BARCELONE (Agefi-Dow Jones)--La hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale (Fed) accroît la probabilité d'un atterrissage brutal de l'économie, mais une récession n'est pas inévitable, estime dans une note l'économiste d'Oxford Economics Kathy Bostjancic. La remontée du coût du crédit est plus forte qu'anticipé initialement et va peser sur l'activité économique, mais une récession ne doit pas être considérée comme un fait acquis, estime-t-elle. L'économiste prévoit une croissance du produit intérieur brut (PIB) du pays de 2,3% en 2022 et de 1,3% en 2023, alors qu'elle s'attendait auparavant à une hausse de 2,6% et 1,8%, respectivement. "Si nous finissons par tomber en récession, l'absence de déséquilibres majeurs fait que nous n'aurons probablement qu'une légère contraction de l'activité", a-t-elle ajouté. La Bourse de New York monte en début de séance, l'indice Dow Jones prenant 0,3% et le Nasdaq, 0,6%.



-Xavier Fontdegloria, The Wall Street Journal (Version française Jérôme Batteau) ed: LBO



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



June 23, 2022 10:16 ET (14:16 GMT)




Copyright (c) 2022 Dow Jones & Company, Inc.