiellement compensé par les impacts de la vague de froid du premier trimestre au Texas et de l’ouragan Ida en septembre ayant entraîné l’arrêt temporaire de certains sites.
  • Le chiffre d’affaires en Asie progresse de +1,1% à change constant, l’effet défavorable de la baisse des activités de Déchets liée à la fin d’un contrat en Chine (Laogang en 2020) est partiellement compensé par la forte croissance en Inde, au Japon et à Taiwan. Par ailleurs, le Groupe poursuit les projets de développement dans l’activité déchets dangereux en Chine.
  • Dans le Pacifique le chiffre d’affaires est en hausse de +1,0% à change constant, grâce à la reprise des volumes de déchets, dans un contexte d’allègement des restrictions sanitaires depuis l’automne, et à un bon niveau d’activité dans l’Eau. L’activité énergie est impactée par une cession d’actif industriel (impact sur chiffre d’affaires de -36 millions d’euros).

Le chiffre d’affaires du segment des Activités mondiales progresse de +4,4% à change constant par rapport au 31 décembre 2020 malgré l’impact de la cession de l'activité Sade Telecom fin 2020. A change et périmètre constant, ce segment progresse de +6,5% :

  • L’activité des déchets dangereux en Europe est en forte progression de +29,5% à change constant avec un bon niveau de volumes et de prix, le développement commercial dans l’activité assainissement et maintenance industrielle pour retrouver les niveaux d’activité d’avant crise sanitaire. L’activité bénéficie par ailleurs de l’effet périmètre positif lié à l’acquisition de la filiale de Suez RV OSIS réalisée en mai 2021 (198 millions d’euros de chiffre d’affaires).
  • L’activité de Veolia Water Technologies est en progression de +0,6% à périmètre et change constant, avec la progression dans l’activité distribution technologique en Europe, la montée en puissance des solutions d’Unités Mobiles, le développement des projets municipaux en France. Le montant de prise de commandes de VWT enregistré au 31 décembre 2021, s’élève à 1 268 millions d’euros contre 1409 millions d’euros au 31 décembre 2020.
  • La SADE qui a cédé son activité Télécom en fin d’année 2020 (impact périmètre de -302 millions d’euros) est en retrait de -19% à change constant mais en progression de +5,5% à périmètre et change constant, portée par une activité commerciale dynamique en France notamment dans le marché public.

1.2 CHIFFRE D’AFFAIRES PAR METIER

Par métier, l’activité du Groupe en 2021 est marquée par

  • la résilience des activités Eau avec une croissance à fin décembre de +2,1% à périmètre et change constant par rapport à 2020
  • le rebond de l’activité Déchets en croissance de +15,5% à change constant en raison de volumes traités en hausse, de la hausse des prix des matières recyclées et de révisions tarifaires favorables
  • la croissance de l'Énergie de +19,9% à change constant tirée par la hausse des prix des énergies (électricité et chaleur), l’impact favorable de révisions tarifaires et l’effet climat positif.

 

 

 

 

Variations 2020 / 2021

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

 

en courant

 

à change constant

 

à périmètre et change constants

Eau

 

10 900,0

 

10 788,3

 

-1,0%

 

-0,7%

 

2,1%

dont Eau exploitation

 

8 151,8

 

8 284,4

 

1,6%

 

1,9%

 

1,9%

dont Technologie et Construction

 

2 748,2

 

2 503,9

 

-8,9%

 

-8,6%

 

2,8%

Déchets

 

9 672,9

 

11 227,7

 

16,1%

 

15,5%

 

14,2%

Energie

 

5 437,0

 

6 492,1

 

19,4%

 

19,9%

 

12,3%

Groupe

 

26 009,9

 

28 508,1

 

9,6%

 

9,6%

 

8,7%

Chiffre d’affaires Eau

Le chiffre d’affaires de l’Eau exploitation progresse à périmètre et change constants de +1,9% par rapport au 31 décembre 2020 confirmant la résilience de cette activité portée par un rebond de l’activité travaux et malgré des volumes d’eau en baisse en France en raison de consommations moins élevées liées à l’été pluvieux 2021.

Le chiffre d’affaires Technologie et Construction est en progression de +2,8% à périmètre et change constant par rapport au 31 décembre 2020. Cette progression est principalement portée par VWT avec la croissance de l’activité de Westgarth (filiale spécialisée dans l’Oil & Gas) et la hausse de l’activité travaux pour les municipalités en France et aux Etats-Unis.

Chiffre d’affaires Déchets

Le chiffre d’affaires de l’activité Déchets progresse de +14,2% à périmètre et change constants par rapport au 31 décembre 2020. Elle bénéficie de prix toujours élevés sur les matières recyclées (+5,2%), de la croissance des volumes (+5,3%), et des impacts positifs d’augmentation tarifaire (+2,7%).

La hausse du prix des matières recyclées et notamment du papier a été continue sur 2021 et particulièrement forte sur le premier semestre.

Les volumes ont dans l’ensemble retrouvé leur niveau pré crise sanitaire, sauf sur les déchets commerciaux et industriels qui restent encore en retrait par rapport à 2019 sur quelques géographies.

Chiffre d’affaires Energie

Le chiffre d’affaires de l’activité Energie est en progression de +19,9% à change constant par rapport au 31 décembre 2020, et de +12,3% en croissance organique, retraité de l’impact périmètre de l’intégration des activités de réseau de chaleur de Prague Rive Droite et des installations de cogénération de la ville de Budapest (+398 millions d’euros de chiffre d’affaires).

La forte croissance de l’activité s’appuie sur un effet climat favorable (+1,6%) notamment en Europe centrale et orientale, en début d’année et au quatrième trimestre, un effet prix en hausse (+6,8%), tiré par les augmentations tarifaires en Pologne et en Hongrie, et un fort développement commercial (+1,9%) en Europe notamment en Italie.

1.3 ANALYSE DE LA VARIATION DU CHIFFRE D’AFFAIRES

L’évolution du chiffre d’affaires peut s’analyser comme suit par principaux effets :

L’effet change de -4 millions d’euros reflète principalement la variation des devises en Amérique (-94 millions d’euros), en Asie (-22 millions d’euros) partiellement compensée par une amélioration sur les devises australiennes (+51 millions d’euros) et britanniques (+75 millions d’euros)2.

L’effet périmètre de 234 millions d’euros comprend notamment en Europe centrale l’impact de l’intégration en 2020, des installations de cogénération à Budapest (235 millions d’euros), du réseau de chauffage urbain de Prague Rive Droite (163 millions d’euros). Dans les Activités Mondiales, la cession en 2020 des activités de Réseaux Télécoms de la SADE (-302 millions d’euros) est partiellement compensée par l’intégration en mai 2021 de la société OSIS (198 millions d’euros).

L’effet Commerce / Volumes / Travaux s’élève à +886 millions d’euros porté pour plus de la moitié par une progression des volumes de déchets et par une excellente dynamique commerciale.

L’effet climat s’élève à +73 millions d’euros essentiellement sur l’Europe centrale dont l’activité énergie a bénéficié d’un hiver rigoureux sur les premier et quatrième trimestres compensé au troisième trimestre par l’impact de l’été pluvieux sur l’activité Eau en France.

L’impact du prix des énergies et des matières recyclées s’élève à +904 millions d’euros. Il est porté par une forte augmentation du prix des matières recyclées (+499 millions d’euros dont 319 millions d’euros sur le papier, 63 millions d’euros sur le plastique et 60 millions d’euros sur les métaux) et l’effet positif du prix des énergies en Europe notamment en Europe centrale qui bénéficie de la hausse des tarifs de chaleur en Pologne et en Allemagne avec des impacts favorables sur les ventes d’électricité.

Les effets prix favorables (+405 millions d’euros) sont liés principalement aux effets des révisions tarifaires estimés à +2,7% dans les Déchets, et +1% dans l’Eau.

