Les marchés actions européens devraient ouvrir en hausse en attendant la BCE






Eurostoxx 50 4.026,68 points +1,78%
CAC 40 6.464,48 points +1,85%
DAX 30 15.422,50 points +1,36%
FTSE 100 6.998,28 points +1,70%
SMI 12.021,58 points +0,64%
AEX 733,74 points +1,62%
BEL 20 4.200,05 points +1,96%
IBEX 35 8.567,00 points +2,50%

DJIA 34.798,00 points +0,83%
Nasdaq 14.631,95 points +0,92%
S&P 500 4.358,69 points +0,82%

Nikkei 225 27.548,00 points +0,58% (cours à 7h25)

Cours de change à 06h50
Variation par rapport à la clôture à New York

EUR/USD 1,1800 +0,04%
EUR/JPY 129,97 -0,09%
USD/JPY 110,15 -0,14%



A SUIVRE EN FRANCE



La saison des résultats accélère jeudi en France, avec notamment les comptes semestriels de Publicis, Valeo, Thales, Technip Energies, Dassault Aviation, Getlink, Seb et Gecina.



Mercredi soir, TechnipFMC a annoncé une amélioration de sa rentabilité opérationnelle et de ses revenus au deuxième trimestre et a légèrement relevé ses prévisions annuelles.



Covivio a relevé ses objectifs de résultats pour 2021 après un premier semestre marqué par une bonne tenue de ses revenus locatifs et une accélération des ventes signées de bureaux.



Soitec a confirmé ses objectifs pour l'exercice 2021-2022, après une forte progression de son chiffre d'affaires au premier trimestre, porté par la dynamique de croissance de ses marchés finaux.



Ipsos a vu son bénéfice rebondir au premier semestre, l'activité de ses clients ayant accompagné le redressement de l'économie mondiale. Le groupe d'études par enquêtes anticipe un taux de croissance organique à un seul chiffre au second semestre, mais "très supérieur" à 10% sur l'ensemble de 2021 comparé à l'année précédente. La croissance devrait se situer "pas très loin de 10% si 2019 sert de référence", a ajouté Ipsos.



Sur le front macroéconomique, les investisseurs suivront les chiffres du climat des affaires en juillet.



ACTIONS



Les marchés d'actions européens devraient poursuivre leur rebond jeudi, mais leur progression pourrait être limitée avant la décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).



A 7h40, le contrat à terme sur le CAC 40 prenait 27 points, soit 0,4%, selon les données du courtier IG Markets. Le contrat sur le DAX 30 gagnait 45 points, ou 0,3%, et celui sur le FTSE 100 progressait de 10 points, soit 0,15%.



Après la nouvelle stratégie de politique monétaire dévoilée au début du mois, les économistes pensent que la BCE se montrera accommodante pendant une longue période. Elle ne devrait ainsi pas modifier ses taux ou le volume de ses programmes d'achat d'actifs ce mois-ci, mais elle devrait adapter ses indications prospectives ("forward guidance") à son nouvel objectif d'inflation symétrique de 2%. Toute indication sur l'évolution des achats d'actifs effectués dans le cadre du Programme d'achats d'urgence pandémique (PEPP), qui est programmé pour s'achever en mars 2022, sera également suivie.



"Si une diminution des achats d'actifs ne devrait pas être débattue cette semaine, le biais accommodant de la BCE suggère que la diminution des achats mensuels d'actifs en 2022 sera inférieure aux prévisions initiales", indiquent les analystes d'ING.



Selon UniCredit, les investisseurs seront également attentifs à la façon dont la BCE prend désormais en compte les questions écologiques dans son cadre de politique monétaire.



Aux Etats-Unis, les républicains du Sénat ont bloqué dans la nuit de mercredi à jeudi une tentative d'entamer un débat sur le plan d'infrastructures encore en cours de négociation, mais les parlementaires espèrent trouver un accord définitif d'ici au début de la semaine prochaine.



Le président américain, Joe Biden, a déclaré qu'il restait convaincu que le Sénat voterait la semaine prochaine pour faire avancer l'examen du projet de loi.



