Retourner à la liste

Ajouter une Discussion

Rafraîchir

Utilisateurs Filtrés

Mes Alertes

Mon Profil

Règles

Worldline (WLN)

- Modifié le 19/2/2015 16:52
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002
Intraday Stock Chart: WorldlineGraphiques historiques: Worldline
Intraday Stock ChartGraphiques historiques

(Boursier.com) — Les volumes sont extrêmement importants en séance sur Worldline, en particulier à cause d'une série d'applications négociées hors marché, dont la plus importante portait sur 460.000 titres, soit près de 7,5 millions d'euros. Elle représente 0,35% du capital de la société.

Le dossier gagne 3,3% à 16,60 euros en séance, malgré des comptes annuels qui ont reçu un accueil mitigé du marché. Barclays a maintenu sa recommandation "surpondérer" et son objectif de cours de 21 euros ce matin, malgré une croissance organique 2014 limitée à 2,8%, juste en dessous de l'objectif de 3 à 4%. Le courtier estimait que l'objectif était un peu imprudent, compte tenu de l'attente d'un gros accord d'externalisation qui ne s'est pas concrétisé. Celui-ci n'a d'ailleurs pas été pris en compte dans les projections 2015, et pourrait fournir, s'il se confirme, un surplus de croissance cette année. Le bureau d'études apprécie toujours le dossier dans un secteur en consolidation, car il est susceptible d'améliorer sa croissance et affiche des cash-flows libres solides.

Anthony Bondain — ©2015, Boursier.com

 Soyez le premier à réagir !
Worldline : des volumes qui explosent  
FR0011981968








Réponses
134 Réponses
  3    
41 de 134 - 22/3/2016 17:57
sarkasm Messages postés: 1282 - Membre depuis: 26/2/2009

(CercleFinance.com) - Le spécialiste des systèmes

de paiement en ligne et des porte-monnaies électronique Worldline

dessine un 'harami haussier' court terme, partant d'un plancher de 20,9E

et tente de renouer avec la résistance des 21,9/22E testée sans relâche

du 1er au 17 mars puis précédemment du 18 au 29 janvier.
La reprise en 'V' amorcée sur 18,75E pourrait se prolonge en direction des 24E (niveau du 31/12/2015).

42 de 134 - 23/3/2016 08:40
sarkasm Messages postés: 1282 - Membre depuis: 26/2/2009

Analyse Technique

icon_help.png

panel_splitter.png

panel_expanded.png


wlneur160322191224.gif

22/03/2016 19:12

Worldline CT : haussier tant que 19.9 est support

Notre point pivot est situé sur : 19.9.



Notre préférence : haussier tant que 19.9 est support.



Scénario alternatif : en cassure de 19.9, Worldline pourrait aller sur 19 et 18.4.



Commentaire

: le RSI est supérieur à 50. Le MACD est positif et au-dessus de sa

ligne de signal. De plus, les cours sont supérieurs à leurs moyennes

mobiles 20 et 50 (situées respectivement à 21.2548 et 20.9499).



Supports et résistances court terme :
Résistance 3 : 25,1
Résistance 2 : 24,5
Résistance 1 : 23,9
Dernier : 22,07
Support 1 : 19,9
Support 2 : 19
Support 3 : 18,4

43 de 134 - 20/4/2016 18:59
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002

(CercleFinance.com) - Le (Taiwan OTC: 8490.TWO - actualité)

chiffre d'affaires s'est élevé à 298,8 millions d'euros au premier

trimestre de 2016, en croissance organique de +6,5 % (à périmètre et

taux de change constants).



' Chacune des trois Lignes de

Services a contribué à la croissance globale, avec en particulier une

forte accélération de l'activité Services Commerçants & Terminaux,

qui a crû de 11,2% ' précise la direction.



Le chiffre d'affaires

de la ligne de services Services Commerçants & Terminaux a atteint

103,4 millions d'euros, en hausse de +11,2 %. Celui de la ligne de

services Traitement de Transactions & Logiciels de Paiement s'est

établi à 102,6 millions d'euros, en progression de +5,0%.



Le

chiffre d'affaires de la ligne de services Mobilité & Services Web

Transactionnels s'est élevé à 92,8 millions d'euros, en hausse de +3,5%.

' Ce chiffre permet de plus que compenser l'impact de l'arrêt d'un

contrat du secteur public au Royaume-Uni à partir de la fin du troisième

trimestre 2015 '.



Le carnet de commandes s'est établi à 1,7

milliard d'euros, représentant 1,4 année de chiffre d'affaires. La

position de trésorerie nette a atteint 362,3 millions d'euros.



Le Groupe (Other OTC: GROPF - actualité)

anticipe une croissance organique à périmètre et taux de change

constants d'environ +3%. Il a pour objectif d'augmenter sa marge d'EBO

d'environ +80 points de base par rapport à 2015.



Le Groupe a

également l'ambition de générer un flux de trésorerie disponible compris

entre 135 et 140 millions d'euros comprenant le paiement de coûts de

transaction exceptionnels (estimés à environ 12 millions d'euros) liés à

l'opération avec Equens.

