Retourner à la liste

Ajouter une Discussion

Rafraîchir

Utilisateurs Filtrés

Mes Alertes

Mon Profil

Règles

Engie Ex Gdf Suez (ENGI)

- 05/8/2015 16:52
sarkasm Messages postés: 1113 - Membre depuis: 26/2/2009
Intraday Stock Chart: EngieGraphiques historiques: Engie
Intraday Stock ChartGraphiques historiques

ENGIE EX GDF SUEZ



Réponses
1452 Réponses
 ...   71  
1401 de 1452 - 26/4/2019 12:40
adrian j boris Messages postés: 90 - Membre depuis: 28/6/2018

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le producteur français d'énergie Engie a annoncé vendredi la signature d'un accord avec le fonds d'investissement international spécialisé dans l'énergie Riverstone Holdings portant sur la cession de la totalité de sa participation dans des centrales à charbon en Allemagne et aux Pays-Bas.


"La transaction proposée réduira la dette financière nette consolidée d'Engie d'un montant de près de 200 millions d'euros", a indiqué le groupe dans un communiqué, sans divulguer le montant total de l'opération.


Engie s'attend à ce que la transaction, qui est soumise aux conditions usuelles, soit réalisée au cours du second semestre de 2019.


Engie cède sa centrale de Rotterdam aux Pays-Bas et, en Allemagne, celles de Farge et Zolling, dont le groupe détient 100%, ainsi que les 52% qu'il détient dans celle de Wilhelmshaven. La capacité totale installée de ces centrales s'élève à 2.345 mégawatts.


"Au terme de cette cession, le charbon représentera 4% des capacités de production d'électricité d'Engie au niveau mondial, contre 13% à la fin de l'année 2015", quand l'énergéticien avait annoncé son désengagement de cette source d'énergie, a ajouté le groupe.


-Alice Doré, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 90; adore@agefi.fr ed: LBO


Agefi-Dow Jones The financial newswire


(END) Dow Jones Newswires


April 26, 2019 03:00 ET (07:00 GMT)
1402 de 1452 - 29/4/2019 10:33
Ariane Messages postés: 1087 - Membre depuis: 29/9/2002

Géothermie : l'accord Engie-Paris Vallée de la marne scellé

le 29 avril 2019 - MSM RÉDACTION - Économie - Vie des entreprises

Géothermie :  l'accord Engie-Paris Vallée de la marne scellé© DR

Pour assurer le déploiement d'une
géothermie sur les communes de Champs-sur-Marne et Noisiel, Paul Miguel,
président de la Communauté d'agglomération Paris-Vallée de la Marne, et
Pierre Hourcade, directeur général d'Engie Réseaux, ont signé une
concession de service public à l'Hôtel d'agglomération.

L'Agglomération a lancé dès 2015 une étude pour le développement
d'une géothermie profonde sur les communes de Champs-sur-Marne et
Noisiel. Cette enquête a confirmé l'intérêt de l'exploitation de ce
réseau, notamment dans le cadre du déploiement des futurs projets du
territoire :

le Centre aquatique à Champs-sur-Marne, situé au cœur de la Cité
Descartes, cluster de la Ville durable ; la densification des zones
d'aménagement concerté autour de la route départementale 199, qui
traverse Noisiel et Champs-sur-Marne ; et des projets d'aménagement
concerté sous la responsabilité d'EpaMarne.

Le Conseil communautaire a choisi de confier à Engie Réseaux la
délégation de service public pour la réalisation et l'exploitation de ce
réseau de chaleur, pour une durée de 25 ans. Selon l'Agglomération, les
investissements nécessaires à la réalisation du projet ont été estimés à
environ 37 à 39 millions d'euros HT.

Spécialiste de la géothermie profonde, Engie Réseaux fournit aujourd'hui

25 % de chaleur d'origine géothermique en Île-de-France, exploite 10
réseaux de chaleur géothermique qui alimentent l'équivalent de 60 000
logements.

L'agglomération indique « miser depuis longtemps sur la géothermie ».
En effet, deux réseaux de chaleur à base de géothermie ont déjà été
réalisés sur le territoire de l'agglomération à Chelles (6 000
équivalents logements) et à Lognes-Torcy (alimenté à plus de 85 % en
géothermie, 5 500 équivalents logements).

Aussi, le futur réseau de chaleur à Champs-sur-Marne et Noisiel
présente un potentiel de consommations énergétiques important estimé, à
environ 96 GWh à l'horizon 2030.

Le déploiement de la géothermie s'intègre pleinement dans la volonté
de Paris-Vallée de la Marne d'agir pour la transition énergétique et
pour le développement durable, dans le cadre du Plan climat-air-energie
territorial (PCAET) en cours d'élaboration.

1403 de 1452 - 07/5/2019 11:20
waldron Messages postés: 8901 - Membre depuis: 17/9/2002

ENGIE : Un mouvement de baisse anticipé




share with twitter



share with LinkedIn


http://www.zonebourse.com/ENGIE-4995/actualite-bourse/Un-mouvement-de-baisse-anticipe-28548868/" target="popup">
share with facebook




share via e-mail








07/05/2019 | 08:52


vente

update-arrows.svg

En cours


Cours d'entrée : 13.205€ | Objectif : 11.9€ | Stop : 14.15€ | Potentiel : 9.88%
La zone d'accumulation actuelle semble fragile. Le titre
ENGIE pourrait voir sa configuration graphique se dégrader après
l'enfoncement du support actuellement testé.
On pourra se positionner à la vente pour viser les 11.9 €.

Graphique ENGIE


Durée :

Période :




3C_CandleStick_on.gif



ENGIE : Graphique analyse technique ENGIE | Zone bourse

Graphique plein écran

Points forts

  • Fondamentalement,
    avec un ratio "valeur d'entreprise sur chiffre d'affaires" de l'ordre
    de 0.83 pour l'exercice en cours, la société apparaît faiblement
    valorisée.
  • La société fait partie des valeurs de rendement avec un dividende attendu relativement important.
  • Les analystes sont positifs sur le titre. Le consensus moyen recommande l'achat ou la surpondération de la valeur.
  • L'écart
    entre les cours actuels et l'objectif de cours moyen des analystes qui
    couvrent le dossier est relativement important et suppose un potentiel
    d'appréciation conséquent.

Points faibles

  • Historiquement, le groupe a souvent publié en-dessous des attentes du consensus.
  • Les
    perspectives d'évolution du chiffre d'affaires pour les années à venir
    ont été revues à la baisse au cours des quatre derniers mois.
  • Les anticipations de bénéfices ont été revues à la baisse au cours des derniers mois.
1404 de 1452 - 10/5/2019 11:01
sarkasm Messages postés: 1113 - Membre depuis: 26/2/2009

(CercleFinance.com) - Les actionnaires d'Engie ne le savent que trop

bien : depuis le début de l'année 2016, le titre évolue grosso modo au

sein d'une fourchette allant de 11 euros (ce qui correspond peu ou prou à

son plus bas historique) à 16 euros. Il se traite pour l'instant dans

la moitié inférieure de cet intervalle. Peut-on espérer mieux ?