2. EBITDA DU GROUPE

Au 31 décembre 2021, l’EBITDA consolidé du Groupe s’élève à 4 234 millions d’euros, soit une variation de +16% à change constant par rapport au 31 décembre 2020. Le taux de marge s’établit à 14,9% au 31 décembre 2021 contre 14% au 31 décembre 2020. L’évolution de l’EBITDA par segment se détaille comme suit :

 

 

 

 

 

 

Variations 2020 / 2021

 

Taux de marge EBITDA

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

 

en courant

 

à change constant

 

à périmètre et change constants

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

France

 

847,7

 

1 074,8

 

26,8%

 

26,8%

 

26,8%

 

15,7%

 

18,3%

Europe, hors France

 

1 403,7

 

1 729,9

 

23,2%

 

22,3%

 

16,9%

 

14,9%

 

15,8%

Reste du monde

 

941,6

 

1 001,5

 

6,4%

 

6,9%

 

7,3%

 

13,9%

 

14,2%

Activités mondiales

 

324,4

 

426,3

 

31,4%

 

31,4%

 

29,3%

 

7,3%

 

9,2%

Autres

 

123,4

 

1,3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Groupe

 

3 640,8

 

4 233,8

 

16,3%

 

16,0%

 

13,9%

 

14,0%

 

14,9%

En France, l’EBITDA est en hausse de +26,8% par rapport au 31 décembre 2020. Dans les métiers de l’Eau, la hausse de l’EBITDA provient essentiellement de la reprise des travaux à la sortie de la crise sanitaire et des gains d’efficacité qui ont compensé l’impact négatif de l’été pluvieux sur le volume. Dans les Déchets, la progression de l’EBITDA est tirée par l’augmentation des prix des matières recyclées notamment du papier, le rebond d’activité post crise sanitaire et la contribution des plans d’efficacité. L’EBITDA a également bénéficié d’une opération de cession escompte au troisième trimestre 2021 sur un incinérateur de déchets en France pour un montant de 86 millions d’euros.

En Europe hors France, l’EBITDA en hausse de +22,3% à change constant par rapport au 31 décembre 2020, bénéficie de l’augmentation des prix des matières recyclées (papier, plastique et métaux) notamment en Allemagne et au Royaume-Uni, de l’effet positif du climat, de la hausse des prix de l’électricité et de la chaleur en Europe centrale, et de la couverture mise en place face à l’augmentation des coûts des certificats CO2, et de prix favorables dans les contrats de distribution d’eau.

Dans le Reste du monde, la progression de l’EBITDA à change constant sur l’année est de +6,9%, particulièrement marquée en Amérique latine, en Amérique du Nord et au Moyen Orient.

Dans le segment Activités mondiales, l’EBITDA est en forte progression de +29,3% à périmètre et change constants, tiré particulièrement par la performance dans les activités déchets dangereux, le rebond des activités de construction, et la progression de la performance opérationnelle dans les métiers de maintenance industrielle.

Par effet, l’évolution de l’EBITDA entre 2020 et 2021 peut s’analyser comme suit:

L’impact change sur l’EBITDA est positif et s’élève à 9 millions d’euros. Il reflète principalement une amélioration des devises australiennes et britanniques partiellement compensées par les variations défavorables des devises en Amérique (-14 millions d’euros)3.

L’effet périmètre de +78 millions d’euros correspond principalement à l’impact de l’acquisition du réseau de chaleur de Prague Rive droite et de l’unité de cogénération de Budapest en 2020.

Les effets commerce et volumes sont favorables à hauteur de +277 millions d’euros. Cette progression est générée par une hausse des volumes dans les Déchets particulièrement en France et en Europe, une bonne activité travaux dans l’Eau en France et dans les activités mondiales (VWT).

L’impact climat favorable dans l'énergie (+11 millions d’euros) principalement en Europe centrale compensé par l’effet des intempéries aux Etats-Unis et l’été pluvieux en France (-23 millions d’euros).

Les prix des énergies et des matières recyclées ont un impact favorable sur l’EBITDA à hauteur de +35 millions d’euros (contre +28 millions d’euros au 31 décembre 2020) dont +113 millions d’euros dans les recyclats, et -78 millions d’euros sur les coûts d’énergie dont les certificats CO2.

Le pincement des prix entre l’effet prix sur le chiffre d’affaires et l’inflation des coûts est de -199 millions d’euros.

La contribution des plans d’économies de coûts s’élève à +382 millions d’euros à fin décembre, au-dessus de l’objectif annuel de 350 millions d’euros. Ils incluent :

  • Le plan d’efficacité pour 280 millions d’euros qui porte principalement sur l’efficacité opérationnelle (à hauteur de 61%), et les achats (27%), et concerne l’ensemble des géographies : la France (24%), l’Europe hors France (36%), le Reste du monde (26%), et les Activités mondiales (13%).
  • Les efforts additionnels d’économies post crise sanitaire du plan Recover et Adapt pour 102 millions d’euros

3. EBIT COURANT DU GROUPE

L’EBIT Courant consolidé du Groupe au 31 décembre 2021 s’établit à 1 766 millions d’euros, en forte progression de 41,7% à change constant par rapport au 31 décembre 2020 retraité4.

Les éléments de passage de l’EBITDA à l’EBIT Courant par rapport au 31 décembre 2020 retraité1 sont les suivants :

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020 retraité1

 

31 décembre 2021

EBITDA

 

3 640,8

 

4 233,8

Dépenses de renouvellement

 

-275,4

 

-291,9

Amortissements5

 

-2 189,7

 

-2 348,9

Provisions, juste valeur et autres

 

-44,2

 

67,9

Quote-part du résultat net courant des co-entreprises et entreprises associées

 

110,5

 

104,8

EBIT Courant

 

1 242,0

 

1 765,7

La progression de l’EBIT Courant par rapport au 31 décembre 2020 retraité1 est significative et s’élève à +518 millions d’euros à change constant, s’explique principalement par :

  • une forte amélioration de l’EBITDA (+584 millions d’euros à change constant)
  • net des effets du remboursement des actifs financiers opérationnels, les amortissements sont en légère hausse suite aux entrées de périmètre 2020
  • un écart favorable sur les provisions et autres qui inclut une hausse des plus-values de cessions industrielles (+58 millions d’euros à change constant) liée notamment à la rotation d’actifs en Suède, en Norvège, et en France.

L’effet change sur l’EBIT Courant est positif de +5 millions d’euros et reflète principalement la variation des devises au Royaume Uni (+7 millions d’euros), en Asie (+4 millions d’euros) partiellement compensées par une dégradation sur les devises en Amérique Latine (-4 millions d’euros) et en Amérique du Nord (-3 millions d’euros).

L’évolution de l’EBIT courant par segment opérationnel est la suivante :

 

 

 

 

 

 

Variations 2020 / 2021

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020 retraité6

 

31 décembre 2021

 

en courant

 

à change constant

France

 

28,2

 

233,5

 

728,2%

 

728,2%

Europe, hors France

 

602,6

 

918,9

 

52,5%

 

51,4%

Reste du monde

 

492,7

 

506,4

 

2,8%

 

3,3%

Activités mondiales

 

111,9

 

222,9

 

99,2%

 

98,3%

Autres

 

6,6

 

-116,0

 

n/a

 

n/a

Groupe

 

1 242,0

 

1 765,7

 

42,2%

 

41,7%

4. RESULTAT FINANCIER DU GROUPE

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

Coût de l'endettement financier net (1)

 

-414,4

 

-342,6

Gains nets / Pertes nettes sur les prêts et créances

 

12,6

 

8,0

Dividendes reçus

 

2,8

 

124,3

Actifs et passifs évalués à la juste valeur par le résultat

 

0,1

 

0,4

Résultat de change

 

-12,9

 

7,9

Désactualisation des provisions

 

-23,5

 

-20,9

Charges d’intérêts sur passif du domaine concédé

 

-79,8

 

-76,5

Intérêts sur dettes locatives IFRS 16

 

-32,2

 

-28,2

Autres

 

-32,9

 

-38,4

Autres revenus et charges financiers courants (2)

 

-165,8

 

-23,4

Plus ou moins-value de cessions financières (3)

 

26,1

 

-15,8

Résultat financier courant (1)+(2)+(3)

 

-554,1

 

-381,8

Autres revenus et charges financiers non courants

 

-

 

-35,0

Résultat financier

 

-554,1

 

-416,8

Au 31 décembre 2021, le résultat financier courant s’élève à -382 millions d’euros contre -554 millions d’euros au 31 décembre 2020. L’amélioration provient principalement des dividendes reçus au titre de la participation du Groupe dans Suez pour l’exercice 2020 à hauteur de 122 millions d’euros et d’une nette amélioration du coût de financement.

Au 31 décembre 2021, le résultat financier non courant pour -35 millions d’euros intègre des coûts relatifs au financement de l’acquisition de Suez.

Coût de l’endettement financier net

Le coût de l'endettement financier net s’établit à -343 millions d'euros au 31 décembre 2021 contre -414 millions d'euros au 31 décembre 2020. Cette baisse du coût de l’endettement du Groupe de 71 millions d'euros s’explique par des conditions de refinancement favorables des émissions obligataires, la baisse des taux d’intérêts en devise et l’impact positif de l’annulation du portefeuille de couverture de taux (swap pré-hedge) mis en place en 2020, pour un montant de 20 millions d’euros.

Hors impact IFRS 16, le taux de financement du Groupe s'établit ainsi à 2,98% au 31 décembre 2021 contre 4,02% au 31 décembre 2020 (respectivement 2,85% versus 3,74% incluant IFRS 16).