44 de 134 - 20/4/2016 19:03
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002

Le spécialiste des paiements électroniques
Worldline (WLN.FR) a confirmé l'ensemble de ses objectifs pour 2016
alors que son chiffre d'affaires s'est inscrit à 298,8 millions d'euros
au premier trimestre, enregistrant une croissance organique de 6,5%.




"Chacune des trois lignes de services a contribué à la croissance
globale, avec en particulier une forte accélération de l'activité
Services Commerçants & Terminaux, qui a crû de 11,2%", a souligné le
groupe dans un communiqué.



Son flux de trésorerie
disponible a atteint 35,3 millions d'euros, en croissance de 10,7%,
tandis que son carnet de commandes s'est établi à 1,7 milliard d'euros,
représentant 1,4 année de chiffre d'affaires.



Le groupe
a rappelé que pour 2016, il anticipait une croissance organique à
périmètre et taux de change constants d'environ 3% et s'était fixé pour
objectif d'augmenter sa marge d'EBO (excédent brut opérationnel)
d'environ 80 points de base par rapport à 2015.



"Ces
objectifs n'incluent aucune contribution des sociétés Equens, PaySquare
et KB et seront mis à jour après la finalisation de ces opérations afin
de prendre en considération leur contribution à partir de leur date de
finalisation", a indiqué le spécialiste du paiement en ligne.




Par ailleurs, Worldline ambitionne de générer un flux de trésorerie
disponible compris entre 135 et 140 millions d'euros en 2016, comprenant
le paiement de coûts de transaction exceptionnels estimés à environ 12
millions d'euros liés à l'acquisition du néerlandais Equens.





-Eric Chalmet, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 65; eric.chalmet@wsj.com ed: LBO





(END) Dow Jones Newswires



April 20, 2016 12:34 ET (16:34 GMT)

45 de 134 - 20/4/2016 21:15
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002

Le spécialiste des paiements électroniques
Worldline (WLN.FR) a confirmé l'ensemble de ses objectifs pour 2016
alors que son chiffre d'affaires s'est inscrit à 298,8 millions d'euros
au premier trimestre, enregistrant une croissance organique de 6,5%.




"Chacune des trois lignes de services a contribué à la croissance
globale, avec en particulier une forte accélération de l'activité
Services Commerçants & Terminaux, qui a crû de 11,2%", a souligné le
groupe dans un communiqué.



Son flux de trésorerie
disponible a atteint 35,3 millions d'euros, en croissance de 10,7%,
tandis que son carnet de commandes s'est établi à 1,7 milliard d'euros,
représentant 1,4 année de chiffre d'affaires.



Le groupe
a rappelé que pour 2016, il anticipait une croissance organique à
périmètre et taux de change constants d'environ 3% et s'était fixé pour
objectif d'augmenter sa marge d'EBO (excédent brut opérationnel)
d'environ 80 points de base par rapport à 2015.



"Ces
objectifs n'incluent aucune contribution des sociétés Equens, PaySquare
et KB et seront mis à jour après la finalisation de ces opérations afin
de prendre en considération leur contribution à partir de leur date de
finalisation", a indiqué le spécialiste du paiement en ligne.




Par ailleurs, Worldline ambitionne de générer un flux de trésorerie
disponible compris entre 135 et 140 millions d'euros en 2016, comprenant
le paiement de coûts de transaction exceptionnels estimés à environ 12
millions d'euros liés à l'acquisition du néerlandais Equens.





-Eric Chalmet, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 65; eric.chalmet@wsj.com ed: LBO





(END) Dow Jones Newswires



April 20, 2016 12:34 ET (16:34 GMT)

46 de 134 - 23/4/2016 09:06
Ariane Messages postés: 1217 - Membre depuis: 29/9/2002

Worldline est finalement la plus grosse fintech européenne »




La vie des actionnaires












Par Delphine Tillaux |

investir.fr |
Le 22/04/16 à 17:35
@dtillaux


Le directeur général du futur numéro un européen des services de
traitement de transactions pour les banques rappelle les ambitions de la
filiale d’Atos dans un marché européen en pleine mutation.





1546179_1461336362_worldline-pdg_565x377

Gilles Grapinet, directeur général de Worldline





Gilles Grapinet, directeur général de Worldline | Crédits photo : Hugo Bacoul

Comment les premiers mois de l’exercice se sont-ils déroulés ?

C’est
un très bon début d’année parfaitement en ligne avec nos objectifs,
tant au niveau de la performance commerciale que de la génération de
trésorerie. La croissance organique du chiffre d’affaires est de 6,5 %,
soutenue par nos trois activités. Cela est particulièrement significatif
dans notre division Services aux commerçants, dont la croissance est de
+ 11,2 % en ce début d’année.

PUBLICITÉ

inRead invented by Teads

Vous visez autour de 3 % croissance interne cette année ; c’est moins que les 4,4 % de 2015. Pourquoi ?

