PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le transporteur aérien Air France-KLM accuse vendredi la plus forte baisse de l'indice SBF 120, après la publication de résultats plus dégradés qu'attendu au premier trimestre et la révision à la baisse de ses prévisions de capacités pour 2023.



A 15h15, l'action perdait 5,6% à 1,41 euro.



Le transporteur franco-néerlandais a accusé une perte nette de 344 millions d'euros au premier trimestre, contre une perte de 552 millions d'euros à la même période de 2022. Sa perte d'exploitation s'est établie à 306 millions d'euros, contre 350 millions d'euros un an plus tôt.



Selon un consensus disponible sur le site Internet de la société, les analystes anticipaient en moyenne une perte nette de 340 millions d'euros et une perte d'exploitation de 282 millions d'euros.



Le coût unitaire par siège kilomètre offert a dans le même temps progressé de 5,2%, affecté par la fin des mesures de chômage partiel qui avaient permis au groupe de contenir les coûts salariaux au premier trimestre 2022. Corrigé de cet effet, le coût unitaire a augmenté de 0,7%, en raison notamment de l'inflation des salaires.



"Le groupe a pâti de la grève des contrôleurs aériens en France, ainsi que de l'indisponibilité de plusieurs avions de KLM à Amsterdam en raison de pénuries de pièces détachées", relève également Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l'analyse de marché chez e-Toro.



Parallèlement, le chiffre d'affaires du groupe a augmenté de 42% à 6,3 milliards d'euros, comme attendu par les analystes, porté par la forte reprise du trafic aérien.



"Les résultats trimestriels d'Air France-KLM ne sont pas si mauvais, juste légèrement inférieurs au consensus", commente Yi Zhong, analyste pour le bureau d'études indépendant AlphaValue.



Des perspectives peu porteuses



En revanche, le groupe a indiqué qu'il ne retrouverait pas en 2023 la totalité de ses capacités d'avant-Covid. Celles-ci devraient se situer "autour de 95%" sur l'ensemble de l'année, contre 92% au premier trimestre. Air France-KLM avait précédemment indiqué qu'il espérait opérer "entre 95% et 100%" de ses capacités d'avant-Covid en 2023.



Yi Zhong souligne que le groupe a maintenu sa prévision pour le court-courrier Transavia et que ce sont donc les capacités dans le moyen- et long-courrier qui sont affectées. "Or, ces deux segments sont les plus rentables. Cette baisse des capacités risque donc de pénaliser considérablement les résultats du groupe", explique l'analyste.



Par ailleurs, Air France-KLM pâtit de la comparaison avec son concurrent britannique, International Consolidated Airlines, ou IAG. La maison mère de British Airways et d'Iberia a dévoilé des résultats très largement supérieurs aux attentes et relevé ses prévisions annuelles.



"Les résultats d'IAG sont solides et plus encore si on les compare à ceux d'Air France-KLM. Cela pourrait inciter une préférence d'investisseurs sur IAG que sur Air France-KLM", estime l'analyste AlphaValue.



-Pierre-Jean Lepagnot, Agefi-Dow Jones +33 (0)1 41 27 47 95; pjlepagnot@agefi.fr ed: VLV



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



May 05, 2023 09:18 ET (13:18 GMT)




Copyright (c) 2023 L'AGEFI SA
Air FranceKLM (EU:AF)
Graphique Historique de l'Action
De Nov 2023 à Déc 2023 Plus de graphiques de la Bourse Air FranceKLM
Air FranceKLM (EU:AF)
Graphique Historique de l'Action
De Déc 2022 à Déc 2023 Plus de graphiques de la Bourse Air FranceKLM