Nous votons "non" aujourd'hui parce que nous ne sommes pas prêts, mais nous souhaitons examiner ce projet de loi dès que nous le serons - nous pensons que ce sera lundi", a déclaré mercredi le sénateur Rob Portman, principal négociateur du parti républicain sur les infrastructures.



Wall Street a terminé en hausse mercredi, poursuivant son rebond de la veille après de bons résultats trimestriels qui ont éclipsé les inquiétudes liées à la propagation du variant Delta du coronavirus. L'indice Dow Jones (DJIA) a gagné 1,6%, à 34.797,74 points en clôture, et l'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,8%, à 4.358,65 points. Le Nasdaq Composite a pris 0,9%, à 14.631,95 points.



En Asie, les principaux marchés se redressent jeudi. En fin de séance, le Shanghai Composite progressait de 0,3% et le Hang Seng prenait 1,7% à Hong Kong. La Bourse de Tokyo est fermée en raison d'un jour férié dans le pays.



OBLIGATIONS



Les rendements des emprunts du Trésor américain ont terminé en hausse mercredi. Le rendement du bon du Trésor à dix ans, le titre de référence du marché, s'établissait à 1,292% à la clôture, contre 1,224% mardi soir, regagnant l'essentiel du terrain perdu en début de semaine.



Les analystes estiment que les inquiétudes relatives au variant Delta du coronavirus et à ses répercussions sur l'économie mondiale sont peut-être exagérées, ce qui pourrait avoir entraîné un repli excessif des rendements.



Les marchés jonglent entre la résurgence des cas de Covid-19 et des indicateurs économiques encourageants, tandis que le rebond des actions pourrait traduire une diminution des inquiétudes liées au variant Delta. "La dynamique change très rapidement en fonction des points de vue et des perspectives de l'économie mondiale", indique AmeriVet. "Le marché restera marqué par la volatilité jusqu'à ce que nous définissions les limites d'une nouvelle fourchette," ajoute l'intermédiaire financier.



CHANGES



L'euro évolue peu jeudi matin face au dollar. Cependant, la monnaie unique pourrait se replier face au billet vert si la BCE annonce qu'elle prévoit de maintenir une politique monétaire accommodante plus longtemps qu'anticipé, estime ING.



La décision de la BCE de relever son objectif d'inflation à 2%, contre un précédent objectif d'une inflation proche de mais inférieure à 2% implique que l'institution poursuivra ce qu'elle a entrepris ces dernières années ou s'orientera vers une politique plus accommodante, soulignent les analystes d'ING.






PETROLE



Les contrats pétroliers reculent jeudi matin, après avoir clôturé mercredi en hausse de 4%, soutenus par les chiffres des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis, qui ont révélé une baisse des réserves de Cushing, dans l'Oklahoma, à leur niveau le plus bas depuis janvier 2020.



Le marché commence à se rendre compte que la situation sur le marché pétrolier est "encore très tendue", indique Phil Flynn, analyste chez The Price Futures Group. "Nous avons certes observé une augmentation inattendue des importations, qui a tenu le s opérateurs un peu à l'écart, mais la baisse des stocks à Cushing montre que nous atteignons un niveau dangereusement bas", explique-t-il. "Nous serons presque à court de pétrole au point de livraison de Cushing si nous continuons à puiser dans les stocks à ce rythme", ajoute-t-il.



A 7h30, le contrat de septembre sur le Brent de mer du Nord perdait 38 cents, à 71,85 dollars le baril, et celui de même échéance sur le WTI reculait de 32 cents, à 69,98 dollars le baril.





Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



July 22, 2021 01:41 ET (05:41 GMT)




Copyright (c) 2021 L'AGEFI SA
FTSE 100 (FTSE:UKX)
Graphique Historique de l'Index
De Juin 2021 à Juil 2021 Plus de graphiques de la Bourse FTSE 100
FTSE 100 (FTSE:UKX)
Graphique Historique de l'Index
De Juil 2020 à Juil 2021 Plus de graphiques de la Bourse FTSE 100