En
2016, la performance sera temporairement affectée par la fin programmée
de deux anciens contrats du groupe dans le secteur public, l’un en
France et l’autre en Grande-Bretagne,
qui pèseront pour environ 5 points de croissance sur l’année. C’est
pourquoi l’ambition de 3 % de croissance en 2016 correspond, en fait, à
une accélération significative de la quasi-totalité du reste de nos
métiers, que nous voyons plutôt atteindre un rythme de l’ordre de + 8 %
en 2016. Ce premier trimestre le reflète d’ailleurs pleinement puisque
­Worldline publie une croissance de 6,5 %, ce qui correspond, si on
neutralise l’impact de l’arrêt du contrat britannique mentionné plus
haut, à une croissance sous-jacente de l’ordre de 9,5 % sur le reste,
c’est-à-dire sur près de 97 % de notre activité.

Quels
éléments vous permettront d’améliorer de 0,8 % votre marge d’Ebitda
cette année ? Quel est le niveau cible que vous pensez pouvoir atteindre
à terme ?

Après une progression de plus de 100 points
depuis 2014, cet objectif d’atteindre en 2016 une amélioration de la
marge opérationnelle avant dépréciations et amortissements (OMDA) de
l’ordre de 80 points de base est la poursuite de nombreuses actions déjà
engagées depuis deux ans. Cela doit nous permettre d’atteindre un
niveau de 20 % du chiffre d’affaires. La croissance des volumes de
transactions et nos succès commerciaux y contribueront, bien sûr, de
même que les effets positifs de notre programme interne d’amélioration
opérationnelle, Team.

Comment l’intégration d’Equens se passe-t-elle ? Pouvez-vous nous redonner les grands axes stratégiques de cette acquisition ?

Pour
rappel, cette opération majeure, dont la clôture est prévue avant
l’été, est en deux volets. Le premier est l’acquisition en numéraire,
pour 72 millions d’euros, de la société Paysquare, filiale d’Equens dans
les activités de traitement de paiement pour le compte des commerçants,
qui sera intégrée dans la division correspondante de Worldline.

Ensuite,
dans notre cœur de métier historique qu’est le traitement des
transactions pour le compte des banques, nous allons fusionner nos
activités au sein du reste de la société Equens, en échange de quoi nous
détiendrons 63,6 % du capital de la future société, qui sera nommée
Equens Worldline Company. Nous avons très bien progressé, ces derniers
mois, vers la finalisation de la transaction, et il ne nous reste qu’à
obtenir les accords des autorités de régulation, ce qui devrait être
fait avant la fin du semestre.

Grâce à cette opération, Worldline
sera le numéro un européen des services de traitement de transaction
pour les banques avec un chiffre d’affaires d’environ 700 millions
d’euros dans ce domaine spécifique. Les synergies attendues se mettront
en place progressivement pour atteindre 40 millions en 2018, auxquels
s’ajouteront 15 millions supplémentaires à horizon 2021. En outre, à
l’occasion de cette transaction, les actionnaires d’Equens, ABN Amro,
ING, Rabobank, DZ Bank et ICBPI, se sont engagés pour cinq ans à rester
clients de la société. Cela représente un carnet de commandes
significatif de l’ordre de 1 milliard d’euros, offrant une très forte
visibilité pour la société, qui peut ainsi se ­concentrer sur la mise en
place des synergies industrielles et technologiques.

Par ailleurs, nous avons annoncé, en février, notre alliance avec Komer?ni Banka, filiale bancaire de Société Générale
en République tchèque, qui renforcera également dans quelques mois nos
activités dans le domaine des services aux commerçants. Grâce à ces
opérations, d’ici à la fin de l’été, Worldline aura significativement
changé de dimension. Entre l’acquisition de Paysquare et l’alliance avec
Komer?ni Banka, nos activités d’acquisition de paiements commerçants
auront crû de l’ordre de 40 % ; avec la création d’Equens Worldline
Company, nos activités de paiement tournées vers les banques auront,
elles, crû de l’ordre de 66 %. Le groupe réalisera en année pleine plus
de 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires cette année, soit une
croissance de l’ordre de 30 % depuis l’introduction de la société en
Bourse.

Avez-vous décidé de lever ou non l’option d’achat sur le reste du capital d’Equens Worldline ?

En
vertu de nos accords avec les actionnaires d’Equens, la question ne se
posera qu’à partir de 2019, mais ce serait la suite logique de notre
projet industriel commun.

Avez-vous des projets ou besoins de nouvelles acquisitions ?

Le
groupe dispose d’un bilan extrêmement solide. Après l’été et le
paiement de nos acquisitions, notre trésorerie nette restera positive de
l’ordre de 300 millions d’euros. Nous avons donc les moyens de
participer à la consolidation du marché européen des paiements,
mouvement aujourd’hui ­irréversiblement lancé. L’Europe industrielle des
paiements électroniques doit encore se construire, et il existe
aujourd’hui un alignement des planètes exceptionnellement favorable à
cela. Tout d’abord, la formation de la zone Sepa (Single Euro Payments
Area) est achevée depuis deux ans, mais, jusqu’à ­présent,
l’harmonisation avait été principalement technique à travers la
standardisation des formats et des protocoles d’échange.