Et

pourtant, l'ex-GDF Suez, longtemps dirigé par Gérard Mestrallet qui n'a

cédé la présidence du conseil d'administration que l'an dernier, est

depuis trois ans, presque jour pour jour, à la main d'Isabelle Kocher,

devenue directrice générale le 3 mai 2016. Depuis lors, elle a

totalement changé le visage du groupe en réalisant plus de 16 milliards

d'euros de cessions, notamment du côté des centrales et des mines de

charbon et, d'une manière générale, de la partie la plus 'carbonée' du

marché de l'énergie. Parallèlement, plus de 14 milliards d'euros ont été

investis pour décaler le positionnement d'Engie vers des énergies plus

'vertes', mais surtout plus dynamiques, les services et les

infrastructures, tout en mettant en place des économies qui ont dopé

l'EBITDA de 1,3 milliard depuis 2015.



Quid de la croissance

organique des ventes ? Elle était - 7,2% en 2014, de - 8,8% en 2015 puis

de - 4% en 2016, avant de revenir dans le vert : + 1,7% en 2017 comme

en 2018. C'est encore relativement peu, mais c'est assurément bien

mieux.



Du côté du bilan aussi, les choses ont également changé.

La dette financière nette est revenue fin 2018 à 21,1 milliards, contre

27,7 milliards fin 2015. Même si dans l'intervalle, le ratio n'est

revenu que de 2,5 à 2,3 fois l'EBITDA, il demeure soutenable.



En

outre, les actionnaires d'Engie profitent d'un dividende intéressant

correspondant à environ 70% du résultat net récurrent part du groupe.

Ramené de 1 euro au titre de l'exercice 2016 à 0,70 euro en 2017, le

coupon a été relevé à 0,75 euro en 2018, à titre ordinaire. Afin de

tenir compte de la fin prochaine du versement du dividende en deux fois,

il sera même proposé aux actionnaires de recevoir 1,12 euro cette

année, le paiement du solde étant prévu le 23 mai.



Quid des

résultats ? En données récurrentes, tant le périmètre d'Engie a varié

ces derniers temps, son bénéfice net se situe, depuis 2016, dans la zone

des 2,5 milliards d'euros. Il était en 2018 d'exactement ce montant (+

10,1%), soit 1,03 euro par action. Il faut remonter jusqu'en 2014 pour

trouver la trace d'un bénéfice net récurrent supérieur à trois milliards

d'euros.



Et ensuite ? La direction anticipe, en 2019, un

résultat net récurrent de 2,5 à 2,7 milliards, soit en milieu de

fourchette quelque 1,07 euro par action. Le consensus se situe à 1,05

euro, mais anticipe une hausse plus marquée en 2020, avec 1,18 euro. A

confirmer.



Enfin, Engie voit loin : il dispose depuis fin février

d'un plan stratégique à horizon 2021 comprenant de 11 à 12 milliards

d'investissements de croissance, et de nouveau des économies (800

millions d'euros à échéance). Le groupe escompte aussi une croissance

annuelle moyenne de 7 à 9% de son résultat net récurrent entre 2018 et

2021, ce qui augure d'une accélération sur la période. De plus le coupon

devrait suivre, le taux de distribution étant étant annoncé entre 65 et

75% de cet agrégat.



A suivre sur l'agenda d'Engie : les comptes du 1er trimestre, attendus mardi prochain 14 mai.



EG

1405 de 1452 - 14/5/2019 09:17
grupo Messages postés: 904 - Membre depuis: 11/5/2004

Engie: La météo freine les résultats, croissance concentrée au 2e semestre




share with twitter



share with LinkedIn


http://www.zonebourse.com/ENGIE-4995/actualite/Engie-La-meteo-freine-les-resultats-croissance-concentree-au-2e-semestre-28590772/" target="popup">
share with facebook




share via e-mail









0



14/05/2019 | 08:50

ENGIE: LA MÉTÉO FREINE LES RÉSULTATS, CROISSANCE CONCENTRÉE AU 2E SEMESTRE

PARIS
(Reuters) - Engie a publié mardi des résultats en baisse au titre du
premier trimestre 2019, pénalisés par des températures hivernales
particulièrement clémentes en France, mais le groupe a confirmé ses
objectifs annuels.

Les objectifs du fournisseur de gaz et d'électricité,
également très actif dans les services, incluent pour 2019 une hausse de
son résultat net récurrent part du groupe, attendu entre 2,5 et 2,7
milliards d'euros.

En matière de dividende, Engie continue également de
prévoir un ratio de distribution de 65% à 75% de son résultat net part
du groupe et vise le haut de cette fourchette pour 2019.

"La plupart des effets défavorables du premier
trimestre devraient se résorber d'ici la fin de l'année (...), amenant
une croissance annuelle 2019 concentrée sur le second semestre", a
précisé le groupe dans un communiqué.

Engie a enregistré au premier trimestre un résultat
opérationnel courant de 2,0 milliards d'euros (-5,7% en données brutes,
-4,3% en organique), un Ebitda de 3,1 milliards (-4,8% en brut, -3,9% en
organique) et un chiffre d'affaires de 18,8 milliards (+7,2% en brut,
+4,4% en organique).

Selon un consensus réalisé par Infront Data pour
Reuters, les analystes attendaient en moyenne un résultat opérationnel
courant de 2,0 milliards d'euros et un Ebitda de 3,1 milliards.

(Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

1406 de 1452 - 14/5/2019 09:54
grupo Messages postés: 904 - Membre depuis: 11/5/2004

(CercleFinance.com) - Engie publie un résultat opérationnel courant

après quote-part du résultat net des entreprises mises en équivalence

(ROC) de deux milliards d'euros pour les trois premiers mois de 2019, en

variation de -5,7% en brut et de -4,3% en organique.



L'Ebitda du

groupe énergétique s'établit à 3,1 milliards d'euros, en variation de

-4,8% en brut et de -3,9% en organique, pour un chiffre d'affaires de

18,8 milliards à fin mars, en variation de +7,2% en brut et de +4,4% en

organique.



Engie confirme viser en 2019 un résultat net récurrent

part du groupe de 2,5 à 2,7 milliards, une dette financière nette

inférieure ou égale à 2,5 fois l'Ebitda et un taux de distribution de

65% à 75% du RNR part du groupe en ciblant le haut de cette fourchette.