Autres revenus et charges financiers

Les autres revenus et charges financiers courants s’élèvent à -23,4 millions d’euros, contre -165,8 millions d’euros au 31 décembre 2020.

Ils incluent les dividendes reçus au titre de la participation du Groupe dans Suez (122 millions d’euros) pour les actions acquises en octobre 2020 (29,9%) ainsi que les intérêts sur passifs du domaine concédé (IFRIC 12) pour -76,5 millions d’euros et les effets de désactualisation des provisions pour -20,9 millions d’euros.

Les moins-values de cessions financières comptabilisées sur l’année 2021 s’élèvent à -15,8 millions d’euros et comprennent essentiellement la moins value de cession de la Namibie (VWT) pour -7,1 millions d'euros et une moins-value de liquidation d'une société non consolidée VIGIE 2 pour -7,5 millions d'euros, compensée par une reprise de provision de 7,5 millions d'euros.

Au 31 décembre 2020, les plus-values de cessions financières s’élevaient à +26,1 millions d’euros.

5. CHARGE D’IMPÔTS COURANTE

La charge d’impôt courante s’élève à -329,7 millions d’euros au 31 décembre 2021, contre -159,6 millions d’euros au 31 décembre 2020 retraité7.

Le taux d’impôt courant au 31 décembre 2021 s’élève à 25,8% contre 27,6 % au 31 décembre 2020 retraité8.

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020 retraité9

 

31 décembre 2021

Résultat avant impôt - Eléments courants (a)

 

687,9

 

1 383,9

Dont quote-part de résultat net des co-entreprises et entreprises associées (b)

 

110,5

 

104,8

Résultat avant impôt retraité - Eléments courants : (c)=(a)-(b)

 

577,4

 

1 279,1

Charge d'impôt retraitée (d)

 

-159,6

 

-329,7

Taux d'impôt retraité sur les éléments du compte de résultat (d)/(c)

 

27,6%

 

25,8%

6. RESULTAT NET COURANT

Le résultat net courant attribuable aux propriétaires de la société mère s’établit à 896 millions d’euros au 31 décembre 2021 contre 382 millions d’euros au 31 décembre 2020 retraité1. Hors plus ou moins-values de cessions financières nettes d’impôts et minoritaires, le résultat net courant attribuable aux propriétaires de la société mère est en progression de 150,5% à change constant, à 915 millions d’euros contre 363 millions d’euros au 31 décembre 2020 retraité1.

7. AUTRES ANALYSES DU COMPTE DE RESULTAT

Coûts commerciaux, généraux et administratifs

Les coûts commerciaux, généraux et administratifs impactant l’EBIT Courant passent de 2 739 millions au 31 décembre 2020 retraité1 à 2 944 millions d’euros au 31 décembre 2021, soit une augmentation de 7,5% en courant (+7,7% à change constant et +6,8% à périmètre et change constants). Le ratio des coûts commerciaux, généraux et administratifs sur le chiffre d’affaires s’établit à 10,3% au 31 décembre 2021, en baisse par rapport au 31 décembre 2020 retraité1 (10,5%).

Résultat net courant / Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère

La part du résultat attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle représente 150,6 millions d’euros au 31 décembre 2021, contre 119,7 millions d’euros au 31 décembre 2020.

Le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère est de 404,3 millions d'euros au 31 décembre 2021 contre 88,8 millions d'euros au 31 décembre 2020.

Le résultat net courant attribuable aux propriétaires de la société mère est de 895,8 millions d’euros au 31 décembre 2021 contre 381,8 millions d’euros au 31 décembre 2020 retraité1.

Compte tenu du nombre moyen pondéré d’actions en circulation au 31 décembre 2021 qui s’élève à 592,9 millions en non dilué, et 617,9 millions en dilué, versus 554,9 millions en non dilué, et 579,9 millions en dilué au 31 décembre 2020, le résultat net par action attribuable aux propriétaires de la société mère au 31 décembre 2021 ressort à 0,68 euro en non dilué et 0,65 euro en dilué, contre 0,16 euro en non dilué et 0,15 euro en dilué au 31 décembre 2020. Le résultat net courant par action attribuable aux propriétaires de la société mère au 31 décembre 2021 ressort à 1,51 euros en non dilué et 1,45 euros en dilué, contre 0,75 euros en non dilué et 0,72 euros en dilué au 31 décembre 2020.

L’effet dilutif pris en compte dans le calcul du résultat net par action concerne les obligations à option de conversion et/ou d’échange en actions nouvelles et/ou existantes émises en septembre 2019 à échéance 1er janvier 2025, ainsi que les programmes de Plan d’Attribution d’Actions de Performance mis en place au 30 avril 2019 à échéance avril 2022, au 5 mai 2020 à échéance mai 2023 et au 4 mai 2021 à échéance mai 2024.

Au 31 décembre 2021, la formation du résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère est la suivante :

(en millions d’euros)

 

Courant

 

Non courant

 

Total

EBIT

 

1 765,7

 

-448,2

 

1 317,5

Coût de l'endettement financier net

 

-342,6

 

-

 

-342,6

Autres revenus et charges financiers

 

-39,2

 

-35,0

 

-74,2

Résultat avant impôts

 

1 383,9

 

-483,2

 

900,7

Charge d'impôts sur les sociétés

 

-329,7

 

-16,1

 

-345,8

Résultat net des autres sociétés mises en équivalence

 

-

 

-

 

-

Résultat net des activités non poursuivies

 

-

 

-

 

-

Part des participations ne donnant pas le contrôle

 

-158,4

 

7,8

 

-150,6

Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère

 

895,8

 

-491,5

 

404,3

Au 31 décembre 2020 retraité10, la formation du résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère est la suivante :

(en millions d’euros)

 

Courant

 

Non courant

 

Total

EBIT

 

1 242,0

 

-322,5

 

919,5

Coût de l'endettement financier net

 

-414,4

 

-

 

-414,4

Autres revenus et charges financiers

 

-139,7

 

-

 

-139,7

Résultat avant impôts

 

687,9

 

-322,5

 

365,4

Charge d'impôts sur les sociétés

 

-159,6

 

22,6

 

-137,0

Résultat net des autres sociétés mises en équivalence

 

-

 

-

 

-

Résultat net des activités non poursuivies

 

-

 

-19,9

 

-19,9

Part des participations ne donnant pas le contrôle

 

-146,5

 

26,8

 

-119,7

Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère

 

381,8

 

-293,0

 

88,8

Le résultat net des activités non poursuivies correspond à fin décembre 2020 à l’impact en résultat des coûts encourus sur l’exercice de l’arrêt des activités EPC à l’international de Veolia Water Technologies pour -19,9 millions d’euros.

Le tableau de passage de l’EBIT Courant au résultat opérationnel, détaillant les éléments non courants du résultat net, est le suivant :

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020 retraité11

 

31 décembre 2021

EBIT Courant

 

1 242,0

 

1 765,7

Pertes de valeur sur goodwill et goodwills négatifs

 

-44,1

 

10,8

Dotations nettes aux provisions non courantes

 

13,5

 

-0,9

Charges nettes de restructuration

 

-106,6

 

-68,2

Provisions et pertes de valeurs nettes non courantes sur actifs corporels, incorporels, AFOs et autres

 

-155,9

 

-234,0

Coûts d’acquisition de titres avec ou sans prise de contrôle

 

-29,4

 

-155,9

Total des éléments non courants

 

-322,5

 

-448,2

Résultat opérationnel après quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence

 

919,5

 

1 317,5

Les charges de restructuration au 31 décembre 2021 concernent principalement l’activité Déchets en France pour -22 millions d’euros.

Les provisions et pertes de valeurs nettes non courantes sur actifs corporels, incorporels, AFOs et autres charges non courantes concernent principalement au 31 décembre 2021 :

  • Des coûts spécifiques dédiés à la situation sanitaire de l’année au-delà des coûts habituels d’équipements et de protection individuels de nos salariés (-59 millions d’euros) ;
  • Des dépréciations d’actifs non courants notamment en Europe centrale et orientale à hauteur de -47 millions d’euros en lien avec le programme de décarbonisation des actifs industriels (République Tchèque, Pologne) et en Roumanie, et en Asie pour -41 millions d’euros.
  • Les coûts d’acquisitions de titres comprennent principalement les coûts encourus dans le cadre de l’opération de rapprochement avec Suez.