Ces deux dernières années, la réglementation a aussi beaucoup évolué sur les modèles économiques, et, en particulier, la Commission européenne
a imposé une forte baisse du prix des commissions d’interchange sur les
paiements par carte, le cœur du marché. De ce fait, l’unification des
nombreuses plateformes de traitement des paiements électroniques en
Europe, dont la fragmentation actuelle reflète encore beaucoup la
géographie des anciennes monnaies nationales, redevient une priorité. A
cause de la crise bancaire, d’une part, et de la longueur des débats sur
la réglementation, d’autre part, le sujet avait été un peu mis de côté,
ces dernières années, mais il redevient central et brûlant sur notre
continent. Par ailleurs, les banques européennes privilégient plus que
jamais la recherche de gain d’efficacité et sont de plus en plus
conscientes que seule l’échelle industrielle européenne, celle qui est
permise par notre monnaie unique l’euro, permettra à la fois d’abaisser
les coûts, de renforcer la sécurité et d’investir massivement dans les
innovations du paiement digital.

C’est pourquoi l’Europe a besoin
de sociétés de processing à l’échelle du continent. Worldline est l’un
des plus gros acteurs européens. Outre-Atlantique, il existe une
demi-douzaine de sociétés de traitement industriel de paiement et de
services aux commerçants qui affichent des chiffres d’affaires de 6 à
12 milliards de dollars. C’est une opportunité fantastique pour l’Europe
et pour Worldline : partout un phénomène de convergence a lieu en
faveur des paiements électroniques, qui représentent donc des potentiels
structurels de croissance des volumes à traiter de 2 à 4 fois la
croissance du PIB européen. C’est aussi pour cela que beaucoup d’argent
est investi dans les ­fintechs, et nous sommes, finalement, la plus
grosse fintech européenne.

Que deviennent ces mêmes activités réalisées hors d’Europe ?

Nous
conservons, bien entendu, les activités portant sur le métier du
traitement des transactions pour les banques hors d’Europe. Nous sommes,
en fait, présents en Asie-Pacifique, en Inde, en Chine, etc.
Ces activités pèsent environ 70 millions d’euros mais affichent une
croissance extrêmement élevée. Nous exportons en Asie de nombreuses
solutions éprouvée sur nos marchés européens et bénéficions aussi de
l’appui d’équipes de développement en Inde. C’est aussi une plateforme
d’observation car nous sommes proches de ces pays, qui, souvent,
adoptent très rapidement les dernières innovations technologiques et
enjambent les étapes intermédiaires par lesquelles l’Europe ou les Etats-Unis sont passées.

Pensez-vous que le paiement mobile va se développer ?

Nous
en sommes convaincus. Worldline réalise déjà pour ses clients deux
types de porte-monnaie électroniques. D’une part, ceux qui sont
développés pour les banques, qui, au-delà d’être une extension de la
carte bancaire, doivent s’enrichir pour être une extension de la banque
en ligne, et, in fine, d’une partie de la relation bancaire.

D’autre
part, ceux qui sont développés pour le compte de grands commerçants,
et, dans ce dernier cas, il s’agit d’une application permettant le
paiement mais aussi de passer commande, de bénéficier d’offres
spécifiques liées à la géolocalisation, d’éviter la queue dans les
magasins, de gérer la fidélité, de mémoriser les tickets de caisse ou
les bons de garantie des produits achetés… Cela s’affirme comme un
segment très dynamique pour nous, et nous développons actuellement des
« wallets commerçants » pour de très grandes enseignes, qui ont des
stratégies digitales très offensives et où le wallet, grâce à ses
fonctionnalités avancées, a vocation, grâce à la dématérialisation
totale du paiement, à aider, en fait, à redéfinir le parcours et, in
fine, l’expérience d’ensemble du client avec la marque. Tout cela nous
ramène aux sources de notre métier ; notre industrie du paiement s’est
toujours développée autour de principes simples : la commodité maximale
pour les clients, l’usage de masse et la valeur ajoutée dans le contexte
métier propre à chaque commerçant, la confiance et la sécurité pour
tous. Ces principes sont plus que jamais valables, à l’heure où les
jeunes générations sont des digital natives !

Un autre moyen de
paiement pourrait aussi changer rapidement les usages dans de nombreux
secteurs : le virement interbancaire instantané. Cette initiative, dite
instant payments, portée entre autres par les banques centrales
européennes, veut offrir la possibilité de virer de l’argent d’un compte
à l’autre en quasi temps réel.

Dans les faits, cela impliquera
des évolutions importantes des infrastructures de compensation
interbancaires. Au lieu de réaliser des procédures de compensation
toutes une fois par jour, par exemple, elles pourraient le faire presque
en temps réel. Certains pays, comme le Royaume-Uni ou Singapour, ont
déployé aujourd’hui avec succès ces solutions, et il est certain qu’une
telle innovation, combinée au mobile payments, pourra transformer de
nombreux usages. Cette tendance structurante est d’ailleurs l’une des
raisons industrielles de notre fusion avec Equens, domaine où
l’entreprise a une expertise forte et reconnue.