1407 de 1452 - 14/5/2019 16:29
waldron Messages postés: 8901 - Membre depuis: 17/9/2002

Total : États-Unis : démarrage de la production de GNL au terminal d'exportation Cameron LNG en Louisiane




share with twitter



share with LinkedIn


http://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Total-Etats-Unis-demarrage-de-la-production-de-GNL-au-terminal-d-exportation-Cameron-LNG-en-Loui--28593799/" target="popup">
share with facebook




share via e-mail









0



14/05/2019 | 15:27


Regulatory News:


Total (Paris:FP) (LSE:TTA) (NYSE:TOT):


La production de gaz naturel liquéfié (GNL) a débuté sur le premier
train de liquéfaction du projet Cameron LNG. Les exportations de GNL
commenceront dans les prochaines semaines.


«Le démarrage de la production de GNL marque une étape importante
pour Cameron LNG. Cette belle réalisation est le fruit du travail
effectué par toutes les équipes et partenaires du projet. L’engagement
de Total dans le projet Cameron LNG et son extension s'inscrit dans
notre stratégie visant à renforcer notre position sur le marché
américain du GNL. Ce démarrage nous permet de devenir un acteur intégré
le long de la chaîne de valeur du gaz aux États-Unis, où nous sommes
déjà producteur gazier
», a déclaré Patrick Pouyanné,
Président-directeur général de Total.


Total a rejoint le projet Cameron LNG à travers l’acquisition du
portefeuille Amont GNL d’Engie en 2018. La première phase de Cameron LNG
d’une capacité de 13,5 millions de tonnes par an (Mtpa) comprend trois
trains de liquéfaction d’une capacité de 4,5 Mtpa chacun. Les trains 2
et 3 sont en cours de construction et devraient démarrer respectivement
au début et au milieu de l’année 2020.


Le projet est exploité par Cameron LNG LLC, détenu conjointement par
Sempra Energy (50,2%), Total (16,6%), Mitsui & Co., Ltd. (16,6%) et
Mitsubishi / NYK (16,6%).


De plus, les actionnaires de Cameron LNG discutent actuellement d'une
possible extension du projet initial, déjà autorisée par la Commission
Fédérale de Régulation de l’Énergie américaine (FERC), qui ajouterait
deux trains de liquéfaction d'une capacité de 4,5 Mtpa chacun ainsi que
deux réservoirs de stockage de GNL supplémentaires.


Total, deuxième plus grand acteur privé mondial du GNL


Total est le deuxième plus grand acteur privé mondial du GNL, avec un
portefeuille GNL global de près de 40 Mtpa à l’horizon 2020 et une part
de marché mondiale de 10 %. Avec 21,8 millions de tonnes de GNL gérées
en 2018, le groupe bénéficie de positions solides et diversifiées sur
toute la chaîne de valeur du GNL. Grâce à ses participations dans des
usines de liquéfaction au Qatar, au Nigeria, en Russie, en Norvège, à
Oman, aux Émirats arabes unis, aux États-Unis, en Australie, en Angola
et au Yémen, le Groupe commercialise du GNL sur l’ensemble des marchés.


À propos de Total


Total est un acteur majeur de l'énergie, qui produit et commercialise
des carburants, du gaz naturel et de l’électricité bas carbone. Nos 100
000 collaborateurs s'engagent pour une énergie meilleure, plus sûre,
plus abordable, plus propre et accessible au plus grand nombre. Présent
dans plus de 130 pays, notre ambition est de devenir la major de
l’énergie responsable.


* * * * *

1408 de 1452 - 16/5/2019 13:00
The Grumpy Old Men Messages postés: 952 - Membre depuis: 02/1/2007

ENGIE : nouvelle impulsion (CALL D906S)



DayByDay16/05/2019 à 08:21


scénario de marché

le warrant adapté

performance anticipée

sous-jacent

ENGIE

mnémo

D906S

scénario réalisé

scénario non réalisé

sens

haussier

type

Call

14.12

12.95

objectif

14.12

maturité

20-03-2020

1 Semaine(s)

1 Semaine(s)

niveau d'entrée

13.35

delta

0.42 %

43 %

-24 %


opinion moyen terme

résistance : N°1 / N°2 : 13.7 € / 14.13 €

opinion court terme

support : N°1 / N°2 : 13.31 € / 12.96 €


Engie a rebondi sur son support majeur à 12,96 EUR puis franchi la
résistance à 13,31 EUR. La tendance haussière reprend en direction de
13,70 EUR puis 14,13 EUR. L'analyse technique fixe un objectif de court
terme à 14,12 EUR avec un stop à 12,95 EUR.


Les points forts de la valeur selon AOF


- Fortes positions en Europe d'où proviennent plus des 2/3 des
revenus, dont la moitié pour la France et la Belgique, devant l'Amérique
du Nord ;


- Groupe réorganisé en 24 entités opérationnelles, fondées
essentiellement sur des zones géographiques et capables d'offrir
plusieurs services à un même client ;


- Repositionnement engagé dans la production d'électricité bas carbone ;


- Diminution de la prime de risque grâce à la cession de l'activité exploration-production ;


- Structure financière saine, avec une dette notée A.]

1409 de 1452 - 17/5/2019 09:23
grupo Messages postés: 904 - Membre depuis: 11/5/2004



Exclusif







La boulette d'Engie sur le tarif réglementé du gaz










Par Stéphane Bechaux,






publié le

17/05/2019 à 09:00

, mis à jour à

09:20













  • facebook

  • Twitter

  • Linkedin

  • Whatsapp









Chez Engie, on reconnait bien avoir utilisé une "astuce" pour ne plus commercialiser le gaz au tarif réglementé.

Chez Engie, on reconnait bien avoir utilisé une "astuce" pour ne plus commercialiser le gaz au tarif réglementé.


afp.com/JOHANNA LEGUERRE







Sans en informer les consommateurs, l'opérateur historique
avait anticipé une mesure de la loi Pacte... que le Conseil
constitutionnel vient de censurer.

Chez Engie, le temps, c'est de l'argent. Depuis le 7 mai, l'opérateur historique du gaz en France - 'ex-GDF Suez
- avait décidé de ne plus commercialiser aucun contrat de vente de gaz
au tarif réglementé, celui que fixe l'Etat chaque année depuis plus de
70 ans ! "La direction nous l'interdit, on ne propose plus que des
offres aux prix du marché", expliquait-on ce jeudi au service commercial
de l'opérateur, que nous avons joint. De fait, sur le site Internet
d'Engie, impossible de trouver trace du bon vieux contrat lorsqu'on
tentait d'y souscrire.