C] FINANCEMENT

Le tableau ci-après récapitule la variation de l’Endettement Financier Net et du free cash-flow net :

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

EBITDA

 

3 640,8

 

4 233,8

Investissements industriels nets de cession

 

-2 151,5

 

-2 211,5

Variation BFR opérationnel

 

233,4

 

382,5

Dividendes reçus

 

75,3

 

223,1

Dépenses de renouvellement

 

-260,5

 

-291,9

Autres charges non courantes et charges de restructuration

 

-230,0

 

-236,5

Intérêts sur passifs du domaine concédé (I12)

 

-79,8

 

-76,5

Intérêts sur droit d'usage (IFRS 16)

 

-32,2

 

-28,2

Eléments financiers (intérêts versés courants et capacité d’autofinancement financière)

 

-429,7

 

-368,7

Impôts payés

 

-258,3

 

-285,6

Free cash-flow net, avant versement du dividende, investissements financiers et cessions financières

 

507,5

 

1 340,5

Dividendes versés

 

-425,6

 

-558,2

Investissements financiers nets

 

-4 898,0

 

64,1

Variation des créances et autres actifs financiers

 

-31,8

 

111,0

Emissions / remboursement de titres super subordonnés

 

1 987,1

 

497,5

Augmentation de capital

 

139,0

 

2 692,3

Free cash-flow

 

-2 721,9

 

4 147,2

Effets de change et autres variations

 

185,3

 

-462,4

Variation

 

-2 536,6

 

3 684,8

Endettement Financier Net à l’ouverture

 

-10 680,4

 

-13 217,0

Endettement Financier Net à la clôture

 

-13 217,0

 

-9 532,2

Le Free cash-flow net traduit une belle performance sur l’exercice et s’élève à 1340,5 millions d’euros au 31 décembre 2021 contre 507,5 millions d’euros au 31 décembre 2020.

La progression du free cash-flow net par rapport au 31 décembre 2020 reflète :

  • l’augmentation de l’EBITDA portée par la progression de l’activité, et l’intensification des efforts d’efficacité commerciale et opérationnelle.
  • des investissements industriels nets de 2 211,5 millions d’euros en progression de 2,8% en courant (+2,9% à change constant) :
    • des investissements de maintenance à hauteur de 1 273 millions d’euros (soit 4% du chiffre d’affaires) ;
    • des investissements de croissance sur le portefeuille existant de 876 millions d’euros (contre 691 millions au 31 décembre 2020) ;
    • des investissements discrétionnaires qui s’élèvent à 456 millions d’euros en augmentation de 21 millions d’euros par rapport à 2020.
    • des cessions industrielles à hauteur de 317 millions d’euros, réalisées dans le cadre de la poursuite de la stratégie de rotation d’actifs du Groupe conformément aux objectifs affichés dans le plan stratégique Impact 2023.
  • une nette amélioration de la variation du Besoin en fonds de roulement opérationnel qui s’élève à 383 millions d’euros contre une variation de 233 millions d’euros à fin décembre 2020 grâce à la poursuite des efforts de recouvrement.
  • l’encaissement des dividendes SUEZ pour 122 millions d’euros en date du 8 juillet 2021 au titre des actions (titres non consolidés 29.9 %) acquises en octobre 2020.

L’endettement financier net s'établit à 9 532 millions d'euros, contre 13 217 millions d’euros au 31 décembre 2020.

Par rapport au 31 décembre 2020, la baisse de l'endettement financier net est principalement portée par :

  • la génération du free cash-flow net de l’exercice à hauteur de 1 341 millions d’euros;
  • le versement des dividendes votés en assemblée générale mixte le 22 avril 2021 (- 397 millions d’euros);
  • des investissements financiers nets à hauteur de 64 millions d’euros (y compris frais d’acquisition et endettement entrant) qui incluent notamment l’acquisition de la société OSIS, d’une unité d’engrais organiques en France, la cession des activités de services industriels et de solutions de recyclage en Suède et en Norvège et de la concession d’eau de Shenzhen en Chine.
  • l’augmentation de capital réalisée dans le cadre du financement de l’acquisition de Suez pour un montant de 2,5 milliards d’euros (hors frais d’émission)
  • l’émission de titres subordonnés pour 497 millions d’euros (hors frais d’émission)
  • l’augmentation de capital dans le cadre de l’opération d’actionnariat salarié Sequoia 2021 pour un montant net de 204 millions d’euros

L’Endettement financier net est par ailleurs impacté par un effet de change défavorable de -298 millions d’euros au 31 décembre 202112 contre +273 millions d’euros au 31 décembre 2020.

1. INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS ET FINANCIERS

1.1 INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS

Le montant total des investissements industriels bruts, y compris nouveaux actifs financiers opérationnels, réalisés par le Groupe s’est élevé à 2 528 millions d’euros au 31 décembre 2021, contre 2 387 millions d’euros au 31 décembre 2020.

Les investissements industriels par segment, hors activités non poursuivies, varient de la façon suivante :

31 décembre 2021 (en millions d’euros)

 

Maintenance et défense du portefeuille13

 

Croissance discrétionnaire

 

Total investissements industriels bruts14

 

Cessions industrielles

 

Total investissements industriels nets

France

 

471

 

37

 

508

 

-88

 

420

Europe, hors France

 

795

 

172

 

967

 

-132

 

835

Reste du monde

 

500

 

196

 

696

 

-35

 

661

Activités mondiales

 

233

 

51

 

284

 

-47

 

237

Autres

 

73

 

0

 

73

 

-14

 

59

Groupe

 

2 072

 

456

 

2 528

 

-316

 

2 212

31 décembre 2020 (en millions d’euros)

 

Maintenance et défense du portefeuille15

 

Croissance discrétionnaire

 

Total investissements industriels bruts16

 

Cessions industrielles

 

Total investissements industriels nets

France

 

447

 

34

 

481

 

-63

 

418

Europe, hors France

 

742

 

167

 

910

 

-102

 

808

Reste du monde

 

514

 

198

 

711

 

-27

 

684

Activités mondiales

 

225

 

36

 

261

 

-43

 

217

Autres

 

24

 

0

 

24

 

0

 

24

Groupe

 

1 952

 

435

 

2 387

 

-236

 

2 151

A change constant, les investissements industriels nets sont en légère hausse (+2,8%) par rapport au 31 décembre 2020, impacté par la crise sanitaire l’enveloppe allouée aux investissements de maintenance est plus importante. En ligne avec les choix stratégiques du programme Impact 2023, les investissements discrétionnaires concernent principalement :

  • dans le Reste du Monde 73 millions d’euros incluant les projets de développement dans le traitement des déchets dangereux (construction d’incinérateurs en Arabie Saoudite, en Chine, à Singapour) et 34 millions d’euros dans l’économie circulaire du plastique (usines de recyclage au Japon et à Singapour);
  • 115 millions d’euros en Europe hors France dans les boucles d’énergie principalement constitués d’investissements de décarbonisation de nos sites de production de chaleur (Allemagne, République Tchèque et Pologne).

1.2 INVESTISSEMENTS ET CESSIONS FINANCIERS

Les investissements financiers nets s’élèvent à +64 millions d’euros au 31 décembre 2021 contre -4 898 millions d’euros au 31 décembre 2020.

Les investissements financiers s’élèvent à -476 millions d’euros au 31 décembre 2021 (y compris frais d’acquisition et endettement entrant) et incluent principalement les impacts des acquisitions d’Osis en France (348 millions d’euros y compris dettes IFRS 16) et d’une unité d’engrais organiques en France (20 millions d’euros).

Au 31 décembre 2020, hors opération de rachat des titres Suez Environnement (3 422 y compris frais d’acquisition), les investissements financiers s’élevaient à -1 649 millions d’euros (y compris frais d’acquisition et endettement entrant) et comprenaient notamment les acquisitions du réseau de chauffage urbain de Prague Rive Droite en Eat Tchèque (710 millions d’euros), de la production de chaleur de la ville de Budapest en Hongrie (294 millions d’euros), du site de traitement des déchets dangereux d’Alcoa aux Etats-Unis (231 millions d’euros), du groupe de traitement des déchets MAG en Russie (125 millions d’euros) et le rachat du partenaire du contrat d’eau de Nagpur en Inde (113 millions d’euros).

Les cessions financières s’élèvent à 540 millions d’euros au 31 décembre 2021 (y compris frais de cession) et comprennent notamment la cession de la participation dans la concession d’eau de Shenzhen en Chine (249 millions d’euros)17 ainsi que la cession des activités de services industriels et services de recyclage en Suède et en Norvège (111 millions d’euros)18.

Au 31 décembre 2020, les cessions financières s’élevaient à 174 millions d’euros (y compris frais de cession) et comprenaient notamment la cession de l’activité Telecom de la SADE pour 52 millions d’euros, la cession d’actifs en Allemagne à hauteur de 31 millions d’euros, la cession de la participation dans la concession d’eau chinoise de Liuzhou pour un montant de 47 millions d’euros, la cession de Campus X en Italie (20 millions d’euros) et l’augmentation de capital souscrite par les minoritaires de la société Southa à Hong-Kong à hauteur de 14 millions d’euros.

