Retourner à la liste

Ajouter une Discussion

Rafraîchir

Utilisateurs Filtrés

Mes Alertes

Mon Profil

Règles

Vinci - Pullback Sur Ancienne Résistance (DG)

- Modifié le 10/12/2014 11:37
zebulon1 Messages postés: 180 - Membre depuis: 14/11/2014

L'action Vinci vient d'effectuer un pullback en 15 min sur ses anciens plus hauts et le cours devrait reprendre son mouvement de hausse en direction de 44.20 (dernier plus haut) puis 44.33..

Zébulon, fan du site CentralCharts





Réponses
664 Réponses
   4   ... 
61 de 664 - 19/1/2015 08:43
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
TEC




VINCI
FR0000125486 DG
47.795 (c) EUR 0.00%
Euronext Paris Données temps réel

Cours
Graphique
Actualités
Conseils
Consensus
Société
Warrants
Forum
Actionnaires

VINCI : Le mouvement reste haussier
TEC le 19/01/2015 à 07:12
0
Partager 0
Tweet 0
VINCI : Le mouvement reste haussier
VINCI : Le mouvement reste haussier

SYNTHESE

Le MACD est positif et supérieur à sa ligne de signal. Cette configuration confirme la bonne orientation du titre. On constate que le potentiel de hausse du RSI n'est pas épuisé. Les stochastiques, pour leur part, se trouvent dans la zone de surachat, une correction est probable à court terme. Les volumes échangés sont supérieurs à la moyenne des volumes sur les 10 derniers jours.

MOUVEMENTS ET NIVEAUX

Le titre est orienté à la hausse. Il est au-dessus de sa moyenne mobile 50 jours. La moyenne mobile à 20 jours est supérieure à la moyenne mobile à 50 jours. Le support est à 41.66 EUR, puis à 40.23 EUR et la résistance est à 51.7 EUR, puis à 54.57 EUR.
Dernier cours : 47.79
Support : 41.66 / 40.23
Resistance : 51.7 / 54.57
Opinion court terme : positive
Opinion moyen terme : positive
62 de 664 - 19/1/2015 14:46
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de VINCI , entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call parfaitement adpaté (4879C).

Ce produit dérivé extrêmement réactif, émis par CITI, pourra être travaillé par les investisseurs les plus actifs.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

L'analyse graphique en données quotidiennes de l'action VINCI permet d'identifier une tendance haussière à court terme.

Parmi les facteurs graphiques dominants, nous avons relevé la présence d'un gap baissier sur les cours de l'action VINCI . Formé le 1er août 2014, ce "trou de cotation" est en passe d'être comblé. Fort à parier que lors de ce comblement, les cours accéléreront à la hausse.

Sur le plan des indicateurs de tendance, la moyenne mobile à 20 jours (en bleu foncé) fait office de support pour les cours.

Le volume d'échange est en hausse, une donnée technique favorable à notre anticipation. Le niveau de participation des opérateurs est important, ce qui donne du sens au mouvement haussier sur le sous-jacent.

PREVISION

Dans ce contexte, les investisseurs les plus actifs miseront sur ce scénario haussier (call) en se positionnant sur le turbo Call, émis par CITI et de code mnemonique 4879C, sur VINCI , à 0.68 €.

Ils prendront leurs bénéfices lorsque le sous-jacent atteindra les 54.98 € ou limiteront leurs pertes en vendant le turbo en cas de rupture des 46.10 €.

On prendra soin de noter qu'en contrepartie d'un effet de levier très important, si la barrière désactivante à 42 € (tracé en violet) est atteinte par le sous-jacent, la perte du capital est totale.

Retrouvez cet article sur Tradingsat.com

63 de 664 - 20/1/2015 20:31
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
Sur les 5 derniers jours, le titre a peu évolué, perdant 0.19%. Depuis le début de l'année, il est en hausse de 5.87%.

