François Schott,



Agefi-Dow Jones





Paris (Agefi-Dow Jones)--Mer d'huile pour GTT. Le spécialiste des cuves pour le transport du gaz naturel liquéfié (GNL) aborde l'année 2022 avec un carnet de commandes record, sur fond de crise énergétique en Europe. Même si le titre pourrait pâtir à court terme du désengagement de son ex maison-mère Engie, les perspectives de croissance du groupe pour les prochaines années sont solides.



Engie a déjà cédé 10% de GTT en 2021 et pourrait s'alléger encore dans le cadre de son recentrage sur les énergies renouvelables et les infrastructures décentralisées.



"La poursuite du désengagement d'Engie voire sa sortie définitive pourrait arriver dans les prochaines semaines ou prochains mois. Passée la décote liée à ce type de placement (7% sur le dernier cours en mai 2021), le titre devrait selon nous fortement rebondir", prédit Nicolas Royot, analyste chez Portzamparc. Le bureau d'études a placé le mois dernier GTT sur sa "Liste Convictions" pour le premier semestre 2022, soulignant la visibilité "sans précédent" du groupe pour les années 2022 à 2024.



Le carnet de commandes "devrait continuer à être alimenté dans les prochains mois par des commandes liées au remplacement de navires obsolètes et par les nouvelles capacités de liquéfaction pour répondre à la croissance structurelle de la demande en GNL", explique Nicolas Royot.



D'autres analystes ont relevé récemment leur recommandation sur GTT. Parmi eux, Kepler Cheuvreux estime que "GTT profitera très certainement des conditions favorables du marché du GNL".



Selon les estimations du cabinet Wood Mackenzie, la demande mondiale de GNL devrait passer d'environ 400 millions de tonnes par an en 2021 à 570 millions de tonnes par an en 2030, et l'allongement des distances parcourues entre pays producteurs et consommateurs nécessitera davantage de méthaniers.



Nouveaux appels d'offres



Pour les analystes de Société Générale, GTT devrait également bénéficier de l'inclusion du gaz naturel et du nucléaire parmi les énergies éligibles aux financements "verts". Cette proposition de la Commission européenne suscite un vif débat entre les Etats membres de l'Union européenne et doit encore être approuvée par le Parlement européen.



Le président-directeur général de GTT, Philippe Berterottière, se veut confiant. "Tout le monde commence à comprendre le rôle du gaz dans la transition énergétique : il est un bon substitut au charbon et accompagne la montée en puissance des énergies renouvelables dans les systèmes énergétiques", a-t-il indiqué lors d'un entretien avec l'agence Agefi-Dow Jones.



Le groupe, dont les membranes cryogéniques équipent près de 80% des méthaniers de la planète, a jusqu'ici annoncé 66 commandes de méthaniers au titre de 2021, battant son précédent point haut de 57 commandes atteint en 2019. S'y ajoutent 27 commandes de réservoirs sur le marché naissant du "GNL carburant", qui permet de remplacer le fioul lourd servant à la propulsion des cargos et bateaux de croisière.



Compte tenu des délais de construction dans les chantiers navals et de la politique de reconnaissance de chiffre d'affaires de GTT, la plupart de ces commandes ne contribueront aux résultats du groupe qu'à partir de 2023. L'année 2022 ne devrait pas voir de fort rebond du chiffre d'affaires et des bénéfices, selon le consensus des analystes.



L'actualité du groupe devrait néanmoins rester positive au cours des prochains mois. GTT attend de grands appels d'offres en 2022 qui devraient déboucher sur de nouvelles commandes de méthaniers. En outre, les réglementations en cours d'élaboration devraient conduire à un besoin de remplacement de 50% de la flotte mondiale par des navires moins polluants, affirme Philippe Berterottière.



GTT prévoit actuellement 300 commandes de méthaniers entre 2021 et 2030 mais ce chiffre fera l'objet d'une "révision à la hausse" à l'occasion de la publication des résultats annuels le 17 février prochain, a indiqué Philippe Berterottière.



De quoi favoriser la revalorisation du titre, qui n'a commencé que tout récemment à intégrer l'accélération des prises de commandes. Sur un an, l'action cède encore 3% alors que le SBF 120 a gagné 25%.





-François Schott, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 92; fschott@agefi.fr ed: VLV



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



January 17, 2022 10:14 ET (15:14 GMT)




Copyright (c) 2022 L'AGEFI SA
Engie (EU:ENGI)
Graphique Historique de l'Action
De Juil 2022 à Août 2022 Plus de graphiques de la Bourse Engie
Engie (EU:ENGI)
Graphique Historique de l'Action
De Août 2021 à Août 2022 Plus de graphiques de la Bourse Engie