2. BESOIN EN FOND DE ROULEMENT OPERATIONNEL

La variation du Besoin en Fonds de Roulement Opérationnel (hors activités non poursuivies) s’élève à 382 millions d’euros au 31 décembre 2021, contre 233 millions d’euros au 31 décembre 2020.

Cette variation reflète le suivi régulier et l’amélioration des processus de collecte et de facturation dans un contexte de vigilance accrue et dénote la résilience de la clientèle municipale et industrielle du Groupe.

La position nette du BFR au bilan du 31 décembre 2021 est une ressource de 1 854 millions d’euros contre 1 511 millions d’euros au 31 décembre 2020, soit une variation de 342 millions d’euros dont -41 millions d’euros liés aux variations de périmètre de consolidation et 0,4 millions d’euros d’effet de change.

3. FINANCEMENT EXTERNE

3.1 STRUCTURE DE L’ENDETTEMENT FINANCIER NET

(en millions d’euros)

 

Au 31 décembre 2020

 

Au 31 décembre 2021

Dettes financières non courantes

 

12 133

 

11 761

Dettes financières courantes

 

7 599

 

9 033

Trésorerie passive

 

218

 

242

Sous-total dettes financières

 

19 949

 

21 036

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 

-5 840

 

-10 519

Imputation de la juste valeur des dérivés de couverture

 

-57

 

-13

Actifs liquides et actifs financiers liés au financement

 

-835

 

-972

Endettement financier net

 

13 217

 

9 532

L’endettement financier net après couverture au 31 décembre 2021 est intégralement à taux fixe.

La maturité moyenne de l’endettement financier net s’établit à 7,8 ans au 31 décembre 2021 (6 ans hors effet de l’augmentation de capital et de l’émission du bond hybride) contre 6.2 ans au 31 décembre 2020.

3.2 POSITION DE LIQUIDITÉ DU GROUPE

Suite à la crise sanitaire apparue en 2020, Veolia a placé le suivi de la liquidité comme une priorité. Cela s’est traduit par un suivi des prévisions hebdomadaires de trésorerie sur un horizon de cinq semaines, par la revue régulière du fonctionnement des back offices Finance (facturation, recouvrement, paiements, fournisseurs), et par un point quotidien sur la situation des marchés financiers au niveau Groupe.

Le Groupe a ainsi mené une politique de financement prudente et résiliente, le cash centralisé est placé essentiellement dans des actifs monétaires liquides (OPCVM monétaires ou dépôts bancaires liquides).

La situation de liquidité brute du Groupe au 31 décembre 2021 s'établit à 15,5 milliards d’euros et se compose principalement de :

  • 11,5 milliards d’euros de trésorerie ou équivalents de trésorerie (cash centralisé placé essentiellement en actifs monétaires liquides pour 10,3 milliards d’euros et cash mobilisable dans les filiales pour 1,2 milliard d’euros) ;
  • 4 milliards d’euros de lignes de crédit et lignes bilatérales non tirées et disponibles.

La liquidité nette du Groupe au 31 décembre 2021 s’établit à 6,2 milliards d’euros. Elle inclut les dettes courantes et trésorerie passive qui viennent diminuer la liquidité brute de 9,3 milliards d’euros. Les montants de dettes courantes et trésorerie passive incluent notamment 5,9 milliards d’euros de billets de trésorerie de maturité moyenne de 2,5 mois, en cours de refinancement.

Le détail des liquidités dont le Groupe dispose au 31 décembre 2021 est le suivant :

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

Veolia Environnement :

 

 

 

 

Crédit syndiqué non tiré

 

3 000,0

 

3 000,0

Lignes de crédit bilatérales MT non tirées

 

1 000,0

 

1 000,0

Lignes de crédit bilatérales CT non tirées

 

-

 

-

Ligne de lettres de crédit

 

21,6

 

22,9

Trésorerie et équivalents de trésorerie19

 

5 542,2

 

10 333,7

Filiales :

 

 

 

 

Trésorerie et équivalents de trésorerie1

 

1 132,9

 

1 156,7

Total des liquidités

 

10 696,7

 

15 513,3

Dettes courantes et trésorerie passive

 

 

 

 

Dettes courantes

 

7 599,6

 

9 034,9

Trésorerie passive

 

217,6

 

241,9

Total des dettes courantes et trésorerie passive

 

7 817,2

 

9 276,8

Total des liquidités nettes des dettes courantes et trésorerie passive20

 

2 879,5

 

6 236,5

La hausse des liquidités par rapport au 31 décembre 2020 est due principalement d’une part aux produits de l’augmentation de capital de 2.5 milliards d’euros du 8 octobre 2021 et de l'émission d’une dette hybride de 0,5 milliard d’euros le 8 novembre 2021, et d’autre part à la souscription de deux emprunts court terme d’un montant de 0,7 milliard d’euros.

Le crédit syndiqué multidevises non tiré au 31 décembre 2021, et initialement conclu le 2 novembre 2015, pour un montant de 3 milliards d’euros, à échéance 2022, a été étendu à 2024. En complément, Veolia Environnement a à sa disposition des lignes de crédit bilatérales pour un montant total non tiré au 31 décembre 2021 de 1 milliard d’euros. Veolia Environnement peut tirer à tout instant sur le crédit syndiqué multidevises et sur l'ensemble des lignes de crédit.

Au 31 décembre 2021, les lignes de lettres de crédit bilatérales en dollars américains tirables en cash s’élèvent à 25.9 millions de dollars américains (soit 22,9 millions d'euros équivalents), non utilisées à ce jour, et figurent dans le tableau de liquidité ci-dessus.

D] RENDEMENT SUR CAPITAUX EMPLOYES (ROCE)

L’EBIT Courant après impôts est calculé de la manière suivante :

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020 retraité21

 

31 décembre 2021

EBIT Courant22

 

1 242

 

1 766

- Charge d’impôt courante sur les sociétés

 

-160

 

-330

EBIT Courant après impôts

 

1 082

 

1 436

Le tableau ci-dessous présente le calcul des Capitaux Employés :

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020 retraité1

 

31 décembre 2021

Actifs corporels et incorporels nets

 

13 086

 

13 687

Droits d'Usage

 

1 530

 

1 562

Ecarts d'acquisition nets de pertes de valeur

 

5 935

 

6 251

Participations dans les co-entreprises et les entreprises associées

 

1 375

 

1 594

Actifs financiers opérationnels

 

1 371

 

1 320

Besoin en fonds de roulement d'exploitation et hors exploitation net

 

-3 555

 

-4 557

Instruments dérivés nets et autres

 

-40

 

69

Provisions

 

-2 260

 

-2 345

Capitaux employés

 

17 442

 

17 581

Impacts des activités discontinues et autres retraitements23

 

-284

 

362

Capitaux employés après retraitements

 

17 158

 

17 943

Le rendement des capitaux employés (ROCE) après impôts du Groupe est le suivant :

(En millions d’euros)

 

EBIT courant après impôts

 

Capitaux employés moyens de l’année

 

ROCE après impôts

2020 (yc IFRS 16) retraité1

 

1 082

 

17 535

 

6,2%

2021 (yc IFRS 16)

 

1 436

 

17 550

 

8,2%

ANNEXES

1. RÉCONCILIATION DES DONNÉES PUBLIÉES EN 2020 ET 2019 AVEC LES DONNÉES RETRAITÉES EN 2021

A compter de l’exercice 2021 et en vue de permettre une meilleure comparabilité avec les autres émetteurs, les impacts liés à l’application de la norme IFRS 2 « Paiement fondé sur des actions » sont désormais intégrés à l’EBIT Courant.

En conformité avec les orientations ESMA dans le cas de changement de la définition d’un indicateur financier Non GAAP, les retraitements des indicateurs 2019 et 2020 ont été effectués.