Du point de vue de l'analyse technique : le RSI est supérieur à sa zone de neutralité des 50. Le MACD est supérieur à sa ligne de signal et positif. La configuration est haussière à court terme. Enfin, le titre est supérieur à sa moyenne mobile 50 jours.
A noter que les volumes sont en hausse depuis quelques jours.

Graphiquement : les niveaux de résistances se situent sur : 51.8 puis 53.2. Tandis que les prochains supports sont sur : 47 puis 46.

Notre préférence : Le titre Vinci (Paris: FR0000125486 - actualité) (DG) est haussier tant que 46 est support.

Le point d'invalidation de notre scénario est situé sur : 46.
Cours de référence : 48.2.
Copyright 1999 - 2013 TRADING CENTRAL
64 de 664 - 27/1/2015 13:56
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
PARIS (Reuters) - Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé mardi un gel des tarifs autoroutiers, qui devaient augmenter de 1,07% en moyenne le 1er février, afin de laisser au groupe de travail parlementaire le temps d'examiner les discussions en cours entre l'Etat et les concessionnaires autoroutiers.

"Dans l'attente de l'aboutissement de ces travaux, le gouvernement a décidé de surseoir à l'application de la hausse des péages prévue contractuellement le 1er février", indique Matignon dans un communiqué. "Il prendra des arrêtés à cette fin."

Le Premier ministre, qui souhaite qu'un point d'étape soit fait avec le groupe de travail d'ici à la fin février, a répété que le gouvernement était déterminé à remettre à plat les concessions pour rééquilibrer les relations entre l'Etat et les sociétés concessionnaires.

(Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)
65 de 664 - 27/1/2015 16:18
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
CercleFinance.com) -Vinci qui ricoche sous 49,3E corrige déjà au contact des 47E: en attendant que le recours contre le gel du tarif des autoroutes soit arbitré, la glissade pourrait se poursuivre jusque sur 43,4E ?
66 de 664 - 27/1/2015 18:30
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002


Le gouvernement français a décidé mardi de geler la hausse des tarifs des péages prévue le 1er février, provoquant le mécontentement des sociétés concessionnaires d'autoroutes et faisant chuter les titres Eiffage (FGR.FR) et Vinci (DG.FR) en Bourse.


Le gouvernement compte "surseoir à l'application de la hausse des péages prévue contractuellement le 1er février" en attendant les conclusions du groupe de travail créé en fin d'année dernière sur l'avenir des concessions autoroutières, a annoncé le cabinet du Premier ministre dans un communiqué.


L'Association des société françaises d'autoroutes (ASFA) a dit regretter "cette décision unilatérale qui décrédibilise de façon durable la signature de l'État pour les contrats de partenariat public-privé".


La décision du gouvernement "introduit une incertitude pour les entreprises et leurs actionnaires, dans leurs relations avec les marchés internationaux qui financent les investissements qu'elles réalisent pour le compte de l'État", ont ajouté les concessionnaires autoroutiers.


Dans ce contexte, les sociétés d'autoroutes ont annoncé leur intention "d'entamer sans attendre une procédure contentieuse", regrettant l'absence de négociations.


Renégociation ou résiliation des contrats


Depuis plusieurs mois, le gouvernement cherche à remettre en cause les contrats de concessions signés en 2006 avec les concessionnaires autoroutiers, jugés trop favorables à ces derniers.


Le groupe de travail mis en place doit examiner les deux scénarios envisagés par le gouvernement, à savoir la "renégociation des contrats de concession d'une part et [la] résiliation de ces contrats d'autre part".


De son côté, l'ASFA a indiqué avoir fait des propositions "constructives" fin décembre au gouvernement, sous la forme d'un protocole d'accord. "À ce jour, les sociétés n'ont pas reçu de réponse formelle sur ces propositions", a expliqué l'AFSA, qui se tient néanmoins toujours à disposition du gouvernement pour discuter de ses propositions.