LIRE AUSSI >> Energie: le médiateur épingle les "mauvaises pratiques" des fournisseurs

PUBLICITÉ

inRead invented by Teads

La décision était à la fois contestable, et osée. Elle consistait à anticiper la loi Pacte
(plan d'action pour la croissance et la transformation des
entreprises), définitivement adoptée le 11 avril, mais pas encore
publiée au Journal officiel. Un texte qui signait l'extinction
définitive du tarif réglementé du gaz, le 1er juillet 2023. Mais aussi,
dès sa promulgation, l'interdiction de commercialiser tout contrat de
vente au tarif réglementé.

Sans attendre l'entrée en vigueur de
la loi, Engie avait décidé de prendre les devants. La raison invoquée ?
Le fameux délai de rétractation de 14 jours dont bénéficie tout
consommateur. Une "astuce", expliquait-on chez le géant de l'énergie :
"D'ici à ce que ces nouveaux clients soient réellement raccordés, la loi
sera entrée en vigueur". Il en avait d'ailleurs informé la Direction
générale de l'énergie et du climat, qui dépend du ministère de la
Transition écologique et solidaire.

Censure du Conseil constitutionnel

Patatras
! En confondant vitesse et précipitation, Engie s'est totalement pris
les pieds dans le tapis. Car ce jeudi 16 mai, le Conseil constitutionnel
a censuré les articles 213, 214 et 215 de la loi Pacte portant sur la
fin des tarifs réglementés. Au motif que ces dispositions n'avaient rien
à faire dans le texte. Un cavalier législatif, en somme, qui va obliger
le gouvernement à réintroduire les mesures dans le projet de loi
Énergie. Et donc à reporter de plusieurs mois la fin de la
commercialisation des contrats de vente de gaz au tarif réglementé.

Une
très mauvaise nouvelle pour Engie, qui va maintenant devoir réparer sa
boulette. Et pourrait être tentée de faire machine arrière en catimini.
Car l'entreprise s'était bien gardée de communiquer sur sa bidouille,
mise en place voilà dix jours. Sur son site internet, elle n'avait ainsi
pas fait la moindre allusion à la disparition du tarif réglementé dans
ses nouveaux contrats ! De quoi induire en erreur les consommateurs. En
particulier les quatre millions de clients d'Engie qui, bénéficiant
encore du prix réglementé, n'étaient pas informés que tout renoncement à
ce tarif devait s'avérer irréversible.

Un faux départ, signe de fébrilité

On
peut penser que l'opérateur historique se montrera désormais plus
prudent. Et qu'il attendra bien sagement la promulgation de la future
loi avant de modifier à nouveau sa politique commerciale. Une sagesse
dont d'autres ont su faire preuve. Car outre Engie, des entreprises
locales de distribution sont aussi autorisées à vendre du gaz au tarif
réglementé, sur des territoires bien délimités. Et contrairement au
mastodonte, celles-ci n'avaient pas jugé bon de couper le robinet. A
l'image de Gaz de Strasbourg ou de Gaz électricité de Grenoble, qui font
partie avec Gaz de Bordeaux de ces plus gros acteurs locaux.



Lire notre dossier complet



Engie, ex-GDF Suez



  • Les coupures de gaz et d'électricité pour factures impayées ont augmenté de 4,2% en 2018

  • Le gaz augmentera de 5,4 % en novembre

  • Pas-de-Calais: Engie renonce au projet d'éoliennes sur un site de 1914-1918

Avec son faux départ, Engie fait en tout cas étalage de
sa fébrilité. On peut le comprendre. Car la fin annoncée, bien que
reportée, du tarif réglementé va contribuer à rebattre les cartes sur le
marché. Aujourd'hui, parmi les logements chauffés au gaz naturel, un
peu plus de quatre sur dix bénéficient du tarif réglementé. Autant de
clients très majoritairement chez Engie, que le géant EDF et tous les
fournisseurs alternatifs vont tenter de séduire. La compétition risque
d'être d'autant plus rude que les offres devraient beaucoup évoluer. Car
aujourd'hui, même dans les contrats de vente au prix du marché, les
prix sont souvent indexés sur le tarif réglementé. Une pratique vouée, à
terme, à disparaître.

1410 de 1452 - 17/5/2019 16:33
adrian j boris Messages postés: 90 - Membre depuis: 28/6/2018
17/05/2019 | 16:22
ENGIE: PAS DE PRÉCIPITATION EN VUE DE L'ETAT POUR CÉDER DES TITRES
PARIS (Reuters) - L'Etat français ne semble pas vouloir se précipiter pour réduire sa participation de 23,6% au capital d'Engie, a déclaré vendredi le président du conseil d'administration du groupe, Jean-Pierre Clamadieu.

Les cessions par l'Etat de titres du fournisseur de gaz et d'électricité et de services énergétiques sera possible une fois la loi Pacte promulguée.

"A ce jour, je n'entrevois aucun signe me disant que l'Etat va se précipiter pour réduire sa participation", a déclaré Jean-Pierre Clamadieu lors de l'assemblée générale des actionnaires d'Engie.

"L'objectif est bien celui-ci mais il le fera de manière à ne pas peser ni sur la stratégie de l'entreprise ni bien sûr sur la valeur du patrimoine commun de cette entreprise pour l'ensemble de ses actionnaires", a-t-il ajouté

Le produit des cessions de titres Engie, de même que celui des privatisations d'ADP et de la FDJ, a vocation à contribuer à l'alimentation d'un fonds pour l'innovation de rupture doté de dix milliards d'euros et à participer au désendettement du pays.

(Benjamin Mallet, édité par Benoît Van Overstraeten)
1411 de 1452 - 18/5/2019 07:14
La Forge Messages postés: 1210 - Membre depuis: 03/8/2000

17 mai 2019 / 16:22 / il y a 15 heures

Engie: Pas de précipitation en vue de l'Etat pour céder des titres

Reuters Staff

2 MINUTES DE LECTURE

L'Etat
français ne semble pas vouloir se précipiter pour réduire sa
participation de 23,6% au capital d'Engie, a déclaré vendredi le
président du conseil d'administration du groupe, Jean-Pierre Clamadieu.
/Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS
(Reuters) - L’Etat français ne semble pas vouloir se précipiter pour
réduire sa participation de 23,6% au capital d’Engie, a déclaré vendredi
le président du conseil d’administration du groupe, Jean-Pierre
Clamadieu.

PUBLICITÉ

Les
cessions par l’Etat de titres du fournisseur de gaz et d’électricité et
de services énergétiques sera possible une fois la loi Pacte
promulguée.

PUBLICITÉ

“A
ce jour, je n’entrevois aucun signe me disant que l’Etat va se
précipiter pour réduire sa participation”, a déclaré Jean-Pierre
Clamadieu lors de l’assemblée générale des actionnaires d’Engie.