A l’inverse, peut-on s’attendre à des cessions d’activités, notamment au sein du pôle Mobility ?

Le
pôle Mobility réalise 400 millions d’euros de chiffre d’affaires. Dans
ce pôle, nous mettons notre expertise technologique du paiement et des
transactions au service d’autres types d’activités et de clients que les
banques ou les commerçants. C’est le cas des acteurs du transport ou
des gouvernements, pour les tickets électroniques ou le paiement des
impôts, par exemple. Tous veulent abandonner le support papier. Un autre
domaine d’application s’ouvre au traitement des transactions, celui du
monde industriel, avec les objets connectés. Ce pôle a donc une
dynamique forte de développement.

Existe-t-il des synergies avec votre maison mère ?

Atos et Worldline ont de fortes complémentarités, notamment au niveau de la clientèle, puisque Atos
a de nombreux clients industriels, bancaires et gouvernementaux, par
exemple, qui peuvent être très porteurs pour Worldline. Par souci
d’économie d’échelle, nous partageons des centres de services communs
(gestion de la paie, de la comptabilité…), et, évidemment, s’agissant de
deux groupes technologiques de pointe, de nombreuses passerelles ont
été développées pour nos collaborateurs dans les deux sens.

Après deux ans sans dividende, envisagez-vous de reprendre une politique de distribution en faveur de tous vos actionnaires ?

Nous
avons considéré que la priorité était d’utiliser notre trésorerie pour
les acquisitions, car c’est maintenant que l’Europe se consolide. Mais
il est vrai que nous avons un très fort taux de conversion du cash-flow,
de 55 % en 2015, et que la société, dans la durée, a vocation à
distribuer régulièrement un dividende à ses actionnaires.


En

savoir plus sur

http://investir.lesechos.fr/actionnaires/interview...

47 de 134 - 10/5/2016 08:56
sarkasm Messages postés: 1282 - Membre depuis: 26/2/2009

Berenberg relève son opinion à "conserver"





  • Cours
  • Actualités
  • Recommandations
  • Historique
  • Société
  • Forum








REUTERS |
Le 10/05/16 à 07:01



10 mai (Reuters) - Berenberg a relevé mardi sa recommandation sur
Worldline à "conserver" au lieu de "vente", avec un objectif de cours
porté de 19,40 à 24,40 euros.


En

savoir plus sur

http://investir.lesechos.fr/actions/recos-analyste...

48 de 134 - 10/5/2016 09:53
sarkasm Messages postés: 1282 - Membre depuis: 26/2/2009

Worldline : au sommet !

  • email.png
  • print.png

  • fb.png

  • tw.png

  • lk.png

  • vd.png







Publié le 10/05/2016 à 09h23

(Boursier.com) — Dans un marché parisien bien orienté dans les premiers échanges, Wordline
se distingue ce mardi en grappillant près de 1% à 25,95, sur un nouveau
pic historique. Le flux acheteur est notamment nourri par un changement
de recommandation de broker. Selon nos informations, Berenberg est
passé de "vendre" à "conserver" sur le spécialiste des services de
paiements électroniques et transactionnels, pour un objectif rehaussé de
19,4 à 24,4 euros. Le bureau d'analyses justifie son revirement par les
perspectives favorables du marché des paiements électroniques (+ à +8%
par an estimés) et par le potentiel de développement de la filiale
d'Atos auprès des banques suite à l'intégration d'Equens et la
multiplication des partenariats stratégiques.

49 de 134 - 27/5/2016 18:20
The Grumpy Old Men Messages postés: 1078 - Membre depuis: 02/1/2007

(CercleFinance.com) - Au cours de l'assemblée

générale, la direction de Worldline a effectué une mise à jour sur le

déroulement du projet de fusion avec la société Equens, qui a selon elle

beaucoup progressé en direction de sa finalisation.



Dans ce

contexte, la société souligne que le projet a reçu un soutien formel de

l'ensemble des parties prenantes qui se sont exprimées au fil des mois

et que sa finalisation reste désormais uniquement soumise aux

autorisations des Banques centrales de Belgique et des Pays-Bas.



'Des

échanges constructifs avec ces deux régulateurs se sont déroulés tout

au long des derniers mois, dans le but de leur permettre d'exprimer leur

position formelle à la fin du second trimestre 2016', précise le groupe

de solutions de paiements.



Cependant, dans l'hypothèse où

l'obtention de leurs approbations définitives nécessiterait des éléments

additionnels, Worldline considère que la finalisation de la transaction

pourrait alors intervenir dans le courant de l'été.



Parallèlement,

les deux sociétés mènent activement de nombreux travaux

d'approfondissement de leur plan industriel et de synergies commun ainsi

que les programmes de préparation de l'intégration.

50 de 134 - 04/7/2016 11:29
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002

(CercleFinance.com) - Worldline a annoncé ce lundi la signature d'un

contrat avec Alipay, la plate-forme de paiement la plus importante au

monde avec plus de 450 millions d'utilisateurs actifs. Dès ce mois-ci,

les touristes chinois en séjour en Allemagne pourront utiliser

l'application Alipay pour régler leurs achats dans les établissements

agréés.