Un point d'étape devrait être effectué d'ici à la fin février, a prévenu Matignon.


A la Bourse de Paris, l'annonce du gel de la hausse des tarifs des péages a fait chuter les cours de Vinci (DG.FR) et Eiffage (FGR.FR), qui reculaient respectivement dans l'après-midi de 4,1% à 47,49 euros et de 6,6% 44,55 euros.


-Blandine Hénault et Valérie Venck, Dow Jones Newswires, blandine.henault@dowjones.com
67 de 664 - 27/1/2015 20:10
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
Sur les 5 derniers jours, le titre a peu évolué, perdant 0.84%. Depuis le début de l'année, il est en hausse de 4.98%.

Du point de vue de l'analyse technique : le RSI est supérieur à sa zone de neutralité des 50. Le MACD est supérieur à sa ligne de signal et positif. La configuration est haussière à court terme. Enfin, le titre est supérieur à sa moyenne mobile 50 jours.
A noter que les volumes sont en hausse depuis quelques jours.

Graphiquement : les niveaux de résistances se situent sur : 52.5 puis 54.1. Tandis que les prochains supports sont sur : 46.1 puis 45.1.

Notre préférence : Le titre Vinci (Paris: FR0000125486 - actualité) (DG) est haussier tant que 45.1 est support.

Le point d'invalidation de notre scénario est situé sur : 45.1.
Cours de référence : 47.8.
Copyright 1999 - 2013 TRADING CENTRA
68 de 664 - 27/1/2015 20:12
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
PARIS (Reuters) - Eiffage et Vinci ont annoncé mardi leur intention de contester devant la justice la décision du gouvernement de suspendre la hausse prévue des tarifs des autoroutes.

"Eiffage a pris connaissance du communiqué de presse du Premier ministre relatif aux tarifs autoroutiers (...) APRR et AREA vont contester sans délai la décision illégale de surseoir à l'application de la hausse des péages prévue contractuellement le 1er février 2015", explique le groupe de BTP dans un communiqué.

De son côté, Pierre Coppey, le directeur général délégué de Vinci, a déclaré au micro de RTL que son groupe entendait également contester cette décision.

L'Etat fixe en février de chaque année les tarifs autoroutiers, par arrêté conjoint du ministre des Finances et du ministre de l'Écologie. Le gouvernement a annoncé mardi qu'il suspendait les hausses prévues au 1er février afin de laisser à un groupe de travail parlementaire le temps d'examiner les discussions en cours sur les autoroutes.

(Matthias Blamont, édité par Dominique Rodriguez)
69 de 664 - 28/1/2015 10:41
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
(CercleFinance.com) - Premier (NasdaqGS: PINC - actualité) opérateur autoroutier de France avec ses filiales ASF, Cofiroute, Escota et Arcour, Vinci (Paris: FR0000125486 - actualité) va, comme Eiffage (Paris: FR0000130452 - actualité) , attaquer le gel inopiné des tarifs autoroutiers annoncé hier par le gouvernement. En effet, hier au micro de RTL, Pierre Coppey, directeur général délégué de Vinci, a déclaré qu'il était obligé de demander au juge de faire respecter les clauses de contrats, qui prévoyaient une augmentation en février.

Hier, le Premier ministre a annoncé, à l'issue de la première réunion du groupe de travail sur les concessions d'autoroutes associant une quinzaine de parlementaires aux représentants de l'administration, que 'le gouvernement est en effet déterminé à remettre à plat les concessions afin de mettre en oeuvre les recommandations formulées par la Cour des comptes et l'Autorité de la concurrence visant à un rééquilibrage des relations contractuelles entre l'Etat et les sociétés concessionnaires.'

Alors que les négociations avec les opérateurs sont en cours et avant la publication d'un rapport d'étape, attendu vers mi-février, 'le gouvernement a décidé de surseoir à l'application de la hausse des péages prévue contractuellement le 1er février.'