“L’objectif
est bien celui-ci mais il le fera de manière à ne pas peser ni sur la
stratégie de l’entreprise ni bien sûr sur la valeur du patrimoine commun
de cette entreprise pour l’ensemble de ses actionnaires”, a-t-il ajouté

Le produit des cessions de titres Engie, de même que celui des
privatisations d’ADP et de la FDJ, a vocation à contribuer à
l’alimentation d’un fonds pour l’innovation de rupture doté de dix
milliards d’euros et à participer au désendettement du pays.

Benjamin Mallet, édité par Benoît Van Overstraeten

1412 de 1452 - 18/5/2019 07:45
La Forge Messages postés: 1210 - Membre depuis: 03/8/2000

ENGIE : Assemblée Générale d'ENGIE du 17 mai 2019




share with twitter



share with LinkedIn


http://www.zonebourse.com/ENGIE-4995/actualite/ENGIE-Assemblee-Generale-d-ENGIE-du-17-mai-2019-28616395/" target="popup">
share with facebook




share via e-mail









0



17/05/2019 | 18:25



Communiqué de presse 17 mai 2019



Assemblée Générale d'ENGIE du 17 mai 2019



∙Approbation par l'Assemblée Générale de l'ensemble des résolutions



∙Un Conseil d'administration resserré autour de 14 membres



L'Assemblée Générale Mixte d'ENGIE s'est tenue ce 17 mai 2019,
pour la première fois sous la présidence de Jean-Pierre Clamadieu. Elle a
réuni 17 901 actionnaires et plus de 16 400 avaient voté préalablement à
l'Assemblée.



Au cours de cette réunion, les actionnaires ont renouvelé, pour
une durée de 4 ans, les mandats de Françoise Malrieu et Marie-José
Nadeau, administrateurs indépendants, et de Mari-Noëlle Jégo-
Laveissière et Patrice Durand, administrateurs proposés par l'Etat.



Compte tenu de sa nouvelle configuration, le Conseil
d'administration a revu la composition de ses comités, désormais
présidés respectivement par :



−Marie-JoséNadeau, pour le Comité d'Audit ;



−Jean-PierreClamadieu, pour le Comité de la Stratégie, des Investissements et des Technologies, en remplacement d'Edmond Alphandéry ;



−Françoise Malrieu, pour le Comité des Nominations, des Rémunérations et de la Gouvernance ;



−Ross McInnes, pour le Comité pour l'Ethique, l'Environnement et le Développement durable, en remplacement d'Ann-Kristin Achleitner.



Lors de cette Assemblée Générale, Jean-Pierre Clamadieu a déclaré : «
La gouvernance du Groupe est au service d'une création de valeur
durable pour l'ensemble de ses parties prenantes, actionnaires, clients,
collaborateurs. Depuis ma nomination à la présidence, le Conseil
d'administration a poursuivi la modernisation de son fonctionnement. Sa
nouvelle configuration nous permettra d'améliorer encore la qualité de
nos travaux et de nous montrer plus agiles dans la prise de décisions.
Isabelle Kocher et le Comité Exécutif peuvent compter sur le soutien du
Conseil pour les accompagner dans la mise en œuvre de la stratégie que
nous avons construite ensemble ».



Les autres résolutions, notamment celles sur les comptes et
l'affectation du résultat de l'exercice 2018, ont également été
approuvées.



Le dividende ordinaire au titre de l'exercice 2018 a été fixé à
0,75 euro par action, auquel s'ajoute un dividende exceptionnel de 0,37
euro par action. Compte tenu du versement d'un acompte de 0,37 euro par
action intervenu le 12 octobre 2018, un solde de 0,75 euro par action
sera versé le 23 mai 2019. Comme annoncé lors de la publication des
résultats 2018, ENGIE versera à compter de l'année 2020 son dividende
annuel en une seule fois.



ENGIE a publié aujourd'hui son 6e Rapport Intégréqui
présente la stratégie, la gouvernance et la performance du Groupe,
ainsi que l'environnement dans lequel il opère. Cette publication
illustre la volonté du Groupe de piloter sa performance de façon globale
en intégrant l'impact de ses activités vis- à-vis de l'ensemble de ses
parties prenantes.



SIEGE SOCIAL D'ENGIE



Tour T1 - 1 place Samuel de Champlain - Faubourg de l'Arche - 92930 Paris La Défense cedex - Franceengie.com ENGIE - SA AU CAPITAL DE 2 435 285 011 EUROS - RCS NANTERRE 542 107 651 - Tél. : +33 (0)1 44 22 00 00




L'Assemblée Générale a été retransmise en direct sur le site
internet du Groupe et est disponible en différé. La présentation et les
résultats du scrutin sont également disponibles sur le site internet du
Groupe. Rendez-vous sur www.engie.com.



Prochains événements



∙23 mai 2019 : Paiement du solde du dividende
2018 (0,38 € par action) et d'un dividende exceptionnel (0,37 € par
action) ; la date de détachement est fixée au 21 mai



∙30 juillet 2019 : Publication des résultats du 1er semestre 2019



A propos d'ENGIE



Nous sommes un groupe mondial de référence dans l'énergie bas
carbone et les services. Pour répondre à l'urgence climatique, notre
ambition est de devenir le leader mondial de la transition zéro carbone «
as a service » pour nos clients, notamment les entreprises et les
collectivités territoriales. Nous nous appuyons sur nos métiers clés
(énergies renouvelables, gaz, services) pour proposer des solutions
compétitives et sur-mesure.



Avec nos 160 000 collaborateurs, nos clients, nos partenaires et
nos parties prenantes, nous formons une communauté d'Imaginative
Builders, engagés chaque jour pour un progrès plus harmonieux.



Chiffre d'affaires en 2018 : 60,6 milliards d'euros. Coté à
Paris et Bruxelles (ENGI), le Groupe est représenté dans les principaux
indices financiers (CAC 40, DJ Euro Stoxx 50, Euronext 100, FTSE Eurotop
100, MSCI Europe) et extra-financiers (DJSI World, DJSI Europe et
Euronext Vigeo Eiris - World 120, Eurozone 120, Europe 120, France 20,
CAC 40 Governance).




Contact presse Groupe ENGIE :




Contact relations investisseurs :




Tél. France : +33 (0)1 44 22 24 35




Tél. : +33 (0)1 44 22 66 29




Courrier électronique : engiepress@engie.com




Courrier électronique : ir@engie.com




ENGIEgroup







SIEGE SOCIAL D'ENGIE



Tour T1 - 1 place Samuel de Champlain - Faubourg de l'Arche - 92930 Paris La Défense cedex - Franceengie.com ENGIE - SA AU CAPITAL DE 2 435 285 011 EUROS - RCS NANTERRE 542 107 651 - Tél. : +33 (0)1 44 22 00 00


1413 de 1452 - 19/5/2019 20:50
adrian j boris Messages postés: 90 - Membre depuis: 28/6/2018
Engie : énorme intérêt des actionnaires pour l'Assemblée générale

Alexandra Saintpierre, publié le 17/05/2019 à 18h39

0

Engie : énorme intérêt des actionnaires pour l'Assemblée générale
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'Assemblée générale mixte d'Engie s'est tenue le 17 mai 2019, pour la première fois sous la présidence de Jean-Pierre Clamadieu. Elle a réuni 17.901 actionnaires et plus de 16.400 avaient voté préalablement à l'Assemblée.

