PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le rebond avait tendance à s'essoufler mardi à la mi-journée sur les Bourses européennes, dans un contexte qui reste marqué par la dégradation de la conjoncture mondiale, les hausses de taux offensives des grandes banques centrales et la volatilité sur les marchés des changes et de la dette.



A 12h, l'indice Stoxx Europe 600 prenait 0,4% à 390,2 points. A Paris, le CAC 40 et le SBF 120 gagnaient 0,3% chacun. Le DAX 40 à Francfort s'adjugeait également 0,3%, tandis que le FTSE 100 à Londres cédait 0,4%.



Dans le même temps, c'est un rebond qui se dessine à l'ouverture de Wall Street: les contrat à terme sur l'indice Dow Jones et le S&P 500 prenaient respectivement 0,6% et 0,8%, alors que celui sur le Nasdaq 100 s'adjugeait 1%.



"Hormis un improbable retournement, à court terme, sur la scène géopolitique, le contexte macroéconomique devrait rester assez dégradé avec des banques centrales qui ne faibliront pas dans leur resserrement monétaire, malgré les risques croissants d'un atterrissage brutal de la croissance", souligne Thomas Giudici, co-responsable de la gestion obligataire chez Auris Gestion.



Après une journée mouvementée sur les marchés lundi, les investisseurs continuent de surveiller les déclarations des banquiers centraux, ainsi que l'évolution des rendements obligataires, de l'euro et de la livre sterling.



Après avoir atteint lundi un plus haut de 14 ans à 4,28%, le rendement de l'obligation de l'Etat britannique à 10 ans chute mardi de plus de 16 points de base à 4,116%. De son côté, la livre britannique reprend 1% face à la devise américaine, à 1,0795 dollar, après être tombée lundi sous le seuil de 1,04 dollar, un plus bas historique.



Pour en savoir plus sur l'évolution future de la politique monétaire, les investisseurs suivront à 13h30 l'intervention de la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, lors d'un panel sur les enjeux de stabilité financière liés à la numérisation des services financiers dans le cadre d'une conférence organisée par la Banque de France.



La responsable a prévenu lundi, lors d'une audition au Parlement européen, que la conjoncture économique allait se dégrader au cours des prochains mois dans la zone euro et que de nouvelles hausses des taux d'intérêt seraient nécessaires pour lutter contre une inflation toujours "beaucoup trop élevée".



Aux Etats-Unis, les investisseurs suivront à 15h55 (heure de Paris) l'allocution du président de la Fed de Saint Louis, James Bullard.



SUR LES AUTRES MARCHES:



-Le rendement de l'obligation du Trésor américain à dix ans, le titre de référence du marché, recule à 3,838%, contre 3,919% lundi soir. Le rendement du Bund allemand à dix ans s'établit à 2,109%, contre 2,123% lundi soir.



-L'euro grappille 0,1% face au billet vert, à 0,9622 dollar, mais reste proche de ses plus bas niveaux depuis 2002.



-Les cours du pétrole progressent. Le contrat de novembre sur le Brent de mer du Nord prend 1,7% à 84,24 dollars le baril. Le contrat de même échéance sur le brut léger doux (WTI) coté au Nymex gagne 1,5%, à 77,99 dollars le baril.



-Les prix du gaz naturel en Europe montent également. Le contrat d'octobre du TTF néerlandais, référence du gaz naturel en Europe, prend 8,2%, à environ 188 euros le mégawattheure (MWh).



VALEURS A SUIVRE:



-Quadient (+2%) a confirmé ses objectifs de croissance du chiffre d'affaires et du résultat opérationnel pour l'excercice qui se terminera fin janvier 2023. Pour l'exercice en cours, Quadient vise ainsi une croissance organique de son chiffre d'affaires de plus de 2%. Sur les six premiers mois de l'exercice décalé du groupe, le chiffre d'affaires a atteint 524 millions d'euros, en hausse de 4% en données publiées et de 0,7% à taux de change et périmètre constants. Le groupe a en outre confirmé ses objectifs financiers pour la période 2021-2023.



-L'autorité britannique de la concurrence, la Competition & Markets Authority (CMA), a accepté les propositions de Bouygues (stable) et d'Equans visant à résoudre les problèmes de concurrence liés à leur rapprochement. La CMA a ainsi autorisé le groupe présent dans le BTP, les médias et les télécoms à racheter Equans, l'activité de services multitechniques du distributeur d'énergie Engie (+0,1%).



-Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé mardi que le gouvernement français avait fait son choix concernant le futur dirigeant d'EDF (+0,2%). "Tout ça est une affaire de procédure (...), nous avons la personne", a déclaré Bruno Le Maire sur France Inter, en ajoutant que l'annonce était "imminente". Le ministre a également laissé entendre que les fonctions de président du conseil d'administration et de directeur général du groupe d'énergie pourraient être dissociées.



Par ailleurs, un consortium composé d'EDF, de Korea Electric Power Corporation (Kepco) et de Kyushu Electric Power Co. a annoncé avoir bouclé le financement d'un projet de transport d'électricité aux Emirats arabes unis aux côtés des entreprises locales Abu Dhabi National Oil Company (Adnoc) et Abu Dhabi National Electricity Company (Taqa) pour 3,8 milliards de dollars.



-Vincent Alsuar et Alice Doré, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 39; valsuar@agefi.fr ed: VLV - ECH



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



September 27, 2022 06:10 ET (10:10 GMT)




Copyright (c) 2022 L'AGEFI SA
FTSE 100 (FTSE:UKX)
Graphique Historique de l'Index
De Oct 2022 à Nov 2022 Plus de graphiques de la Bourse FTSE 100
FTSE 100 (FTSE:UKX)
Graphique Historique de l'Index
De Nov 2021 à Nov 2022 Plus de graphiques de la Bourse FTSE 100