Selon les analystes d'Aurel BGC, 'c'est une surprise. Le gouvernement et les sociétés concessionnaires semblaient avoir progressé dans les négociations et la suspension de la hausse des péages au 1er février paraissait exclue'.

Au delà de l'impact sur les bénéfices de Vinci (moins de 1% selon Aurel BGC) et d'Eiffage (- 2,3% environ), 'la problématique concerne surtout la solidité des contrats de concessions, donc le risque politique', le ton adopté par Matignon paraissant plus dur que celui employé fin 2014. Pour les analystes, si l'aléa politique est bel et bien revenu sur le dossier, il semble toutefois peu probable que les concessions et les PPP soient remis en cause dans leur ensemble.

Quoi qu'il en soit, la décision du gouvernement n'a pas été du goût de l'Association des sociétés françaises d'autoroutes et d'ouvrages à péage (ASFA), qui a rappelé que ses membres avaient formulé des propositions sous la forme d'un protocole d'accord global en date du 29 décembre. 'A ce jour, les sociétés n'ont pas reçu de réponse formelle sur ces propositions', affirme l'organisation.

L'ASFA s'est aussi offusquée aussi d'apprendre 'par la presse, au mépris des règles de communication financière imposées par l'AMF, la décision de geler l'augmentation contractuelle des tarifs prévue le 1er février prochain'. Et elle ajoute : 'les sociétés regrettent profondément cette décision unilatérale qui décrédibilise de façon durable la signature de l'État pour les contrats de partenariat public-privé (PPP) et introduit une incertitude pour les entreprises et leurs actionnaires'.

De ce fait, et bien que l'ASFA déclare privilégier la négociation, elle préconise 'd'entamer sans attendre une procédure contentieuse' contre cette décision afin de 'préserver leurs droits', recommandation qu'Eiffage et Vinci ont ou vont mettre en application.

70 de 664 - 28/1/2015 11:50
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
Les incertitudes autour des négociations avec le gouvernement sur les contrats de concessions autoroutières risquent de reléguer au second plan les nouvelles positives pour Vinci (DG.FR) et Eiffage (FGR.FR), comme les bonnes tendances du trafic et l'amélioration des résultats, préviennent les analystes de Kepler Cheuvreux. Après le gel de la hausse des tarifs des péages qui était prévue au 1er février, "les négociations semblent désormais plus difficiles et nous pensons que le processus prendra plusieurs mois", indique Kepler. Toutefois, l'intermédiaire financier estime toujours que le résultat final des négociations sera neutre pour la valeur actuelle nette de Vinci et Eiffage, étant donné que les contrats de concessions sont solides. A la Bourse de Paris, les titres Eiffage et Vinci figurent parmi les plus forts replis de la cote, perdant respectivement 2,1% à 43,68 euros et 1,5% à 47,02 euros. (blandine.henault@wsj.com)
71 de 664 - 29/1/2015 10:51
mumu1 Messages postés: 44 - Membre depuis: 06/1/2015
Les tarifs devaient augmenter de 1,07% en moyenne au 1er février
Suspension dans l'attente des travaux du groupe de travail parlementaire
Point d'étape des négociations d'ici fin février
Vinci, Eiffage et Abertis baissent en Bourse
L'Asfa menace d'une procédure contentieuse (Actualisé avec réaction d'Eiffage et Vinci)

Le communiqué de Matignon :

Les concessionnaires autoroutiers Eiffage et Vinci ont annoncé mardi leur intention de contester devant la justice la décision du gouvernement de suspendre la hausse des tarifs des péages prévue au 1er février.

Le Premier ministre Manuel Valls a expliqué ce gel de tarifs, qui devaient augmenter de 1,07% en moyenne, par la nécessité de laisser à un groupe de travail parlementaire le temps d'examiner les discussions en cours entre l'Etat et les concessionnaires.