Au cours de cette réunion, les actionnaires ont renouvelé, pour une durée de 4 ans, les mandats de Françoise Malrieu et Marie-José Nadeau, administrateurs indépendants, et de Mari-Noëlle Jégo-Laveissière et Patrice Durand, administrateurs proposés par l'Etat.

Composition des Comités

Compte tenu de sa nouvelle configuration, le Conseil d'administration a revu la composition de ses comités, désormais présidés respectivement par :
- Marie-José Nadeau, pour le Comité d'Audit ;
- Jean-Pierre Clamadieu, pour le Comité de la Stratégie, des Investissements et des Technologies, en remplacement d'Edmond Alphandéry ;
- Françoise Malrieu, pour le Comité des Nominations, des Rémunérations et de la Gouvernance ;
- Ross McInnes, pour le Comité pour l'Ethique, l'Environnement et le Développement durable, en remplacement d'Ann-Kristin Achleitner.

Lors de cette Assemblée Générale, Jean-Pierre Clamadieu a déclaré : "La gouvernance du Groupe est au service d'une création de valeur durable pour l'ensemble de ses parties prenantes, actionnaires, clients, collaborateurs. Depuis ma nomination à la présidence, le Conseil d'administration a poursuivi la modernisation de son fonctionnement. Sa nouvelle configuration nous permettra d'améliorer encore la qualité de nos travaux et de nous montrer plus agiles dans la prise de décisions. Isabelle Kocher et le Comité Exécutif peuvent compter sur le soutien du Conseil pour les accompagner dans la mise en oeuvre de la stratégie que nous avons construite ensemble".

Les autres résolutions, notamment celles sur les comptes et l'affectation du résultat de l'exercice 2018, ont également été approuvées.

Dividende

Le dividende ordinaire au titre de l'exercice 2018 a été fixé à 0,75 euro par action, auquel s'ajoute un dividende exceptionnel de 0,37 euro par action. Compte tenu du versement d'un acompte de 0,37 euro par action intervenu le 12 octobre 2018, un solde de 0,75 euro par action sera versé le 23 mai 2019. Comme annoncé lors de la publication des résultats 2018, Engie versera à compter de l'année 2020 son dividende annuel en 1 seule fois.

Par ailleuros, Engie vient de publier son 6e Rapport Intégré qui présente la stratégie, la gouvernance et la performance du Groupe, ainsi que l'environnement dans lequel il opère. Cette publication illustre la volonté du Groupe de piloter sa performance de façon globale en intégrant l'impact de ses activités vis-à-vis de l'ensemble de ses parties prenantes.

L'Assemblée Générale a été retransmise en direct sur le site internet du Groupe et est disponible en différé.
1414 de 1452 - 21/5/2019 09:10
grupo Messages postés: 904 - Membre depuis: 11/5/2004

MEDIA-Engie-Veyrat serait prêt à céder Neoen pour entrer au capital




share with twitter



share with LinkedIn


http://www.zonebourse.com/ENGIE-4995/actualite/MEDIA-Engie-Veyrat-serait-pret-a-ceder-Neoen-pour-entrer-au-capital-28630249/" target="popup">
share with facebook




share via e-mail









0



21/05/2019 | 08:51

PARIS, 21 mai (Reuters) - Jacques Veyrat serait prêt à
devenir actionnaire d'Engie en échange de sa
participation majoritaire (50,1%) au capital du spécialiste des
énergies renouvelables Neoen, rapporte mardi BFM
Business https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/l-etat-reflechit-a-accueillir-jacques-veyrat-chez-engie-1695383.html
sur son site internet.

BFM précise que si Engie rachetait Neoen, Jacques Veyrat
pourrait se faire payer en actions Engie et en devenir
actionnaire à hauteur de 3% "pour ensuite monter facilement
jusqu'à 6%" et ainsi remplacer partiellement l'Etat français au
tour de table du fournisseur d'énergie et de services associés.

L'homme d'affaires aurait aussi la possibilité d'attendre
que Neoen double la taille de son parc solaire et éolien d'ici
2021, échéance à laquelle l'entreprise vaudrait entre trois et
quatre milliards d'euros en Bourse et lui permettrait alors de
prendre 6% ou 7% d'Engie avant de monter à près de 10%.

Ces informations interviennent alors que la loi Pacte, qui
doit encore être promulguée, va permettre à l'Etat français de
réduire sa participation de 23,6% au capital d'Engie.

Selon BFM Business, qui cite une source proche du groupe,
l'Etat envisage cependant de se désengager "par étapes" et
cherche en parallèle "de nouveaux investisseurs stables" pour le
remplacer au tour de table d'Engie, dont il craint qu'il soit la
cible d'un fonds activiste.

Dans ce cadre, il pourrait descendre autour de 15% du
capital d'ici un an "même si le cours de Bourse d'Engie stagne
et n'encourage pas à vendre" et a "pris contact avec l'entourage
de Jacques Veyrat pour étudier son projet".

BFM Business note que ni l'homme d'affaires ni Bercy n'ont
souhaité commenter ces informations.

NOTE: Ces informations n'ont pas été vérifiées par Reuters,
qui ne garantit pas leur exactitude.
(Benjamin Mallet, édité par Benoît Van Overstraeten)

1415 de 1452 - 21/5/2019 16:07
Grupo GuitarLumber (Abonné Premium) Messages postés: 1529 - Membre depuis: 24/6/2003

PARIS (Agefi-Dow Jones)--L'Etat réfléchit à faire entrer au capital

d'Engie Jacques Veyrat, dirigeant du fonds Impala qui détient la

majorité du capital du producteur indépendant d'électricité Neoen,

rapporte mardi BFM Business.


L'Etat aurait pris contact
avec Jacques Veyrat pour étudier ce projet. D'après BFM Business,
l'objectif de l'homme d'affaires serait "d'entrer au capital d'Engie
dans le cadre d'une opération avec Neoen". Engie rachèterait Neoen et,
en échange, Jacques Veyrat se ferait payer en actions Engie, ce qui lui
permettrait d'obtenir une participation qui pourrait atteindre 3% "pour
ensuite monter facilement jusqu'à 6%", rapporte la radio sur son site
internet.



