PARIS (Agefi-Dow Jones)--Les indices actions européens se sont à nouveau repliés jeudi, le ralentissement plus marqué qu'attendu de la croissance de l'activité dans le secteur privé en zone euro alimentant les craintes d'une récession.



L'indice Stoxx Europe 600 a perdu 0,8% à 402,4 points. A Paris, le CAC 40 et le SBF 120 ont cédé 0,6% et 0,7%, respectivement. A Francfort, le DAX 40 a fléchi de 1,8%, et le FTSE 100 à Londres a reculé de 1%.



La croissance de l'activité du secteur privé en zone euro a fortement ralenti en juin, selon les données préliminaires publiées jeudi par S&P Global. L'indice PMI composite de la zone euro s'est replié à 51,9 en juin, son niveau le plus bas depuis 16 mois, après 54,8 en mai, et contre 53,9 attendu par les économistes.



Dans le détail, l'indice PMI composite de la France a reculé à 52,8 en juin, son niveau le plus bas depuis cinq mois, contre 57 en mai. La croissance de l'activité du secteur privé en Allemagne a de son côté ralenti en juin, pour le quatrième mois consécutif, l'indice PMI composite allemand ressortissant à 51,3 en juin, après 53,7 en mai.



A Wall Street, l'indice Dow Jones (DJIA) cède 0,1% à la mi-journée. Le S&P 500 gagne 0,3% et le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, prend 0,9%.



Jerome Powell a reconnu mercredi, lors de son audition semestrielle devant la Commission bancaire du Sénat, que le relèvement marqué des taux d'intérêt auquel procède la banque centrale américaine pourrait provoquer une récession.



Cependant, Jerome Powell a affirmé que la banque centrale américaine prévoyait de continuer à augmenter ses taux d'intérêt tant que l'inflation ne serait pas redescendue à son objectif de 2%. Cet engagement à contenir l'inflation est "inconditionnel", a martelé le président de la Fed jeudi devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants.



De son côté, la Norges Bank, la banque centrale de Norvège, a relevé jeudi son principal taux directeur de 50 points de base, soit plus que prévu par les économistes, à 1,25%, et a indiqué prévoir de l'augmenter à nouveau, à 1,5%, en août, en raison du niveau élevé de l'inflation.



SUR LES AUTRES MARCHES:



-Le rendement de l'obligation du Trésor américain à dix ans, le titre de référence du marché, se replie à 3,051%, contre 3,163% mercredi soir. Le rendement du Bund allemand de même échéance s'établit à 1,439%, contre 1,638% mercredi soir.



-L'euro cède 0,5% face au billet vert, à 1,0519 dollar.



-Les cours du pétrole reculent, les investisseurs étant de plus en plus nombreux à craindre une récession qui pèserait la demande d'or noir. Le contrat d'août sur le Brent de mer du Nord perd 1,03 dollar, à 107,61 dollars le baril. Le contrat de même échéance sur le brut léger doux (WTI) coté au Nymex cède 1,01 dollar, à 105,17 dollars le baril.



VALEURS A SUIVRE:



-Valneva (+19,6%) a annoncé jeudi que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) avait recommandé une autorisation de mise sur le marché en Europe de son candidat vaccin contre le Covid-19, VLA2001, pour une utilisation comme primovaccination chez les adultes de 18 à 50 ans.



-Le groupe de défense et de technologies Thales (-1%) aurait le soutien du ministère de l'Economie et des Finances et de la direction générale de l'armement (DGA) pour tenter de reprendre les activités de cybersécurité d'Atos (+6,2%), selon BFM Business. Par ailleurs, Airbus et Orange, cités comme étant potentiellement intéressés par ces mêmes activités, ne souhaiteraient pas bouger dans ce dossier, selon la chaîne d'informations. Contactés par l'agence Agefi-Dow Jones, Thales, Atos, Airbus et un porte-parole du ministère de l'Economie et des Finances n'ont pas souhaité commenter ces informations.



-Airbus (-2,2%) a annoncé jeudi que l'Espagne avait commandé 20 exemplaires de l'avion de chasse Eurofighter pour un montant de 2,043 milliards d'euros. Ces 20 appareils remplaceront une flotte de F-18 utilisée par les forces aériennes espagnoles dans les îles Canaries.



-Eurofins (+4,2%) a été soutenu par Deutsche Bank. L'intermédiaire financier a relevé sa recommandation sur le titre de "vendre" à "conserver", tout en laissant son objectif de cours inchangé à 80 euros.



-Deutsche Bank a par ailleurs démarré le suivi de l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft (+1,8%) à "acheter", avec un objectif de cours de 60 euros. Le chiffre d'affaires et les marges du groupe devraient dépasser les attentes au cours des deux prochains exercices, a estimé la banque allemande. Les efforts de développement importants déployés récemment portent enfin leurs fruits et débouchent sur le lancement de jeux notés "AAA" pour consoles et de licences mobiles haut de gamme, a observé Deutsche Bank.



-François Schott et Alice Doré, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 92; fschott@agefi.fr ed: ECH



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



June 23, 2022 12:14 ET (16:14 GMT)




Copyright (c) 2022 L'AGEFI SA
FTSE 100 (FTSE:UKX)
Graphique Historique de l'Index
De Juin 2022 à Juil 2022 Plus de graphiques de la Bourse FTSE 100
FTSE 100 (FTSE:UKX)
Graphique Historique de l'Index
De Juil 2021 à Juil 2022 Plus de graphiques de la Bourse FTSE 100