La ligne téléphonique n’est pas disponible pour le moment.Pour toute demande veuillez envoyer un email a support@advfn.fr

Casino doit solder son aventure brésilienne pour quitter les eaux troubles -- DJ Plus

Date : 26/04/2019 @ 17h55
Source : Dow Jones News
Valeur : Casino Guichard (CO)
Cours : 32.6  0.4 (1.24%) @ 17h39
Casino Guichard Cours Graphique

Casino doit solder son aventure brésilienne pour quitter les eaux troubles -- DJ Plus

Casino Guichard (EU:CO)
Graphique Historique de l'Action

2 Mois : De Avr 2019 à Juin 2019

Plus de graphiques de la Bourse Casino Guichard


Dimitri Delmond,



Agefi-Dow Jones



PARIS (Agefi-Dow Jones)--L'histoire se répète pour Casino. Depuis le début avril, les agences d'évaluation financière S&P Global Ratings et Moody's ont toutes deux abaissé leur note de crédit de long terme sur le groupe de grande distribution, soulignant à l'unisson la fragilité de sa structure actionnariale.



En plus de son titre de PDG acquis en 2005, Jean-Charles Naouri contrôle Casino à travers une cascade de holdings chapeautée par la société Euris, en dessous de laquelle figurent Finatis, Foncière Euris et Rallye, qui regroupe 51,3% du propriétaire des enseignes françaises Monoprix, Franprix, Leader Price ou encore Géant.



Construite par endettement entre 1987 et 1997 sur le sol français, à une époque où les marges et les flux de trésorerie du secteur de la grande distribution disposaient encore d'une certaine épaisseur, cette "galaxie Naouri", à la profondeur inédite, est aujourd'hui chancelante.



Dans un environnement de marché ultra-concurrentiel dans l'Hexagone, responsable de la faible croissance de son chiffre d'affaires et de ses profits, Casino est contraint de transformer une part non négligeable de ses flux de trésorerie en dividende, afin de renflouer sa maison mère Rallye, dont la dette nette culminait à près de 3 milliards d'euros au 31 décembre 2018.



En ce sens, le plan de cession d'actifs non-stratégiques entamé par Casino en France, d'un montant de 2,5 milliards d'euros d'ici au premier trimestre 2020, est salutaire. Il est surtout bien exécuté. En témoigne l'annonce, réalisée en début de semaine, de la signature d'un accord entre le distributeur et le fonds d'investissement Apollo Global Management pour la vente de 32 magasins, pour 470 millions d'euros.



Un désendettement laborieux



Mais cette cure d'amincissement pourrait s'avérer insuffisante, tant les investisseurs se lassent de voir Casino peiner à se désendetter de manière organique, c'est-à-dire sans recourir à des cessions, et à résoudre la complexe équation financière posée par son organigramme.



L'an passé en France, le flux de trésorerie opérationnel ne couvrait pas les coûts des frais financiers et du paiement des dividendes. "Au niveau du groupe, la dette nette a diminué de 4,13 milliards à 3,42 milliards d'euros entre 2017 et 2018, mais en retraitant ce total du montant des cessions, ayant atteint 806 millions, le groupe a consommé de la trésorerie l'an passé alors que ses marges se sont améliorées", remarque un analyste basé à Londres.



Assorties d'une perspective "négative", les notes de crédit "BB-" de S&P et "Ba3" de Moody's nouvellement attribuées à Casino maintiennent plus que jamais la valeur dans la catégorie des investissements dits "spéculatifs" et mettent son cours de Bourse sous pression. Comme ces mêmes agences avaient sur le faire il y a un peu plus de trois ans.



Fin 2015, le distributeur subissait en plus l'attaque du cabinet de recherche américain Muddy Waters, créé par l'investisseur activiste Carson Block, qui valorisait son action 6,91 euros, quand elle valait près de 50 euros, et attribuait un objectif de cours de 0 euro au titre Rallye !



A l'époque, Casino avait vendu ses actifs asiatiques pour une valeur d'entreprise de 4,3 milliards d'euros en moins de six mois pour éteindre l'incendie et donner satisfaction à S&P, qui avait placé sa note de crédit de long terme "BBB-" sous surveillance négative.



Aujourd'hui, le groupe compte principalement mener à bien son plan de cession d'actifs, qui pourrait prévoir, en plus de la vente de nouveaux murs de magasins, un désengagement de Vindémia (filiale regroupant les activités dans l'Océan indien), de Casino restauration ou de Mercialys. "Je ne fais naturellement pas de commentaire sur les pistes que vous évoquez", a déclaré David Lubek, directeur financier de Casino à l'agence Agefi-Dow Jones. Le dirigeant a toutefois bon espoir de récupérer quelque 600 millions d'euros de produit de cessions supplémentaires d'ici un an. "Nous avons pour habitude de terminer en avance nos plans de cessions", rappelle-t-il.