Worldline étend sa passerelle de paiement à Alipay

puisque, dans chaque commerce agréé, les transactions Alipay pourront

être effectuées directement depuis les systèmes de paiement existants.



À

l'avenir, tous les commerces allemands pourraient proposer le paiement

par application Alipay. 'Celle-ci utilise les codes QR, dont les

touristes chinois sont familiers', souligne le leader européen des

services de transactions et de paiements, qui précise en outre que la

phase de test actuellement en cours prendra fin en juillet pour ensuite

laisser place au dispositif définitif. La prochaine étape sera

d'étendre cet outil à d'autres pays.



'Le nombre de touristes et

d'hommes d'affaires chinois s'est fortement accru ces dernières années,

et cette dynamique devrait se poursuivre. Cette clientèle dotée d'un

pouvoir d'achat significatif doit pouvoir réaliser ses achats

simplement', explique Worldline, étant entendu que les paiements Alipay

représentent déjà 50% des paiements Internet et 70% des paiements via

mobile en Chine. Worldline et Alipay proposent donc aujourd'hui aux

touristes chinois de passage en Allemagne une méthode de paiement qui

leur est familière.

51 de 134 - 24/7/2016 07:24
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002

Mardi 26 juillet : Orange, Worldline, Icade, Faurecia, Elis, EDF, Ingenico, Atos, LVMH, Klépierre, Michelin, Valeo, M6...

52 de 134 - 26/7/2016 19:46
grupo Messages postés: 1034 - Membre depuis: 11/5/2004

(CercleFinance.com) - Le chiffre d'affaires s'est

élevé à 614,8 millions d'euros au premier semestre, en croissance

organique de +6,0%. Le carnet de commandes s'est établi à 1,8 milliard

d'euros, stable à 1,5 année de chiffre d'affaires.



Le chiffre

d'affaires de Ligne de Services Services Commerçants & Terminaux a

progressé de +9,4% à périmètre et taux de change constants a atteint

210,1 millions d'euros. Celui de la Ligne de Services Traitement de

Transactions & Logiciels de Paiement s'est établi à 208,1 millions

d'euros, en croissance organique de +4,6%.



Le chiffre d'affaires

de la Ligne de Services Mobilité & Services Web Transactionnels

s'est élevé à 196,6 millions d'euros, en hausse de +4,1%.



Le résultat opérationnel ressort à 127,8 millions d'euros (68,4 millions d'euros à fin juin 2015).



Le

résultat net part du Groupe est de 92,1 millions d'euros, en croissance

de +89,1% par rapport à la même période l'année dernière. Le résultat

net normalisé s'est établit à 62,0 millions d'euros en progression de

+11,7%.



Le flux de trésorerie disponible du premier semestre

s'est élevé à 71,2 millions d'euros, en hausse de +10,9% par rapport au

premier semestre de 2015.



' Le Groupe anticipe une croissance

organique à périmètre et taux de change constants de plus de +3% du

Chiffre d'affaires en 2016 ' indique la direction.



' Le Groupe a

pour objectif d'augmenter sa marge d'Excédent Brut Opérationnel (EBO)

d'environ +80 points de base par rapport à 2015. Il a l'ambition de

générer un flux de trésorerie disponible compris entre 135 et 140

millions d'euros '.

53 de 134 - 07/12/2016 10:08
sarkasm Messages postés: 1282 - Membre depuis: 26/2/2009



Publié le 07/12/2016 à 09h15

(Boursier.com) — A contrecourant par rapport aux indices, l'action Worldline
concède 3% environ à 23,50 euros ce mercredi en Bourse de Paris. Un
avis défavorable de Barclays est à l'origine de cette
contreperformance... Dans un point sectoriel sur les acteurs du
paiement, le broker britannique a abaissé sa recommandation sur la
filiale d'Atos à "pondération en ligne", contre "surpondérer"
auparavant. La valorisation théorique attribuée à Worldline est aussi
rabotée avec un objectif ramené de 30 à 25,40 euros.

Pour
Barclays, la croissance des fournisseurs de solutions de paiements
tournera au ralenti en 2017. L'explication ? Les leviers qui tiraient
jusqu'ici le développement de manière exceptionnelle, à savoir le
passage aux normes EMV et NFC, ainsi que le programme OptBlue d'American
Express, vont perdre de leur force.

54 de 134 - 15/12/2016 13:02
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002



Publié le 15/12/2016 à 11h21

(Boursier.com) — La Deutsche Bank a relevé de 27,90 à 29 euros son objectif de cours sur Worldline,
après l'annonce de nouveaux objectifs de marges ambitieux par le
management, qui a intégré dans ses prévisions les récentes acquisitions.
Le bureau d'études est relativement confiant, compte tenu de
l'historique de la société en matière d'amélioration de ses résultats.
Le dossier continue à plaire spécialiste, d'autant que sa structure
financière est solide et permet d'envisager une puissance de feu de
l'ordre de 2 milliards d'euros en matière d'acquisition.

