(Actualisation: cours de Bourse, commentaire d'analystes)



PARIS (Agefi-Dow Jones)--La banque Société Générale accuse lundi la plus forte baisse de l'indice CAC 40, après l'annonce de son nouveau plan stratégique, qui comprend d'importantes réductions de coûts mais aussi des objectifs financiers jugés décevants par le marché.



A 11h50, le titre Société Générale chutait de 9,3%, à 24,01 euros, à la Bourse de Paris.



La banque vise, pour 2026, un ratio de fonds propres CET1 de 13% après application des accords de Bâle IV, une rentabilité des fonds propres tangibles (ROTE) comprise entre 9% et 10%, ainsi qu'un coefficient d'exploitation, qui rapporte les coûts d'exploitation aux revenus totaux, inférieur à 60%.



Société Générale table également sur un coût du risque compris entre 30 et 35 points de base pour la période 2024-2026, sur une croissance annuelle des revenus comprise entre 0% et 2% en moyenne sur la période 2022-2026 et sur un taux de distribution compris entre 40% et 50% du résultat net publié à partir de 2023. La distribution devrait être répartie "de manière équilibrée" à partir de 2024 entre dividende en numéraire et rachats d'actions, a précisé Société Générale.



Le ratio de fonds propres CET1 de la banque française s'établissait à 13,5% fin 2022, tandis que sa rentabilité sous-jacente est ressortie à 9,6% l'an dernier. Le coefficient d'exploitation a atteint 61% en 2022 et le coût du risque s'est établi à 28 points de base.



Ce plan stratégique est "décevant", aucun élément, pas même l'objectif de rentabilité des fonds propres (ROTE), ne suscitant l'enthousiasme, commentent les analystes de KBW. L'intermédiaire financier se dit également "frustré" par l'absence de précisions concernant les cession d'actifs.



Chez Jefferies, les analystes Flora Bocahut et Theo Massing indiquent avoir été "désagréablement surpris" par les objectifs de croissance des revenus, de ROTE et l'absence générale d'informations précises dans le communiqué de la banque. On ignore notamment comment Société Générale compte s'y prendre pour améliorer son ratio de fonds propres CET1 et quelles activités pourraient être concernées par les projets de rationalisation du portefeuille, soulignent-ils.



Des économies brutes de 1,7 milliard d'euros



Pour atteindre ses objectifs financiers, la banque compte réaliser des économies brutes de 1,7 milliard d'euros à l'horizon 2026 par rapport à 2022, "dont environ 40% issues de nouvelles initiatives", a-t-elle indiqué.



Ces économies seront obtenues à travers la mise en oeuvre de plans déjà annoncés, comme la fusion des réseaux de banque de détail en France et les synergies de coûts liées à l'intégration d'ALD et LeasePlan dans la location longue durée de véhicules, ainsi que grâce à l'amélioration des systèmes informatiques et à la simplification de l'organisation, a précisé Société Générale.



"Nous renforcerons le groupe en façonnant un business model simplifié", a indiqué Slawomir Krupa, le directeur général de Société Générale, cité dans un communiqué. "Nous prendrons les décisions nécessaires pour renforcer le capital et gagner en flexibilité, améliorer structurellement notre efficacité opérationnelle et maintenir notre gestion exigeante des risques au meilleur niveau", a ajouté le dirigeant, sans fournir de précisions sur les activités qui pourraient quitter le giron de la banque.



Slawomir Krupa a pris les rênes de Société Générale en mai, en pleine réorganisation des réseaux de banque de détail en France. Il remplace Frédéric Oudéa, qui a été directeur général de la banque pendant 15 ans.



La contribution de Boursorama attendue en hausse



Pour la banque de grande clientèle et solutions investisseurs, qui comprend notamment les activités de banque de financement et d'investissement, "Société Générale cible un coefficient d'exploitation inférieur à 65% en 2026, sur la base d'une croissance annuelle des revenus comprise entre 1% et 2% en moyenne sur les activités de financement et conseil" entre 2022 et 2026. Le groupe vise aussi des revenus compris entre 4,9 milliards et 5,5 milliards d'euros pour ses activités de marché.



Dans la banque de détail en France, le coefficient d'exploitation est attendu en dessous de 60% à l'horizon 2026, "avec davantage de revenus et une base de coûts réduite", a indiqué Société Générale. "Cette ambition sera portée par une plus grande efficacité du réseau de détail en France combinée à une contribution plus importante de Boursorama", a ajouté le groupe.



Les projets visant à stimuler l'acquisition de nouveaux clients chez Boursorama, qui entraîneront des pertes à court terme, ne sont pas de nature à rassurer les investisseurs, commentent les analystes de KBW.



Concernant ALD, la filiale spécialisée dans le financement longue durée de véhicules, que la banque présente comme son "troisième pilier", Société Générale a relevé sa prévision de coûts de restructuration liés au rachat de LeasePlan à 525 millions d'euros pour la période 2022-2025, contre 475 millions d'euros attendus auparavant. ALD prévoit également un coefficient d'exploitation de 52% en 2026, et non plus de 47%.



Vers 11h50, le titre ALD plongeait de 11,7%, à 8,72 euros.



-Valérie Venck et Alice Doré, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 48 25; vvenck@agefi.fr ed: ACD - LBO



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



September 18, 2023 05:51 ET (09:51 GMT)




Copyright (c) 2023 L'AGEFI SA
Societe Generale (EU:GLE)
Graphique Historique de l'Action
De Mar 2024 à Avr 2024 Plus de graphiques de la Bourse Societe Generale
Societe Generale (EU:GLE)
Graphique Historique de l'Action
De Avr 2023 à Avr 2024 Plus de graphiques de la Bourse Societe Generale