Il est toutefois difficile d'imaginer le cours de Bourse de Casino reprendre significativement de la hauteur suite au seul accomplissement d'un programme de cession dont les investisseurs ont déjà pris la mesure. Même si la stratégie de développement du groupe dans le bio, les énergies renouvelables et l'e-commerce est à saluer.



Un titre particulièrement "shorté"



Au 25 avril, 16,5% du capital de Casino étaient vendus à découvert, selon les données du cabinet IHS Markit. Un taux encore très proche de son pic sur un an inscrit à 19,9% le 21 septembre dernier, qui témoigne du fort appétit des spéculateurs à la baisse pour la valeur.



En recul de 15% sur un an et de 301% sur trois ans, l'action chute de 5% à 35,79 euros vendredi alors que les activités françaises de Casino, qui génèrent l'essentiel de ses flux de trésorerie Casino, ont vu la croissance de leur chiffre d'affaires à magasins comparables ralentir significativement au premier trimestre. "Il faudra voir dans quelle mesure les cessions de magasins déficitaires, les réductions d'impôts et la possible fin du mouvement des 'Gilets jaunes' soutiendront les résultats 2019", s'interroge Vincent Gusdorf, analyste chez Moody's.



"Si l'action ne rebondit pas après la réalisation du plan de cession, Casino sera obligé de céder un actif phare", prévient Clément Genelot, analyste chez Bryan Garnier. Connaissant l'attachement de Casino à ses enseignes françaises, absorbant l'essentiel des investissements réalisés par le groupe, cet actif "phare" à céder se trouve nécessairement de l'autre côté de l'Atlantique.



"Les activités de Casino au Brésil, en Colombie, en Argentine et en Uruguay ont une valeur de marché de 2,4 milliards d'euros, en ne retenant que le quote-part du distributeur, quasiment équivalente au plan de cession d'actifs conduit en France", a calculé un autre analyste parisien. Cet intermédiaire financier estime que le groupe a tout intérêt à quitter cette région avant de voir le risque de change ou l'instabilité politique freiner ses résultats. "Alors que la valorisation de ces actifs est généreuse, Casino aurait intérêt à préparer sans tarder sa sortie d'Amérique latine pour régler définitivement son problème d'endettement", a-t-il ajouté.



A l'automne dernier, Casino a démenti des rumeurs venues du Brésil, selon lesquelles le distributeur avait engagé la banque Rothschild en vue de céder sa filiale locale Grupo Pão de Açùcar (GPA). Lors de son entretien avec l'agence Agefi-Dow Jones, David Lubek a de nouveau nié l'éventualité d'une vente de ses activités sud-américaines dans l'alimentaire. "Comme l'a rappelé le PDG de GPA, la vente de Via Varejo devrait être finalisée d'ici la fin de cette année et il n'existe pas d'autre projet de cession en dehors de France", a affirmé le directeur financier.



Casino envisagerait-il une autre piste pour renforcer son bilan ? Le renforcement du partenariat avec Amazon, annoncé mardi, constitue pour de nombreux analystes les prémices d'un futur accord capitalistique entre les deux parties. "Casino est une société gérée de manière rationnelle donc toute proposition financière est examinée, sur la base de ses mérites et de sa cohérence avec la stratégie du groupe", a éludé David Lubek. Une approche de l'e-commerçant américain ne ferait pas exception à cette méthodologie, indique une source au fait de la relation entre les deux entreprises.



"S'agissant d'Amazon, les discussions ne portent que sur l'approfondissement des partenariats commerciaux", affirme néanmoins le directeur financier.



Rapprochement ou cession significative, le marché restera à l'affût de toute initiative susceptible de faire remonter le cours de Casino.



-Dimitri Delmond, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 31; ddelmond@agefi.fr ed: ECH



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



April 26, 2019 11:35 ET (15:35 GMT)




Copyright (c) 2019 L'AGEFI SA
Dernières Valeurs Consultées
EU
GLE
Société Gé..
EU
ALU
ALCATEL-LU..
EU
PX1
CAC 40
ORA
Orange
FX
EURUSD
Euro vs Do..
Les dernières valeurs consultées apparaîtront dans cette boîte, vous permettant de choisir facilement les titres vus auparavant.


Inscrivez-vous maintenant pour créer votre liste d'actions personnalisée, en streaming.

Les cours EURONEXT (CAC 40, etc. ) et FOREX (les devises) sont en direct si connecté.
NYSE, AMEX, et ASX sont en différé d'environ 20 minutes. Les autres cours sont en différé d'environ 15 minutes.

By accessing the services available at ADVFN you are agreeing to be bound by ADVFN's Conditions Générales

P: V:fr D:20190616 09:01:09