Réconciliation des indicateurs cumulés au 31 décembre 2020 et 2019

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2019 publié

 

Retraitement IFRS 2

 

31 décembre 2019 retraité

 

31 décembre 2020 publié

 

Retraitement IFRS 2

 

31 décembre 2020 retraité

Chiffre d'Affaires

 

27 189

 

 

 

27 189

 

26 010

 

 

 

26 010

EBITDA

 

4 022

 

 

 

4 022

 

3 641

 

 

 

3 641

Marge d'EBITDA

 

14,8%

 

 

 

14,8%

 

14,0%

 

 

 

14,0%

Frais de personnel - paiements en action

 

 

 

-21

 

-21

 

 

 

-33

 

-33

EBIT Courant

 

1 730

 

-21

 

1 709

 

1 275

 

-33

 

1 242

Résultat Net Courant Part du Groupe

 

760

 

-21

 

738

 

415

 

-33

 

382

Résultat Net Courant Part du Groupe hors PMV de cessions financières

 

734

 

-21

 

713

 

396

 

-33

 

363

Resultat Opérationnel

 

1 465

 

0

 

1 465

 

920

 

0

 

920

Résultat Net Part du Groupe

 

625

 

0

 

625

 

89

 

0

 

89

Investissements industriels nets

 

-2 201

 

 

 

-2 201

 

-2 151

 

 

 

-2 151

Free cash flow net

 

868

 

 

 

868

 

508

 

 

 

508

Endettement financier Net à l'ouverture

 

-11 564

 

 

 

-11 564

 

-10 680

 

 

 

-10 680

Endettement financier Net à la clôture

 

-10 680

 

 

 

-10 680

 

-13 217

 

 

 

-13 217

Cet ajustement a un impact neutre sur le résultat net part du Groupe dans la mesure où il s'agit d'un reclassement entre des éléments courants et non courants du résultat net part du Groupe.

2. RÉCONCILIATION DES INDICATEURS GAAP ET DES INDICATEURS UTILISES PAR LE GROUPE

2.1 EBITDA

Le tableau de passage de la capacité d’autofinancement à l’EBITDA est le suivant :

En millions d'euros

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

Capacité d’autofinancement

 

2 892,8

 

3 213,2

Dont capacité d’autofinancement financière

 

-20,8

 

-70,1

Dont capacité d’autofinancement opérationnelle

 

2 913,5

 

3 283,3

Exclusion :

 

 

 

 

Dépenses de renouvellement

 

260,5

 

291,9

Charges de restructuration cash

 

116,4

 

77,0

Coûts d’acquisitions et frais de cessions sur titres

 

37,6

 

170,7

Autres charge non courantes

 

113,6

 

159,5

Intégration :

 

 

 

 

Remboursement des actifs financiers opérationnels

 

199,2

 

251,4

EBITDA

 

3 640,8

 

3 233,8

2.2 FREE CASH-FLOW NET

Le tableau de passage des flux nets de trésorerie générés par l’activité des activités poursuivies (inclus dans l’Etat consolidé des flux de trésorerie) au free cash-flow net est le suivant :

(en millions d’euros)

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

Flux nets de trésorerie générés par l’activité des activités poursuivies

 

2 737,7

 

3 163,8

Intégration :

 

 

 

 

Investissements industriels nets de subvention

 

-1 608,6

 

-1 728,8

Cessions d’actifs industriels

 

235,9

 

316,4

Nouveaux actifs financiers opérationnels

 

-160,0

 

-166,6

Remboursement des actifs financiers opérationnels

 

199,2

 

251,4

Nouvelles dettes de location financement

 

-488,7

 

-483,8

Dividendes reçus

 

75,3

 

223,1

Intérêts financiers nets

 

-516,8

 

-462,1

Exclusion :

 

 

 

 

Coûts d’acquisition et frais de cession sur titres, et autres

 

33,5

 

227,1

Free cash-flow net

 

507,5

 

1 340,5

2.3 INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS

Le tableau de passage des investissements industriels nets de subvention (inclus dans l’Etat consolidé des flux de trésorerie) aux investissements industriels est le suivant :

En millions d'euros

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

Investissements industriels nets de subvention

 

-1 608,6

 

-1 728,8

Nouvelles dettes de location financement

 

-488,7

 

-483,8

Variation du besoin en fonds de roulement du domaine concédé

 

-130,0

 

-146,3

Nouveaux actifs financiers opérationnels

 

-160,0

 

-169,0

Investissements industriels bruts

 

-2 387,3

 

-2 528,2

3. DEFINITIONS

3.1 INDICATEURS STRICTEMENT COMPTABLES (« GAAP » : IFRS)

Le coût de l'endettement financier net représente le coût de l’endettement financier brut hors intérêts financiers IFRS16 classés en autres charges financières et y compris les résultats de couverture de taux et de change y afférent, diminué du résultat de la trésorerie nette.

La capacité d'autofinancement totale telle qu’indiquée dans le tableau des flux de trésorerie est composée de trois éléments : la capacité d’autofinancement opérationnelle intégrant les charges et produits opérationnels encaissés et décaissés (« cash »), la capacité d’autofinancement financière incluant les éléments financiers cash des autres revenus et charges financiers, et la capacité d’autofinancement des activités non poursuivies intégrant les charges et produits opérationnels et financiers cash reclassés en résultat net des activités non poursuivies en application de la norme IFRS 5. La capacité d’autofinancement opérationnelle n’inclut pas la quote-part des sociétés mises en équivalence.

Le résultat net des activités non poursuivies est l’ensemble des charges et produits nets d’impôt rattachés aux activités cédées ou en cours de cession, conformément à la norme IFRS 5.

3.2 INDICATEURS NON STRICTEMENT COMPTABLES (« NON GAAP »)

Le terme « variation à change constant » recouvre la variation résultant de l’application des taux de change de la période précédente sur l’exercice actuel, toutes choses restant égales par ailleurs.

Le secteur municipal se réfère aux prestations des métiers de l’Eau, des Déchets et de l’Énergie à destination des usagers, réalisées dans le cadre de contrats avec des autorités publiques comme des communes, des groupements de communes, des régions ou des États.

Le secteur industriel englobe la gestion des services de l’Eau, des Déchets et de l’Énergie à destination des clients industriels ou tertiaires.

L’indicateur EBITDA consiste en la somme de l’ensemble des produits et charges opérationnels encaissés et décaissés (à l’exclusion des charges de restructuration, des pertes de valeur BFR non courantes, des dépenses de renouvellement et des coûts d’acquisition et frais de cession sur titres) et des remboursements d’actifs financiers opérationnels.

La marge d’EBITDA est définie comme étant le ratio EBITDA/Chiffre d’affaires.

Pour obtenir l’EBIT courant (qui comprend la quote-part de résultat net courant des co-entreprises dans le prolongement des activités du Groupe et des entreprises associées), sont exclus du Résultat Opérationnel les éléments suivants :

  • les dépréciations de goodwill des filiales contrôlées et des entités mises en équivalence;
  • les charges de restructuration;
  • les provisions et pertes de valeur non courantes ;
  • les dépréciations non courantes et/ou significatives d’actifs immobilisés (corporels, incorporels et actifs financiers opérationnels) ;
  • les coûts d’acquisitions de titres.

Le résultat net courant part du Groupe résulte de la somme des éléments suivants :

  • l’EBIT courant ;
  • le résultat financier courant, qui comprend les éléments courants du coût de l’endettement financier net, et les autres revenus et charges financiers courants y compris les plus ou moins-values de cessions financières (dont les plus ou moins-values incluses dans les quotes-parts de résultat net des entités mises en équivalence) ;
  • les éléments courants de l’impôt ;
  • la part des minoritaires (à l’exclusion de la part des minoritaires relative aux éléments non courants du compte de résultat).

Le résultat net courant part du Groupe par action est calculé en divisant le résultat net courant part du Groupe de l’exercice (non retraité du montant du coupon attribuable aux porteurs de titres super-subordonnés) par le nombre moyen pondéré d’actions composant le capital en circulation pendant l’exercice.

Les investissements industriels nets tels que pris en compte dans le tableau de variation de l’EFN incluent les investissements industriels (acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles, et nouveaux actifs financiers opérationnels), nets des cessions industrielles.

Le Groupe dissocie dans ses investissements :

  • les investissements de maintenance qui correspondent aux investissements de renouvellement de matériels et d’installations exploitées par le Groupe ;
  • les investissements de croissance qui correspondent globalement aux investissements embarqués au sein de nos contrats existants et de défense de portefeuille ;
  • enfin les investissements dits de croissance discrétionnaires consécutifs généralement à un nouveau contrat ou projet ou encore à une extension significative d’un contrat ou d’un projet existant.

Ces dernières catégories correspondant à des investissements de croissance.

Les investissements financiers nets tels que pris en compte dans le tableau de variation de l’EFN correspondent aux investissements financiers diminués des cessions financières.

Les investissements financiers comprennent les acquisitions d’actifs financiers y compris l’endettement net des sociétés entrantes, et les acquisitions partielles résultant des transactions entre actionnaires ne modifiant pas le contrôle.

Les cessions financières incluent les cessions d’actifs financiers y compris l’endettement net des sociétés sortantes, les cessions partielles résultant des transactions entre actionnaires ne modifiant pas le contrôle, ainsi que les augmentations de capital souscrites par les minoritaires.