Eiffage et Vinci ont dégringolé en Bourse après l'annonce de Matignon, clôturant en recul de 6,34% et 3,53% respectivement, tandis qu'à Madrid l'action du concessionnaire Abertis, également exploitant du réseau autoroutier français, a perdu 1,4%.

Ces trois concessionnaires n'étaient pas hostiles à un gel cette année, mais à condition que celui-ci soit compensé par un lissage des hausses sur plusieurs années et qu'il s'inscrive dans le cadre d'un accord global.

"Eiffage a pris connaissance du communiqué de presse du Premier ministre relatif aux tarifs autoroutiers (..) APRR et AREA vont contester sans délai la décision illégale de surseoir à l'application de la hausse des péages prévue contractuellement le 1er février 2015", explique le groupe de BTP dans un communiqué.

De son côté, Pierre Coppey, directeur général délégué de Vinci, a déclaré au micro de RTL que son groupe entendait également contester cette décision.

Une source proche des concessionnaires avait auparavant indiqué à Reuters que les présidents des sociétés d'autoroutes s'étaient réunis dans l'après-midi pour arrêter leur position, ajoutant que si une procédure était engagée, elle le serait devant le Conseil d'Etat.

RENDEZ-VOUS LE 5 FÉVRIER

Le régime des autoroutes fait l'objet depuis plusieurs mois d'un bras de fer entre l'Etat et les concessionnaires. Ceux-ci ont fait plusieurs propositions pour tenter de sortir de la crise, mais Manuel Valls avait promis fin décembre que les élus seraient consultés avant toute décision du gouvernement.

"À ce jour", a fait savoir l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (Asfa), "les sociétés n'ont pas reçu de réponse formelle sur ces propositions. (Elles) regrettent profondément cette décision unilatérale qui décrédibilise de façon durable la signature de l'État pour les contrats de partenariat public-privé et introduit une incertitude pour les entreprises et leurs actionnaires."

La hausse prévue devait permettre de répercuter l'inflation, les investissements et l'augmentation de la redevance domaniale.

Le Premier ministre a indiqué qu'un point d'étape serait fait avec le groupe de travail d'ici la fin février, une mauvaise nouvelle pour les concessionnaires qui espéraient parvenir rapidement à un accord et tourner pour de bon la page.

Manuel Valls a aussi réaffirmé sa détermination à "remettre à plat" les concessions pour rééquilibrer les relations entre l'Etat et les sociétés concessionnaires.

"Les objectifs du gouvernement sont une meilleure régulation des péages afin de préserver le pouvoir d'achat des automobilistes, un encadrement plus strict des profits des sociétés concessionnaires et leur participation accrue au financement des infrastructures de transport du pays", a détaillé Matignon dans son communiqué.

Le groupe de travail parlementaire devra examiner deux scénarios: une renégociation des contrats de concession ou leur résiliation. Le gouvernement a toutefois décidé le 31 décembre de ne pas utiliser cette arme de la résiliation, reportant de facto la menace d'un an.

Le groupe, qui devait initialement comprendre cinq députés socialistes et un député des Verts, a été élargi à l'opposition et aux sénateurs, pour compter désormais 15 membres.

Il se réunira désormais chaque semaine, la prochaine rencontre étant fixée au jeudi 5 février, a précisé à Reuters le député socialiste Olivier Faure, membre du groupe.
72 de 664 - 30/1/2015 20:02
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
Le gel des péages et les discussions en cours sur l'avenir des concessions autoroutières ont un impact négatif sur les créances du secteur des péages autoroutiers en France, a indiqué vendredi Moody's dans un communiqué. "Le gouvernement a annoncé le 27 Janvier 2015, que les operateur de péages autoroutiers ne seront pas autorisés à augmenter leurs tarifs le 1er février 2015, comme le prévoient leurs contrats de concession, tant que les discussions sur le futur des concessions de péages ne seront pas achevées", rappelle l'agence de notation. "Cette décision est négative du point de vue des créances des opérateurs d'autoroutes car elle crée un précédent concernant la capacité d'intervention de l'Etat dans le cadre des concessions et tarifs autoroutiers en France", a souligné Moody's. Les sociétés concernées par les annonces du gouvernement sont Autoroutes du Sud de la France (ASF, Baa1 stable), Sanef (Baa1 stable) et Autoroutes Paris-Rhin-Rhone (APRR, Baa2 stable), a précisé l'agence. (eric.chalmet@wsj.com)
73 de 664 - 02/2/2015 09:01
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
TEC