BFM Business, qui cite un proche de Jacques
Veyrat, évoque également la possibilité pour l'homme d'affaires
d'attendre que Neoen déroule son plan d'affaires et amène la
capitalisation boursière entre 3 et 4 milliards d'euros, ce qui
permettrait alors à Jacques Veyrat d'espérer "prendre 6% ou 7% d'Engie
et monter ensuite à près de 10%".



BFM Business indique
également qu'Engie cherche des investisseurs de long terme pour
stabiliser son actionnariat, songeant notamment à la Caisse de dépôt et
placement du Québec.



Contacté par l'agence Agefi-Dow
Jones, un porte-parole d'Engie n'a pas souhaité commenter ces
informations tandis que Bercy et Neoen n'étaient pas disponibles dans
l'immédiat. Contacté par BFM Business, Jacques Veyrat n'a pas souhaité
réagir.



Ces informations surviennent alors que la loi
Pacte, qui permet à l'Etat de céder la totalité de sa participation de
24% au capital d'Engie, a été validée la semaine dernière par le Conseil
constitutionnel. Le président du conseil d'administration d'Engie,
Jean-Pierre Clamadieu, a toutefois estimé vendredi, lors de l'assemblée
générale du groupe, que l'Etat n'allait pas "se précipiter" pour vendre
sa participation.



-Julien Marion, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 94; jmarion@agefi.fr ed: VLV






Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



May 21, 2019 04:22 ET (08:22 GMT)

1416 de 1452 - 21/5/2019 21:05
adrian j boris Messages postés: 90 - Membre depuis: 28/6/2018
ENGIE : Jacques Veyrat dément vouloir céder NEOEN
share with twitter share with LinkedIn share with facebook share via e-mail


0
21/05/2019 | 17:37
A quelques semaines de la promulgation de la loi Pacte, qui permettra au gouvernement de vendre sa participation de 24% au capital d’Engie, celui-ci est à la recherche de nouveaux actionnaires stables pour l’énergéticien. L’un de ceux-ci pourrait être Jacques Veyrat, affirmait ce matin BFM Business, mais l’entrepreneur a démenti en fin d’après-midi aux « Echos ». «J'ai pu en discuter avec des banques d'affaires mais aujourd'hui je n'ai aucune envie de vendre Neoen, et je n'en ai discuté ni avec l'Etat ni avec Engie » a-t-il déclaré.

BFM Business évoquait ce matin l'entrée du président du fonds Impala au capital d'Engie, à qui il céderait Neoen. Impala est en effet propriétaire à hauteur de 50,1% du capital du producteur indépendant français d'énergie, introduit en Bourse en octobre 2018.

Sur les niveaux actuels de valorisation de Neoen (1,68 milliard de capitalisation contre 31,6 milliards pour Engie), il pourrait prendre une participation de 3% en étant payé en titres Engie. L'ambition prêtée à Jacques Veyrat était cependant de détenir 10% du capital d'Engie pour siéger au conseil d'administration et ainsi pouvoir peser sur la stratégie. Selon un de ses proches cités par BFM Business, il aurait " plutôt intérêt à attendre un peu le temps que Neoen grossisse ". Un conseil qu'il semble avoir suivi si l'on croit les dernières déclarations de Jacques Veyrat.

Oddo BHF pense également qu'il s'agit de la meilleure option compte tenu des écarts de croissance entre les deux groupes. Pour l'analyste, il semblerait plus favorable à Jacques Veyrat de réaliser un rapprochement avec Engie à l'échéance du plan de développement de Neoen c'est-à-dire vers 2021/22.

En Bourse, l'action gagne 0,55% à 12,875 euros, en ligne avec l'indice CAC 40.
1417 de 1452 - 28/5/2019 08:05
waldron Messages postés: 8901 - Membre depuis: 17/9/2002
Un contretemps sur TAG ? Les affaires se compliquent pour Engie au Brésil : un membre de la Cour suprême fédérale veut faire suspendre les cessions d'actifs de la compagnie nationale Petrobras,
en particulier le réseau de gazoducs TAG, promis au Français pour 8,6
milliards de dollars. Il est toutefois un peu tôt pour juger des
implications concrètes de cette prise de position, alors que l'opération
a été validée par le vendeur, les autorités et une juridiction
(inférieure toutefois à la Cour suprême).
1418 de 1452 - 29/5/2019 07:49
grupo Messages postés: 904 - Membre depuis: 11/5/2004

La Cour suprême du Brésil décidera le 30 mai sur la vente de TAG à Engie


Publié le 27/05/2019 À 18H31, mis à jour le 29/05/2019 À 06H57



[ACTUALISÉ] Engie avait remporté l'appel d'offres de Petrobras pour
acquérir TAG (Transportadora Associada de Gás), le plus gros réseau de
gazoducs du Brésil. L'opération a déjà été approuvée par les autorités
de la concurrence brésiliennes. Mais vendredi 24 mai, un juge de la Cour
suprême fédérale a réclamé la suspension de l'opération. La juridiction
doit se pencher jeudi 30 mai sur la question. Les conséquences de cette
décision restent à détermine


Actualisation du mercredi 29 mai : La Cour suprême fédérale du Brésil (STF) devrait rendre jeudi 30 mai une décision lourde de conséquences sur le programme de cessions d'actifs de Petrobras.
Cet avis pourrait retarder la vente à Engie de TAG (Transportadora
Associada de Gás), le plus gros réseau de gazoducs du Brésil. Dans un
communiqué, Petrobras a dit qu'il examinerait l'avis rendu et qu'il
prendrait les mesures nécessaires pour défendre ses intérêts.
L'entreprise précise qu'elle n'a pas encore été sommée de geler son
opération avec l'énergéticien français.


Les ambitions d'Engie au Brésil sont-elles compromises ? En avril, l'énergéticien français avait remporté l'appel d'offres lancé par Petrobras
pour l'acquisition de 90% du TAG. Mais selon un document consulté lundi
27 mai par Reuters, un juge souhaiterait arrêter la vente..
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Selon ce document, un membre de la Cour suprême fédérale (STF) du
Brésil a réclamé la suspension d'importantes cessions d'actifs décidées
par la compagnie pétrolière Petrobras. Parmi elles, la vente à Engie de
TAG pour 8,6 milliards de dollars (7,7 milliards d'euros).


Engie a déjà reçu le feu des autorités brésiliennes


Les implications concrètes de cette décision prise vendredi 24 mai par
le juge Edson Fachin sont pour l'instant inconnues. La vente de TAG à
Engie a déjà été actée en avril et elle a reçu le feu vert des autorités
brésiliennes de la concurrence. Elle a aussi été approuvée par la Cour
supérieure de justice (STJ), une juridiction légèrement inférieure à la
Cour suprême fédérale, et par le conseiller juridique du gouvernement.


Le juge Edson Fachin a cependant considéré que la décision de la STJ
allait à l'encontre d'un précédent jugement rendu par un autre membre de
la Cour suprême.