56 de 134 - 16/2/2017 18:35
sarkasm Messages postés: 1282 - Membre depuis: 26/2/2009

Worldline : se disitingue avec son système de paiement embarqué...

  • email.png
  • print.png

Abonnez-vous pour
moins de 1€ par jour !


  • fb.png

  • tw.png

  • lk.png

  • vd.png







Soyez le premier à réagir !



Worldline : se disitingue avec son système de paiement embarqué...



FR0011981968



Publié le 16/02/2017 à 17h17

(Boursier.com) — Worldline
est récompensé pour son 'proof of concept' (POC) de paiement embarqué
dans le véhicule lors du Merchant Payments Ecosystem (MPE) 2017. Lors de
la cérémonie de remise des prix du MPE le 15 février 2017, Worldline a
remporté le prix mPOS pour le paiement embarqué dans le véhicule,
utilisant le nouveau système d'exploitation automobile Genivi. La
solution permet aux conducteurs de vivre une expérience fluide au volant
en leur permettant de payer des biens et services tout en restant dans
leur véhicule, et ce, quel que soit le moment ou l'endroit où ils se
trouvent.

Le POC de nouvelle génération de Worldline, en matière
de paiement embarqué dans le véhicule, propose des services innovants
aux conducteurs équipés d'une tablette intégrée au tableau de bord de la
voiture, en plus des applications traditionnelles comme le streaming
musical et le GPS. Les conducteurs peuvent désormais faire des achats
facilement depuis leur véhicule connecté. Les applications marchandes
peuvent être intégrées au système d'info-divertissement embarqué et
lancées automatiquement lorsque le conducteur est à proximité des
commerces grâce aux balises de géolocalisation (beacons). Le POC a été
réalisée afin d'illustrer la facilité et la commodité d'utilisation de
la solution dans le cas d'un service de drive-in, mais elle pourrait
également être utilisée dans d'autres cas de figure, comme par exemple
pour les stations-service, les chargeurs de voitures électriques, le
stationnement, les péages routiers...

57 de 134 - 21/2/2017 19:30
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002

Worldline vise une nouvelle hausse de son activité et de sa profitabilité en 2017

Worldline (EU:WLN)
Graphique Intraday de l'Action

Aujourd'hui : Mardi 21 Février 2017

Plus de graphiques de la Bourse Worldline


PARIS
(Agefi-Dow Jones)--Le spécialiste des paiements électroniques Worldline
(WLN.FR) a annoncé mardi qu'il comptait poursuivre en 2017
l'amélioration de son chiffre d'affaires, de sa profitabilité et de son
flux de trésorerie disponible, en ligne avec les ambitions qu'il s'est
fixées pour 2019.



Pour 2017, le groupe prévoit une
croissance organique de son chiffre d'affaires d'environ 3,5% - en ligne
avec celle enregistrée en 2016 - avec une progression comprise entre 5%
et 7% au second semestre. Worldline s'est également fixé pour objectif
d'atteindre une marge d'excédent brut
opérationnel (EBO) comprise entre 20,0% et 20,5% et de générer un flux
de trésorerie disponible compris entre 160 million d'euros et 170
millions d'euros, incluant environ 20 millions d'euros de coûts de mise
en place de synergies.



Son directeur
général, Gilles Grapinet, s'est déclaré "particulièrement satisfait du
démarrage rapide des programmes d'intégration et de synergies liés aux
acquisitions d'Equens, de Paysquare et de KB Smartpay".



Le groupe a fait part de ses projections
alors qu'en 2016, son résultat net ajusté s'est inscrit à 129,2
millions d'euros, en progression de 7,8%. Le résultat net ajusté tient
notamment compte des coûts de restructuration, de rationalisation,
d'intégration et d'acquisition et des cessions d'actifs. Le résultat net
part du groupe, qui inclut le gain de cession de la participation du
Groupe dans Visa Europe pour 51,2 millions d'euros, a dans le même temps
augmenté de 39,5% à 144,2 millions d'euros.



Le chiffre d'affaires de Worldline est pour sa part ressorti à 1,3 milliard d'euros, en croissance organique de 3,5%.



Selon un consensus réalisé par FactSet, les analystes tablaient en moyenne sur un résultat net de 139 millions d'euros et sur un chiffre d'affaires de 1,31 milliard d'euros.



L'EBO s'est inscrit à 258,7 millions d'euros, en hausse de 8,4%, représentant ainsi 19,8% du chiffre d'affaires.



Le groupe a également annoncé un flux de trésorerie disponible de 140,5 millions d'euros, en hausse de 9,3%, et un carnet de commandes de 2,6 milliards d'euros à fin décembre.




"Les perspectives commerciales sont solides, avec des signatures de
plusieurs contrats importants attendues au cours des trimestres à venir,
en particulier pour des offres
de Plateforme Digitale et de Transformation en Services Commerçants,
pour des contrats de Traitement Emetteurs et gestions de DAB en Services
Financiers ainsi que pour des offres de Vie Connectée et de Billetterie
Electronique en Mobilité & Services Web Transactionnels", a
souligné Worldline.