VINCI : La consolidation peut se poursuivre

SYNTHESE

Le MACD est positif mais inférieur à sa ligne de signal. La dynamique en cours est interrompue. Dans le cas où le MACD deviendrait négatif, le repli des cours pourrait se poursuivre. La valeur du RSI est inférieure à 50 : cela confirme la faiblesse des cours. Les indicateurs stochastiques ne donnent pas de signaux clairs pour les jours à venir. Les volumes échangés sont inférieurs à la moyenne des volumes sur les 10 derniers jours.

MOUVEMENTS ET NIVEAUX

Après un plus haut à 49.53 EUR le titre corrige vers la moyenne mobile à 50 jours à 45.46 EUR : le comportement des cours sur ce niveau permettra d'envisager la poursuite du mouvement à moyen terme. Les premiers points d'achats (ou supports court terme) sont à 42.53 EUR et 40.93 EUR. Les résistances sont à 50.54 EUR et 52.14 EUR.
Dernier cours : 46.84
Support : 42.53 / 40.93
Resistance : 50.54 / 52.14
Opinion court terme : neutre
Opinion moyen terme : positive
74 de 664 - 02/2/2015 14:22
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
02/02/15 13:08 Vinci : un gros contrat portuaire au Maroc (Boursier.com)
75 de 664 - 03/2/2015 11:15
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
(CercleFinance.com) - Le bureau d'études Société Générale (SG) est revenu ce matin sur le dossier Vinci (Paris: FR0000125486 - actualité) alors que l'une des activités les plus rentables du groupe de BTP et de concessions, les autoroutes, est dans le collimateur des pouvoirs publics. Tout en restant à l'achat sur le titre, les analystes ont réduit leur objectif de cours de 60 à 58 euros 'en attendant que le risque politique se stabilise'.

A la Bourse de Paris, l'action Vinci prend cependant près de 2% au-delà de 48 euros.

En effet, via ses filiales comme ASF, Cofiroute ou Escota, Vinci est l'un des principaux acteurs européens des concessions autoroutières. Or le gouvernement français, associé à des parlementaires, entend ?remettre à plat? ce qu'il considère comme la 'rente' des opérateurs d'autoroutes, 'ce qui créé une prime de risque significative sur l'action' Vinci.

Et maintenant ? Selon Société Générale, le scénario le plus probable est que les concessionnaires et l'Etat finissent par trouver un accord. Dans le cadre de ce scénario le plus optimiste, l'action Vinci pourrait atteindre 67 euros, estime SG.

Reste qu'on ne peut exclure totalement le pire, par exemple que l'Etat rachète les concessions en question, ce qui générerait un afflux de cash pour le groupe (24 euros par action Vinci pour les ASF, selon les analystes), mais déstabiliserait aussi les investisseurs à court terme. Dans le pire des scénarios, la juste valeur de l'action Vinci serait de 45 euros, calcule Société Générale.

De ce fait, le titre semble se traiter actuellement en basses eaux, mais attention : 'nous avons cependant préféré ne pas intégrer l'impact positif d'une fin du conflit dans notre objectif de cours car les délais des discussions semblent aujourd'hui se rallonger, notamment avec la consultation du groupe de travail (15 membres parlementaires et hauts fonctionnaires qui doivent comparer les propositions des sociétés d'autoroutes avec l'option de rachat)', indique la note de recherche.