L'avis rendu vendredi 24 mai concerne aussi un projet de vente de huit
raffineries, dont Petrobras espère retirer environ 15 milliards de
dollars mais qui est contesté par un syndicat. Ces différentes cessions
sont essentielles aux efforts de désendettement du groupe pétrolier.


Petrobras et Engie n'ont pas répondu dans l'immédiat aux demandes de commentaires.


Avec Reuters (Ricardo Brito; Bertrand Boucey pour le service français)

1419 de 1452 - 30/5/2019 07:35
waldron Messages postés: 8901 - Membre depuis: 17/9/2002

29 mai 2019 / 23:22 / il y a 8 heures

Brésil: Engie dit au tribunal qu'il a levé 3 milliards de dollars pour TAG

Reuters Staff

3 MINUTES DE LECTURE

BRASILIA/RIO
DE JANEIRO (Reuters) - Engie Brasil Energia a informé la Cour Suprême
fédérale du Brésil qu’il avait déjà levé trois milliards de dollars à
l’étranger pour racheter TAG, le réseau de gazoducs de la compagnie
brésilienne Petrobras, lorsque le tribunal a décidé de suspendre
l’opération la semaine dernière, suivant un document dont Reuters a pris
connaissance mercredi.

Engie
Brasil Energia a informé la Cour Suprême fédérale du Brésil qu'il avait
déjà levé trois milliards de dollars à l'étranger pour racheter TAG, le
réseau de gazoducs de la compagnie brésilienne Petrobras, lorsque le
tribunal a décidé de suspendre l'opération la semaine dernière, suivant
un document dont Reuters a pris connaissance mercredi. /Photo
d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Un
consortium emmené par la filiale brésilienne d’Engie avait déjà bouclé
l’achat de Transportadora Associada de Gás (TAG) en avril et avait reçu
le feu vert de la direction de la concurrence brésilienne.

Engie a
fait savoir à la Cour Suprême que sa décision avait “créé une situation
d’extrême insécurité juridique” parce qu’il avait déjà lancé une
opération mobilisant des ressources financières lourdes pour prendre 90%
du capital de TAG.

La Cour suprême fédérale doit rendre jeudi sa
décision sur le programme de cessions d’actifs de Petrobras lié à
ladite opération.

Dias Toffoli, le président de la
Cour suprême, a mis à l’ordre du jour des travaux de l’instance jeudi un
débat portant sur les privatisations d’entreprises publiques et le fait
de savoir si un feu vert du parlement est nécessaire pour certaines
d’entre elles et si elles doivent être effectuées via un processus
d’enchères.

Si la Cour décide que ces conditions doivent être
remplies, cela gèlerait la vente de TAG à Engie, annoncée en avril pour
8,6 milliards de dollars (7,7 milliards d’euros).

Un tel jugement
pourrait aussi remettre en cause un projet de cessions de huit
raffineries, dont Petrobras espère retirer environ 15 milliards de
dollars pour contribuer à ses efforts de désendettement.

En juin
2018, un juge de la Cour suprême, Ricardo Lewandowski, a rendu un avis
préliminaire selon lequel “la vente de titres d’entreprises publiques,
d’entreprises à capitaux mixtes et de filiales nécessite une
autorisation législative préalable”.

D’importantes
ventes d’actifs ont toutefois été ensuite approuvées par la Cour
supérieure de justice (STJ), une juridiction légèrement inférieure à la
Cour suprême fédérale, et par le conseiller juridique du gouvernement.

Lundi,
un autre juge de la Cour suprême, Edson Fachin, a publié un nouvel avis
confirmant la décision de son homologue Ricardo Lewandowski et
qualifiant le jugement de la STJ de contradictoire avec les positions
exprimées par la Cour suprême.

Cet avis, rendu à la suite d’un
recours déposé par un syndicat, concerne la vente de TAG mais il devrait
avoir aussi des répercussions sur les futures cessions envisagées par
Petrobras étant donné leurs similitudes.

Ricardo Brito et Anthony Boadle; Wilfrid Exbrayat et Bertrand Boucey pour le service français

1420 de 1452 - 04/6/2019 19:13
waldron Messages postés: 8901 - Membre depuis: 17/9/2002

BONDS : Moody's abaisse la note d'Engie de "A2" à "A3" avec perspective stable




share with twitter



share with LinkedIn


http://www.zonebourse.com/ENGIE-4995/actualite/BONDS-Moody-s-abaisse-la-note-d-Engie-de-A2-a-A3-avec-perspective-stable-28704974/" target="popup">
share with facebook




share via e-mail









0



04/06/2019 | 17:51


PARIS (Agefi-Dow Jones)--L'agence de notation financière Moody's a
abaissé mardi la note de crédit d'Engie de "A2" à "A3" et l'a assortie
d'une perspective stable, "suite à l'adoption de la loi PACTE qui
permet, parmi d'autres mesures, au gouvernement français de céder sa
participation" dans le groupe d'énergie. "Bien que le calendrier
d'éventuelles futures cessions ne soit pas connu, Moody's estime que la
promulgation de la loi a cristallisé un changement dans les intentions
de l'Etat et, par conséquent, un affaiblissement de la volonté de la
France de fournir un soutien financier à Engie en cas de besoin",
explique l'agence de notation.


(adore@agefi.fr) ed: ECH


Agefi-Dow Jones The financial newswire

1452 Réponses
 ...   71  
Messages à suivre: (1452)
Dernier Message: 18/Oct/2019 13h15

Titres Discutés
EU:ENGI 14.97 0.1%
Engie
Engie
Engie
Indices Mondiaux
Australia 0.6%
Brazil 0.2%
Canada -0.3%
France -0.1%
Germany 0.3%
Greece -0.1%
Holland -0.1%
Italy -0.6%
Portugal 0.8%
US (DowJones) 0.2%
US (NASDAQ) 0.2%
United Kingdom 0.7%
Palmarès Hausse (%)
EU:ODBS2 0.00 100.0%
EU:MLHPE 1.19 48.8%
EU:ALDBY 0.03 46.7%
EU:LUXA 4.11 46.4%
EU:ALDNX 4.36 30.1%
EU:MLIML 0.17 19.3%
EU:MLOCT 0.75 17.2%
EU:ADUX 1.07 16.6%
EU:MELE 66.50 14.1%
EU:COMAE 0.09 12.5%
Dernières Valeurs Consultées
EU
ENGI
Engie
Inscrivez-vous aujourd'hui pour consulter ce titre en streaming sur le Moniteur ADVFN. Vous pourrez ajouter et visualiser jusqu'à 110 des vos actions préférée et c'est complètement gratuit..

En accédant aux services disponibles de ADVFN, vous acceptez les Conditions Générales de ADVFN Conditions Générales

P: V: D:20191024 04:51:02