Le free cash-flow net correspond au free cash-flow des activités poursuivies i.e. la somme de l’EBITDA, des dividendes reçus, de la variation du besoin en fonds de roulement opérationnel, de la capacité d’autofinancement financière, moins les frais financiers nets, les investissements industriels nets, les impôts versés, les dépenses de renouvellement, les charges de restructuration et les autres charges non courantes.

L’endettement financier net (EFN) représente la dette financière brute (dettes financières non courantes, courantes et trésorerie passive) qui inclut la dette locative IFRS16, nette de la trésorerie et équivalents de trésorerie, des actifs liquides et des actifs liés au financement et y compris réévaluation des dérivés de couverture de la dette. Les actifs liquides sont des actifs financiers composés de fonds ou de titres de maturité initiale supérieure à trois mois, facilement convertibles en trésorerie, et gérés dans le cadre d’un objectif de liquidité tout en conservant un faible risque en capital.

Le leverage ratio rapporte l’endettement financier y compris IFRS 16 net de clôture à l’EBITDA y compris IFRS 16.

Le taux de financement est défini comme étant le coût de l’endettement financier net hors dettes de location financières IFRS 16 et hors variation de juste valeur des instruments non qualifiés de couverture, rapporté à la moyenne de l’endettement financier net hors dettes de location financières IFRS 16 mensuel de la période, y compris coût de l’endettement financier des activités non poursuivies.

Le rendement des capitaux employés (ROCE) après impôts est défini par le rapport entre :

  • l’EBIT courant y compris quotes-parts de résultat net dans les entités mises en équivalence et après impôts. Il est calculé en soustrayant la charge d’impôt courante de l’EBIT courant y compris quotes-parts de résultat net dans les entités mises en équivalence. La charge d’impôt courante est la charge d’impôts du compte de résultat retraitée des effets d’impôt sur les éléments non courants ;
  • les capitaux employés moyens de l’année, y compris actifs financiers opérationnels et participations dans les co-entreprises et les entreprises associées. Les capitaux employés retenus dans le calcul du ROCE après impôts sont donc définis comme la somme des actifs corporels et incorporels nets, des écarts d’acquisitions nets des pertes de valeur, des participations dans les co-entreprises et les entreprises associées, des actifs financiers opérationnels, du besoin en fonds de roulement d’exploitation et hors exploitation net, et des instruments dérivés nets diminués des provisions. Ils comprennent également les capitaux employés des activités classées en actifs et passifs destinés à la vente, hors activités abandonnées.

COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ

(en millions d’euros)

 

Au 31 décembre 2020 retraité

 

Au 31 décembre 2021

Chiffre d’affaires

 

26 009,9

 

28 508,1

Coûts des ventes

 

-22 121,8

 

-23 905,9

Coûts commerciaux

 

-562,1

 

-584,0

Coûts généraux et administratifs

 

-2 144,0

 

-2 308,6

Autres charges et produits opérationnels

 

-373,0

 

-496,9

Résultat opérationnel avant quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence

 

809,0

 

1 212,7

Quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence

 

110,5

 

104,8

Dont quote-part de résultat net des co-entreprises

 

87,4

 

74,0

Dont quote-part de résultat net des entreprises associées

 

23,1

 

30,8

Résultat opérationnel après quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence

 

919,5

 

1 317,5

Coût de l’endettement financier

 

-414,4

 

-342,6

Autres revenus et charges financiers

 

-139,7

 

-74,2

Résultat avant impôts

 

365,4

 

900,7

Impôts sur le résultat

 

-137,0

 

-345,8

Résultat net des activités poursuivies

 

228,4

 

554,9

Résultat net des activités non poursuivies

 

-19,9

 

-

Résultat net

 

208,5

 

554,9

Part des propriétaires de la société mère

 

88,8

 

404,3

Part des participations ne donnant pas le contrôle

 

119,7

 

150,6

(en euros)

 

 

 

 

RESULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIETAIRES DE LA SOCIETE MERE PAR ACTION

 

 

 

 

Non dilué

 

0,16

 

0,68

Dilué

 

0,15

 

0,65

RESULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIETAIRES DE LA SOCIETE MERE DES ACTIVITES POURSUIVIES PAR ACTION

 

 

 

 

Non dilué

 

0,20

 

0,68

Dilué

 

0,19

 

0,65

RESULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIETAIRES DE LA SOCIETE MERE DES ACTIVITES NON POURSUIVIES PAR ACTION

 

 

 

 

Non dilué

 

-0,04

 

-

Dilué

 

-0.04

 

-

ÉTAT DE LA SITUATION FINANCIÈRE CONSOLIDÉE – ACTIF

(en millions d’euros)

 

Au 31 décembre 2020 retraité (*)

 

Au 31 décembre 2021

Goodwill

 

5 888,9

 

6 201,2

Actifs incorporels du domaine concédé

 

3 544,9

 

3 706,0

Autres actifs incorporels

 

1 371,3

 

1 328,6

Actifs corporels

 

8 216,6

 

8 701,9

Droits d'usage (nets)

 

1 529,5

 

1 562,4

Participations dans les co-entreprises

 

1 020,8

 

1 238,5

Participations dans les entreprises associées

 

353,9

 

354,2

Titres de participation non consolidés (**)

 

3 102,2

 

3 770,3

Actifs financiers opérationnels non courants

 

1 198,1

 

1 191,4

Instruments dérivés non courants – Actif

 

53,4

 

88,5

Autres actifs financiers non courants

 

427,3

 

431,2

Impôts différés actifs

 

1 036,5

 

1 059,2

Actifs non courants

 

27 743,6

 

29 633,4

Stocks et travaux en cours

 

797,7

 

816,3

Créances d’exploitation

 

9 106,2

 

10 015,3

Actifs financiers opérationnels courants

 

172,8

 

129,0

Autres actifs financiers courants

 

1 073,2

 

1 521,0

Instruments dérivés courants – Actif

 

174,8

 

344,9

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 

5 840,0

 

10 518,7

Actifs classés comme détenus en vue de la vente

 

455,7

 

98,7

Actifs courants

 

17 620,3

 

23 443,9

TOTAL ACTIF

 

45 363,9

 

53 077,3

(*) Les retraitements concernent l’application de la décision du comité d’interprétation des normes IFRS relative à la norme IAS 19, rétroactivement au 1er janvier 2020

(**) Les titres non consolidés sont composés des titres Suez pour 3 721,0 millions d’euros au 31 décembre 2021 contre 3 046,0 millions d’euros au 31 décembre 2020 et d’autres titres pour 49,3 millions d’euros au 31 décembre 2021 contre 56,2 millions d’euros au 31 décembre 2020.

ÉTAT DE LA SITUATION FINANCIÈRE CONSOLIDÉE – PASSIF

(en millions d’euros)

 

Au 31 décembre 2020 retraité (*)

 

Au 31 décembre 2021

Capital

 

2 893,1

 

3 498,6

Primes

 

7 291,8

 

9 309,5

Titres Super Subordonnés à durée indéterminée

 

1 987,1

 

2 460,7

Réserves et résultat part du Groupe

 

-4 932,6

 

-3 750,8

Total des capitaux propres attribuables aux propriétaires de la société mère

 

7 239,4

 

11 518,0

Total des capitaux propres attribuables aux participations ne donnant pas le contrôle

 

1 099,3

 

1 252,0

Capitaux propres

 

8 338,7

 

12 770,0

Provisions non courantes

 

1 815,8

 

1 876,6

Dettes financières non courantes

 

10 836,4

 

10 462,5

Dettes locatives IFRS 16 non courantes

 

1 296,8

 

1 298,1

Instruments dérivés non courants – Passif

 

65,5

 

68,8

Passifs du domaine concédé - part non courante

 

1 459,9

 

1 588,4

Impôts différés passifs

 

1 101,4

 

1 196,4

Passifs non courants

 

16 575,6

 

16 490,8

Dettes d’exploitation

 

11 850,4

 

13 548,9

Passifs du domaine concédé - part courante

 

145,6

 

169,4

Provisions courantes

 

510,7

 

538,5

Dettes financières courantes

 

7 196,7

 

8 624,3

Dettes locatives IFRS 16 courantes

 

402,9

 

410,6

Instruments dérivés courants – Passif

 

117,9

 

261,5

Trésorerie passive

 

217,6

 

241,9

Passifs classés comme détenus en vue de la vente

 

7,8

 

21,4

Passifs courants

 

20 449,6

 

23 816,5

TOTAL DES PASSIFS ET DES CAPITAUX PROPRES

 

45 363,9

 

53 077,3

(*) Les retraitements concernent l’application de la décision du comité d’interprétation des normes IFRS relative à la norme IAS 19, rétroactivement au 1er janvier 2020 (voir note 1.2).