Attention aussi à une conjoncture difficile pour le secteur du BTP en France, d'autant que la prévision 2015 de bénéfice par action retraité Vinci de SG est, à 3,22 euros, inférieure de 5% à celle du consensus.

76 de 664 - 03/2/2015 20:00
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
CercleFinance.com) - Vinci Stadium a été désigné par E20 Stadium LLP1 titulaire du contrat de concession de services du Stade du Queen Elizabeth Olympic Park de Londres au Royaume-Uni.

Ce stade, situé dans l'Est de Londres, a été conçue dans le cadre de l'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2012 de Londres, pour les cérémonies d'ouverture et de clôture ainsi que pour les épreuves d'athlétisme.

Le stade, actuellement en cours de transformation, sera ouvert temporairement pour accueillir la Coupe du Monde de Rugby en 2015, et ré-ouvrira définitivement en 2016. Il recevra les Championnats du Monde d'athlétisme et les Championnats du Monde Paralympiques d'athlétisme en 2017.

Le contrat, d'une durée de 25 ans, inclut l'exploitation, l'entretien et la maintenance du stade ainsi que l'animation d'une partie du parc aux alentours du stade lors des différents événements.

' Vinci Stadium aura notamment pour mission de gérer le stade lors des événements, d'assurer son développement commercial grâce à une programmation additionnelle et la génération de revenus annexes (événements d'entreprises, partenariats, restauration) et d'animer ce lieu de vie tout au long de l'année ' précise le groupe.
77 de 664 - 03/2/2015 20:37
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
Agenda
5 février 2015
Résultats annuels de l'exercice 2014 - Réunion d'analystes et conférence de presse
8:30 - Conférence de presse
11:00 - Réunion d'analystes
78 de 664 - 03/2/2015 22:44
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
PARIS (Reuters) - Six des sept sociétés d'autoroutes concernées par le gel des tarifs de péages en France décrété par le gouvernement ont déposé un recours devant le Conseil d'Etat, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

Le gouvernement a publié jeudi dernier au Journal officiel l'arrêté de suspension de la hausse des péages, qui devaient augmenter en moyenne de 0,57% pour répercuter l'inflation et les investissements, expliquant qu'il voulait laisser aux parlementaires le temps d'examiner un projet d'accord négocié entre l'Etat et les concessionnaires.

Ces derniers, dont le chiffre d'affaires annuel des péages totalise environ huit milliards d'euros, selon des calculs de Reuters, avaient alors prévenu qu'ils engageraient une procédure judiciaire pour non respect des contrats.

"C'est fait", a dit une source. Les six sociétés ayant déposé un recours pour excès de pouvoir sont Cofiroute, Escota, APRR, Area, Sanef et ASF, filiales de Vinci, Eiffage, Macquarie et Abertis.

Selon cette source, SAPN devrait suivre mardi soir ou mercredi.

Les concessionnaires ont également envoyé lundi un courrier au président de l'Autorité de la Concurrence, Bruno Lasserre, rapporte de son côté L'Opinion. Selon le quotidien, qui cite des extraits de la lettre, les sociétés d'autoroutes y contestent les calculs de l'autorité sur la rentabilité du secteur et déplorent "la perte de valeur financière" subie par leurs actionnaires depuis le début de la crise.

Le rapport de l'Autorité de la concurrence, à l'automne dernier, est à l'origine d'un bras de fer avec le gouvernement, soucieux de rééquilibrer les relations entre les sociétés d'autoroutes, l'Etat et les usagers. Les concessionnaires ont fait une série de propositions pour sortir de la crise mais tiennent à ce que tout compromis s'inscrive dans le cadre d'un accord global et définitif.

Le président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a écrit de son côté au Premier ministre, Manuel Valls, pour déplorer que le plan de travaux autoroutiers de 3,2 milliards d'euros, pourtant validé par Bruxelles, reste bloqué à cause des négociations sur les autoroutes.

