François Schott,



Agefi-Dow Jones





PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le numéro un mondial du luxe n'a pas brillé au troisième trimestre mais cela ne devrait pas tenir durablement les investisseurs à l'écart du titre.



Le chiffre d'affaires de LVMH s'est établi à 19,96 milliards d'euros pour le trimestre clos fin septembre, contre 19,75 milliards d'euros à la même période de 2022. Une hausse d'environ 1% qui tranche avec les taux de croissance à deux chiffres enregistrés par le propriétaire de Louis Vuitton et Christian Dior depuis la sortie de la crise sanitaire.



Le marché ne cache pas sa déception. Le titre abandonne 5,5% mercredi, pesant de tout son poids sur le CAC 40 qui cède 0,3% quand les autres grands indices européens s'inscrivent dans le vert.



"Pendant trois ans, LVMH a produit des résultats exceptionnels et a vendu du rêve au marché. Aujourd'hui c'est le retour à la réalité", commente Jie Zhang, analyste du secteur du luxe chez AlphaValue.



Le contexte macroéconomique et géopolitique freine l'appétit des consommateurs, notamment en Europe où la demande de la clientèle locale a reculé au troisième trimestre. Le retour tant attendu des touristes chinois s'avère beaucoup plus progressif que prévu et, en Chine même, la levée des restrictions sanitaires n'a pas entraîné de ruée dans les boutiques de luxe, contrairement à ce que prévoyaient la plupart des groupes du secteur.



"L'incertitude demeure quant au moment où les trajectoires des ventes et des marges se stabiliseront, et le débat clé est maintenant de savoir à quoi ressemblera une 'nouvelle normalité' [pour LVMH] en 2024 et au-delà", soulignent les analystes de Berenberg.



La croissance du groupe est en train de converger vers des chiffres plus conformes à la moyenne historique, après trois années exceptionnelles, a indiqué le directeur financier de LVMH, Jean-Jacques Guiony, mardi lors d'une conférence téléphonique. "Il n'y a pas de raison pour que les ventes s'effondrent ou reviennent à des niveaux de croissance de 25%", a-t-il ajouté.



Une valorisation plus accessible



Signe que les investisseurs ont largement anticipé ce ralentissement, le titre LVMH est déjà revenu sur terre. Il a cédé 20% au cours des trois derniers mois et affiche une performance quasi nulle depuis le 1(er) janvier, alors que le CAC 40 a gagné son côté 10,2%.



A environ 22 fois les bénéfices attendus pour l'année en cours, la valorisation de LVMH est elle aussi revenue dans sa moyenne historique.



Cependant, le groupe dégage aujourd'hui des bénéfices beaucoup plus élevés que par le passé. "La rentabilité du groupe s'est fortement améliorée par rapport à la situation d'avant Covid, notamment dans sa branche de Mode et Maroquinerie", souligne Jie Zhang chez Alphavalue.



Le bénéfice par action de LVMH est ainsi passé de 14,4 euros en 2019 à 28 euros en 2022, et il devrait continuer à progresser même avec le ralentissement de la croissance, selon le consensus Factset. Cela devrait se traduire, en dépit d'importants investissements marketing pour soutenir la "désirabilité" des marques, par des retours accrus aux actionnaires.



Et même si la demande pour ses produits continuait à ralentir en 2024, le groupe a la faculté de réduire ses dépenses marketing pour maintenir ce haut niveau de rentabilité et continuer à rémunérer ses actionnaires.



La publication trimestrielle de LVMH ne change ainsi pas fondamentalement les perspectives du groupe. Les analystes d'UBS et de JPMorgan ont réduit de 2% leurs prévisions de bénéfice par action pour l'année en cours et de respectivement 1% et 4% pour 2024.



"Bien que nous ayons du mal à voir un retournement immédiat de la dynamique, nous continuons à penser que le portefeuille de marques de LVMH, le meilleur de sa catégorie, les solides fondamentaux de l'industrie et son pouvoir de fixation des prix en font l'une des meilleures valeurs du secteur dans ce contexte d'incertitude", indique UBS.



"LVMH reste l'un des acteurs les plus performants du secteur et l'une des valeurs qui devraient le mieux résister à la volatilité actuelle", même si la dynamique négative des résultats et les perspectives incertaines devraient lester l'action à court terme, souligne de son côté JPMorgan.



Le consensus des analystes demeure largement positif sur le titre, avec un objectif de cours moyen à 12 mois de 873 euros, représentant un potentiel de hausse de 25%.



-François Schott, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 92; fschott@agefi.fr ed: VLV



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



October 11, 2023 10:31 ET (14:31 GMT)




Copyright (c) 2023 L'AGEFI SA
Lvmh Moet Hennessy Louis... (EU:MC)
Graphique Historique de l'Action
De Mai 2024 à Juin 2024 Plus de graphiques de la Bourse Lvmh Moet Hennessy Louis...
Lvmh Moet Hennessy Louis... (EU:MC)
Graphique Historique de l'Action
De Juin 2023 à Juin 2024 Plus de graphiques de la Bourse Lvmh Moet Hennessy Louis...