Lors de la présentation en novembre
de ses nouveaux objectifs stratégiques pour 2017-2019, la filiale à
70,3% d'Atos avait indiqué viser une croissance organique annuelle
moyenne de 5% à 7% entre 2017 et 2019, ainsi qu'une amélioration de 350 à
400 points de base de son "taux d'excédent brut opérationnel" en 2019 par rapport à 2016.



La société avait également indiqué qu'elle anticipait un flux de trésorerie disponible de 210 à 230 millions d'euros en 2019.





-Eric Chalmet, Agefi-Dow Jones Newswires; 01 41 27 47 95; echalmet@agefi.fr ed: CLE





COMMUNIQUES FINANCIERS DE WORLDLINE:





http://worldline.com/fr/accueil/investisseurs/info...





(END) Dow Jones Newswires



February 21, 2017 12:31 ET (17:31 GMT)

58 de 134 - 24/3/2017 11:05
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002



Publié le 24/03/2017 à 09h10

(Boursier.com) — Worldline
débute la dernière séance de la semaine pied au plancher, sur un gain
de 2,8% à 29,3 euros. Le titre du groupe de services de paiements
électroniques est soutenu par une note de Natixis qui est passé de
"neutre" à "achat" en visant 33 euros contre 24 précédemment.

59 de 134 - 10/10/2017 17:48
waldron Messages postés: 9627 - Membre depuis: 17/9/2002
(Boursier.com) — Worldline
progresse de 0,2% à 40,2 euros en fin de séance sur la place
parisienne. Barclays a revalorisé le dossier de 27,50 à 33 euros tout en
restant à 'pondération en ligne'.
60 de 134 - 12/12/2017 13:38
sarkasm Messages postés: 1282 - Membre depuis: 26/2/2009


Wordline lésé par l'OPA d'Atos sur Gemalto, vraiment ?


Anthony Bondain,



publié le 12/12/2017 à 13h11








Wordline lésé par l'OPA d'Atos sur Gemalto, vraiment ?






Crédit photo © Société Worldline



(Boursier.com) — Si Atos (+5%) flambe après le projet d'OPA sur Gemalto (+33%), la filiale Worldline
(-3%) fait grise mine. Et c'est plutôt logique : les investisseurs
avaient identifié pour Worldline une éventuelle acquisition d'envergure
comme un important levier boursier. Or si sa maison-mère Atos a jeté son
dévolu sur Gemalto, c'est qu'il n'y a sans doute pas de projets à court
terme pour la filiale dédiée au paiement... Un raisonnement toutefois
un peu trop binaire.

Mi-novembre, après un roadshow avec le
management de Worldline, Natixis avait cité la croissance externe comme
étant clairement balisée par la direction. Worldine dispose toujours
d'une capacité de 1,5 milliard d'euros, mais avec probablement 1 MdE de
plus via une augmentation de capital au cours de laquelle Atos serait
dilué de 70% à 50%
, écrivait alors l'analyste. Un calcul partagé par
plusieurs de ses confrères. Cette capacité n'est pas, a priori, remise
en cause par le rachat de Gemalto. Lors de la conférence de présentation
du projet ce matin, le patron de la SSII, Thierry Breton, a mis en
avant la complémentarité entre Worldline et Gemalto et les synergies à
venir. Mais il a aussi insisté sur le fait que la filiale de paiements
continuera à se développer selon sa stratégie propre.

134 Réponses
  3    
Messages à suivre: (134)
Dernier Message: 22/Sept/2022 18h33

Titres Discutés
EU:WLN 41.57 -3.4%
Worldline
Worldline
Worldline
Indices Mondiaux
Australia -1.4%
Brazil -2.1%
Canada -3.6%
France -2.3%
Germany -2.0%
Greece -2.6%
Holland -2.8%
Italy -3.4%
Portugal -3.4%
US (DowJones) -1.6%
US (NASDAQ) -1.8%
United Kingdom -2.0%
Palmarès Hausse (%)
EU:ALRPD 0.01 35.3%
EU:ALEUP 0.00 25.0%
EU:MLSML 0.03 25.0%
EU:MLVER 7.30 22.7%
EU:BEAB 5.50 20.9%
EU:MLBBO 6.85 20.2%
EU:MLOCT 0.53 15.2%
EU:ALNLF 0.09 13.9%
EU:CNV 4.00 13.0%
EU:BUI 8.00 12.7%
Dernières Valeurs Consultées
EU
GLE
Société Gé..
EU
ALU
ALCATEL-LU..
EU
PX1
CAC 40
ORA
Orange
FX
EURUSD
Euro vs Do..
Les dernières valeurs consultées apparaîtront dans cette boîte, vous permettant de choisir facilement les titres vus auparavant.


Inscrivez-vous maintenant pour créer votre liste d'actions personnalisée, en streaming.

Se connecter à ADVFN
S'inscrire maintenant

En accédant aux services disponibles de ADVFN, vous acceptez les Conditions Générales de ADVFN Conditions Générales

P: V: D:20220925 10:38:59