"Face à l'ampleur de la crise que nous traversons, à la dégradation sans précédent des situations de trésorerie notamment de nos PME, à la disparition programmée de milliers d'emplois dans les mois qui viennent, je vous demande (...) de tout mettre en oeuvre pour que ce plan voie le jour au plus vite", écrit Bruno Cavagné, dans ce courrier dont Reuters a obtenu copie.

(Gilles Guillaume, édité par Patrick Vignal)
79 de 664 - 04/2/2015 09:17
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
PARIS, 4 février (Reuters) - Vinci SGEF.PA a annoncé
mercredi avoir remporté un contrat portant sur l'essentiel de la
conception et de la construction du nouveau centre de
valorisation des déchets d'Ivry-Paris XIII représentant 513
millions d'euros pour les entreprises du groupe.
Le contrat a été attribué par le Syctom, un syndicat de
traitement des déchets ménagers regroupant 84 communes
d'Ile-de-France, pour des travaux devant s'étaler sur une durée
de douze ans.

* Le communiqué :
http://bit.ly/1EFmdcp

(Gwénaëlle Barzic, édité par Dominique Rodriguez)
80 de 664 - 04/2/2015 17:43
waldron Messages postés: 8945 - Membre depuis: 17/9/2002
(CercleFinance.com) - Aurel BGC est à l'achat sur le titre Vinci (Paris: FR0000125486 - actualité) avec un objectif de 55 E avant l'annonce des résultats annuels ce soir après Bourse.

Le bureau d'analyse attend un chiffre d'affaires de l'ordre de 38,2 MdE et un EBIT courant de 3 700 ME.

' Le marché sera attentif sur les négociations avec le gouvernement sur le sujet des concessions autoroutières ? quel est le degré du risque politique ? ' indique Aurel BGC.

Aurel se demande également dans sa note du jour ' Quel est la situation du marché français des travaux publics et de la construction ? peut-on espérer une stabilisation en 2015 ? dans quelle mesure Vinci peut-elle faire face à une baisse des volumes et défendre ses marges ? Quel niveau de marge peut-on attendre du projet Bordeaux-Tours ? '.

Aurel indique enfin que le management pourrait également donner des indications sur la dynamique de trafic pour les autoroutes en 2015 et sur l'intégration d'ANA au sein de Vinci Airport.
664 Réponses
   4   ... 
Messages à suivre: (664)
Dernier Message: 17/Janv/2017 08h59

Titres Discutés
EU:DG 98.26 -0.7%
Vinci
Vinci
Vinci
Indices Mondiaux
Australia 0.0%
Brazil 1.1%
Canada 0.1%
France 0.4%
Germany 0.6%
Greece 0.3%
Holland 0.1%
Italy 1.0%
Portugal 0.9%
US (DowJones) 0.8%
US (NASDAQ) 0.7%
United Kingdom 0.8%
Palmarès Hausse (%)
EU:ADUDS 0.00 200.0%
EU:MLFSG 0.02 90.0%
EU:NLFBS 0.01 80.0%
EU:AVT 0.02 60.2%
EU:MLIOC 0.25 56.3%
EU:PIX 0.98 56.1%
EU:FINM 0.24 43.7%
EU:MLAAT 0.24 20.0%
EU:JXR 0.07 18.2%
EU:EURBU 0.00 16.7%
Dernières Valeurs Consultées
EU
DG
Vinci
Inscrivez-vous aujourd'hui pour consulter ce titre en streaming sur le Moniteur ADVFN. Vous pourrez ajouter et visualiser jusqu'à 110 des vos actions préférée et c'est complètement gratuit..

En accédant aux services disponibles de ADVFN, vous acceptez les Conditions Générales de ADVFN Conditions Générales

P: V: D:20191212 23:13:30