ÉTAT CONSOLIDÉ DES FLUX DE TRÉSORERIE

(en millions d’euros)

 

Au 31 décembre 2020 retraité

 

Au 31 décembre 2021

Résultat net

 

208,5

 

554,9

Résultat net des activités poursuivies

 

228,4

 

554,9

Résultat net des activités non poursuivies

 

-19,9

 

-

Amortissements, provisions et pertes de valeurs opérationnels

 

2 058,2

 

2 117,2

Amortissements et pertes de valeurs financiers

 

15,6

 

3,8

Plus ou moins-values de cessions d’actifs opérationnels

 

19,2

 

-39,2

Plus ou moins-values de cessions d’actifs financiers

 

-46,6

 

1,2

Quote-part de résultat net des co-entreprises

 

-87,4

 

-74,1

Quote-part de résultat net des entreprises associées

 

-23,1

 

-30,8

Dividendes reçus

 

-2,8

 

-124,2

Coût de l’endettement financier net

 

414,4

 

342,6

Impôts

 

137,0

 

345,8

Autres éléments

 

179,9

 

116,0

Capacité d’autofinancement

 

2 892,8

 

3 213,2

Variation du besoin en fonds de roulement opérationnel

 

233,2

 

382,5

Variation du besoin en fonds de roulement du domaine concédé

 

-130,0

 

-146,3

Impôts versés

 

-258,3

 

-285,6

Flux nets de trésorerie générés par l’activité des activités poursuivies

 

2 737,7

 

3 163,8

Flux nets de trésorerie générés par l’activité des activités non poursuivies

 

-12,7

 

-16,6

Flux nets de trésorerie générés par l’activité

 

2 725,0

 

3 147,2

Investissements industriels nets de subvention

 

-1 608,6

 

-1 728,8

Cessions d’actifs industriels

 

235,9

 

316,4

Investissements financiers

 

-5 026,2

 

-327,2

Cessions d’actifs financiers

 

188,0

 

470,1

Actifs financiers opérationnels

 

-

 

-

Nouveaux actifs financiers opérationnels

 

-160,0

 

-166,6

Remboursements d’actifs financiers opérationnels

 

199,2

 

251,4

Dividendes reçus (incluant les dividendes reçus des co-entreprises et des entreprises associées)

 

75,3

 

223,1

Créances financières non courantes décaissées

 

-526,0

 

-141,8

Créances financières non courantes remboursées

 

480,5

 

224,6

Variation des créances financières courantes

 

6,6

 

28,2

Flux nets de trésorerie liés aux opérations d’investissement des activités poursuivies

 

-6 135,3

 

-850,6

Flux nets de trésorerie liés aux opérations d’investissement des activités non poursuivies

 

-4,7

 

-

Flux nets de trésorerie liés aux opérations d’investissement

 

-6 140,0

 

-850,6

ÉTAT CONSOLIDÉ DES FLUX DE TRÉSORERIE (SUITE)

(en millions d’euros)

 

Au 31 décembre 2020 retraité

 

Au 31 décembre 2021

Variation des dettes financières courantes

 

1 083,5

 

-38,6

Remboursement des dettes locatives courantes IFRS 16

 

-478,9

 

-455,2

Autres variations des dettes locatives IFRS 16 non courantes

 

-140,5

 

-123,3

Nouveaux emprunts et autres dettes non courantes

 

2 314,7

 

931,4

Remboursements d’emprunts et autres dettes non courantes

 

-70,6

 

-51,2

Variation des actifs liquides et des actifs financiers liés au financement

 

-368,7

 

-135,5

Augmentation de capital

 

147,2

 

2 672,3

Réduction de capital

 

-

 

-

Transactions entre actionnaires : acquisitions partielles

 

-4,8

 

-2,7

Transactions entre actionnaires : cessions partielles

 

2,4

 

0,5

Emission de titres super subordonnés

 

1 987,1

 

497,5

Coupons sur les titres super subordonnés

 

-

 

-23,9

Mouvements sur actions propres

 

-8,3

 

20,0

Dividendes versés

 

-426,0

 

-534,3

Intérêts financiers versés

 

-404,8

 

-357,4

Intérêts sur actifs opérationnels IFRIC 12

 

-79,8

 

-76,5

Intérets sur dettes locatives IFRS 16

 

-32,2

 

-28,2

Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement des activités poursuivies

 

3 520,3

 

2 294,9

Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement des activités non poursuivies

 

-0,1

 

-0,3

Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement

 

3 520,2

 

2 294,6

Effets de change et divers

 

-25,7

 

63,2

Variation de la trésorerie externe des activités non poursuivies

 

1,8

 

-

TRESORERIE D'OUVERTURE

 

5 541,1

 

5 622,4

TRESORERIE DE CLÔTURE

 

5 622,4

 

10 276,8

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 

5 840,0

 

10 518,7

Trésorerie passive

 

217,6

 

241,9

TRESORERIE DE CLÔTURE

 

5 622,4

 

10 276,8

____________________ 1 cf annexe pour plus de détails sur le retraitement 2 Principaux impacts change par devises : dollar américain (-75 millions d’euros), peso argentin (-20 millions d’euros), yen japonais (-36 millions d’euros), zloty polonais (-37 millions d’euros), real brésilien (-9 millions d’euros), dollar de Hong-Kong (-9 millions d’euros), livre sterling (+82 millions d’euros), dollar australien (+52 millions d’euros), couronne tchèque (+34 millions d’euros). 3 Impacts change par devises : dollar américain (-8 millions d’euros), peso argentin (-3 millions d’euros), peso colombien (-2 millions d’euros), zloty polonais (-6 millions d’euros), dirham Emirats Arabes Unis (-1 millions d’euros), forint hongrois (-2 millions d’euros), réal brésilien (-1 millions d’euros), dollar australien (+7 millions d’euros), couronne tchèque (+9 millions d’euros), livre sterling (+14 millions d’euros). 4 cf annexe pour plus de détails sur le retraitement 5 Y compris remboursement des actifs financiers opérationnels 6 cf annexe pour plus de détails sur le retraitement 7 cf annexe pour plus de détails sur le retraitement 8 26,1% au 31 décembre 2020 publié 9 cf annexe pour plus de détails sur le retraitement 10 cf annexe 11 cf annexe pour plus de détails sur le retraitement 12 Principalement porté par des impacts défavorables sur le dollar américain (-86 millions d’euros), le Yuan Renminbi chinois (-65 millions d’euros), la livre sterling (-60 millions d’euros), la couronne tchèque (-39 millions d’euros), le Dollar de Hong Kong (-14 millions d’euros) et le Rouble Russe (-14 millions d’euros) 13 Dont investissements de maintenance en 2021 à hauteur de 1 273 millions d’euros, et investissements de défense du portefeuille en 2021 à hauteur de 876 millions d’euros. 14 Dont nouveaux actifs financiers opérationnels en 2021 à hauteur de 169 millions d’euros. 15 Dont investissements de maintenance en 2020 à hauteur de 1 261 millions d’euros, et investissements de défense du portefeuille en 2020 à hauteur de 691 millions d’euros. 16 Dont nouveaux actifs financiers opérationnels en 2020 à hauteur de 160 millions d’euros. 17 Opération totale pour un montant de 394 millions d’euros en incluant le remboursement du prêt actionnaire (105 millions d’euro) et la remontée de dividendes (40 millions d’euros) 18 Montant total de transaction de 235 millions d’euros y compris cession d’actifs industriels 19 Y compris les actifs liquides et les actifs liés au financement inclus dans l’endettement financier net. 20 Y compris liquidités liées aux Placements au sein du GIE. 21 cf annexe pour plus de détails sur le retraitement 22 Y compris QP de résultat net des co-entreprises et des entreprises associées. 23 Les retraitements en 2021 concernent principalement la réintégration des capitaux employés des activités cédées en Norvège et Suède et la proratisation des capitaux employés d’OSIS acquise courant 2021. Les retraitements en 2020 concernent la proratisation de la valeur des titres acquis sur le dernier trimestre 2020 (Prague Rive Droite et Bert Hongrie), et la réintégration des capitaux employés de la concession d’eau Shenzhen ayant donné lieu à un retraitement en actifs et passifs destinés à la vente au 31 décembre 2020.

Relations Presse Groupe Laurent Obadia Evgeniya Mazalova – Emilie Dupas +33 (0)1 85 57 86 25 / 33 33

Relations Investisseurs & Analystes Ronald Wasylec - Ariane de Lamaze +33 (0)1 85 57 84 76 / 84 80

Veolia Environnement (EU:VIE)
Graphique Historique de l'Action
De Août 2022 à Sept 2022 Plus de graphiques de la Bourse Veolia Environnement
Veolia Environnement (EU:VIE)
Graphique Historique de l'Action
De Sept 2021 à Sept 2022 Plus de graphiques de la Bourse Veolia Environnement